Les moyens de grâce, partie 3

Share on facebook
Share on twitter
Share on google
Share on email

« Frères et sœurs, sans la vie d’Église, il n’y a pas de croissance, pas de sanctification, pas d’apprentissage, pas de soumission, pas de bénédiction par les exhortations et les encouragements, pas de prière les uns pour les autres. Sans la vie d’Église, il n’y a pas de vie. Sans la vie dans le Corps du Christ, il n’y a pas de vie avec le Christ. J’avais proposé une comparaison avec une plante. Non seulement la plante a besoin d’eau, de terre et de soleil, mais les trois fonctionnent ensemble. Les moyens de grâce sont pareils. Non seulement il y a la Parole de Dieu, la prière et l’Église locale, mais les trois fonctionnent ensemble, c’est-à-dire que les trois sont efficaces lorsqu’elles se retrouvent. Le ministère de la Parole est tellement plus que d’entendre des prédications : ce ministère, dans un sens plus strict, est le fait de recevoir un enseignement sur le baptême ou un cours de préparation au mariage. »

 

Introduction

Dans les dernières semaines, nous avons parlé des moyens de grâce et nous avions vu la Parole de Dieu et la prière comme moyens de grâce. La semaine dernière, nous avions commencé le troisième moyen de grâce qui est la vie d’Église. L’Église, frères et sœurs, est le lieu d’édification.

Car c’est dans un seul Esprit que nous tous, pour former un seul corps, avons tous été baptisés, soit Juifs, soit Grecs, soit esclaves, soit libres, et nous avons tous été abreuvés d’un seul Esprit. (1 Corinthiens 12.13)

Nous n’avons pas été sauvés pour vivre chacun de son côté. Nous avons été sauvés pour former un seul corps. Si nous voulons être fonctionnels comme chrétiens, c’est en Église. Si nous voulons grandir, c’est en Église. Si nous voulons servir le Seigneur, c’est en Église.

C’est lui qui a donné les uns comme apôtres, les autres comme prophètes, les autres comme évangélistes, les autres comme pasteurs et docteurs, pour le perfectionnement des saints. Cela en vue de l’œuvre du service et de l’édification du corps du Christ, jusqu’à ce que nous soyons tous parvenus à l’unité de la foi et de la connaissance du Fils de Dieu, à l’état d’homme fait, à la mesure de la stature parfaite du Christ. Ainsi nous ne serons plus des enfants, flottants et entraînés à tout vent de doctrine, joués par les hommes avec leur fourberie et leurs manœuvres séductrices, mais en disant la vérité avec amour, nous croîtrons à tous égards en celui qui est le chef, Christ. De lui, le corps tout entier bien ordonné et cohérent, grâce à toutes les jointures qui le soutiennent fortement, tire son accroissement dans la mesure qui convient à chaque partie, et s’édifie lui-même dans l’amour. (Éphésiens 4.11-16)

Paul ici nous parle du perfectionnement des saints, c’est-à-dire de la maturité; il parle de la croissance des chrétiens; il parle de parvenir à la stature parfaite du Christ; et il relie cette œuvre de Dieu dans nos vies à notre appartenance à l’Église.

De lui, le corps tout entier bien ordonné et cohérent, grâce à toutes les jointures qui le soutiennent fortement, tire son accroissement dans la mesure qui convient à chaque partie, et s’édifie lui-même dans l’amour. (Éphésiens 4.16)

Frères et sœurs, sans la vie d’Église, il n’y a pas de croissance, pas de sanctification, pas d’apprentissage, pas de soumission, pas de bénédiction par les exhortations et les encouragements, pas de prière les uns pour les autres. Sans la vie d’Église, il n’y a pas de vie. Sans la vie dans le Corps du Christ, il n’y a pas de vie avec le Christ. J’avais proposé une comparaison avec une plante. Non seulement la plante a besoin d’eau, de terre et de soleil, mais les trois fonctionnent ensemble. Les moyens de grâce sont pareils. Non seulement il y a la Parole de Dieu, la prière et l’Église locale, mais les trois fonctionnent ensemble, c’est-à-dire que les trois sont efficaces lorsqu’elles se retrouvent. Le ministère de la Parole est tellement plus que d’entendre des prédications : ce ministère, dans un sens plus strict, est le fait de recevoir un enseignement sur le baptême ou un cours de préparation au mariage.

Le ministère de la Parole, au sens plus large ou au sens moins officiel, c’est lorsqu’une sœur rencontre une autre sœur pour l’exhorter, pour l’encourager. C’est lorsque des chrétiens partagent la Parole ensemble. Celui qui reste dans son salon et qui n’a pas de vie d’Église ne reçoit pas le ministère de la Parole dans tous ses aspects. De plus, c’est en Église que nous comprenons la Parole de Dieu.

Finalement, celui qui reste chez lui en prétextant qu’il a la Parole de Dieu doit sûrement déchirer certaines pages de la Bible où il est dit de prendre le repas du Seigneur, où il est dit d’être soumis aux anciens, etc.

Daniel Durand, pasteur
7 février 2018

Prédicateur invité

Partagez cet enseignement :

Share on facebook
Share on twitter
Share on print
Share on email