La sanctification, partie 4

Share on facebook
Share on twitter
Share on google
Share on email

« [A]utant le pardon est un cadeau donné par Dieu, autant la repentance est un cadeau donné par Dieu. Cette œuvre que le Seigneur produit en nous est un véritable cadeau. C’est donné aux élus. […] Le Seigneur nous donne un nouveau cœur qui fait en sorte que nous prenons plaisir à la loi de Dieu. Nous reconnaissons qu’elle est bonne, qu’elle est sainte. Cette disposition favorable face à la loi de Dieu est au cœur de notre sanctification. La loi de Dieu vient confronter notre vieille nature, mais surtout, elle vient éclairer notre sentier pour diriger nos pas. […] L’amour que nous avons les uns pour les autres n’est rien de moins que l’amour de Dieu que le Saint-Esprit déverse dans nos cœurs. Le Saint-Esprit déverse cet amour en nous et le Seigneur nous dit ensuite de nous aimer. […] [L]e Seigneur fait tout ce qui est nécessaire pour que ses enfants soient transformés. »

 

Introduction

La semaine passée, nous avons vu que la sanctification est d’abord le fait que le Seigneur nous sépare du monde, il nous met à part. Cette œuvre est monergiste, c’est-à-dire que Dieu l’opère sans notre participation. Nous disons que c’est la sanctification objective. Toutefois, il y a aussi l’aspect progressif à la sanctification, qu’on appelle aussi la sanctification subjective. Cet aspect de la sanctification est synergiste, c’est-à-dire que Dieu l’opère en nous rendant participants. Nous avions aussi vu que, dans cet aspect, notre participation n’est possible que parce que le Seigneur opère en nous ce qui est nécessaire. Il œuvre en nous afin que nous répondions favorablement à cette vocation. Maintenant, quelles sont ces choses que le Seigneur opère en nous pour notre sanctification?

La repentance

En effet, la tristesse selon Dieu produit une repentance qui mène au salut et que l’on ne regrette pas, tandis que la tristesse du monde produit la mort. (2 Corinthiens 7.10)

Dieu ne se repent pas à notre place, mais il fait une œuvre en nous qui produit la repentance.

Dans ce sens, Paul dit à Timothée :

Le serviteur du Seigneur doit redresser avec douceur les contradicteurs, dans l’espoir que Dieu leur donnera la repentance, pour arriver à la connaissance de la vérité […] (2 Timothée 2.25)

Après avoir entendu cela, ils se calmèrent et glorifièrent Dieu, en disant : Dieu a donc accordé la repentance aussi aux païens, afin qu’ils aient la vie. (Actes 11.18)

Dieu l’a élevé par sa droite comme Prince et Sauveur, pour donner à Israël la repentance et le pardon des péchés. (Actes 5.31)

Dans tous ces textes, il s’agit du même verbe que nos versions traduisent par « donner » ou « accorder », mais le sens est clairement « donner ». Dans ce dernier verset (Actes 5.31), ce qui est intéressant, c’est qu’il y a deux compléments au verbe « donner » : il y a la repentance ainsi que le pardon des péchés. Autrement dit, autant le pardon est un cadeau donné par Dieu, autant la repentance est un cadeau donné par Dieu. Cette œuvre que le Seigneur produit en nous est un véritable cadeau. C’est donné aux élus.

Aimer sa loi

Pour nous repentir, nous devons aimer sa loi.

Voici que les jours viennent, — Oracle de l’Éternel, où je conclurai avec la maison d’Israël et la maison de Juda une alliance nouvelle, Non comme l’alliance que j’ai conclue avec leurs pères, le jour où je les ai saisis par la main pour les faire sortir du pays d’Égypte, alliance qu’ils ont rompue, quoique je sois leur maître, — oracle de l’Éternel. Mais voici l’alliance que je conclurai avec la maison d’Israël, après ces jours-là, — oracle de l’Éternel : Je mettrai ma loi au-dedans d’eux, je l’écrirai sur leur cœur; je serai leur Dieu, et ils seront mon peuple. Celui-ci n’enseignera plus son prochain, ni celui-là son frère, en disant : Connaissez l’Éternel! Car tous me connaîtront, depuis le plus petit d’entre eux jusqu’au plus grand, — oracle de l’Éternel; car je pardonnerai leur faute et je ne me souviendrai plus de leur péché. (Jérémie 31.31-34)

J’ai toujours été impressionné du fait que David prenait plaisir dans la loi de l’Éternel. Comment un criminel peut-il prendre plaisir dans la loi qui le dénonce? C’est en considérant le but de la loi qui n’est pas d’offrir un salut par les œuvres, mais de nous communiquer la moralité de Dieu et de nous conduire à Jésus-Christ. L’expression du texte de Jérémie « Je mettrai ma loi au-dedans d’eux, je l’écrirai sur leur cœur » signifie que ceux qui appartiennent à Dieu aiment sa loi. Le Seigneur nous donne un nouveau cœur qui fait en sorte que nous prenons plaisir à la loi de Dieu. Nous reconnaissons qu’elle est bonne, qu’elle est sainte. Cette disposition favorable face à la loi de Dieu est au cœur de notre sanctification. La loi de Dieu vient confronter notre vieille nature, mais surtout, elle vient éclairer notre sentier pour diriger nos pas.

L’amour de Dieu

Une autre œuvre que le Seigneur opère en nous pour notre sanctification concerne l’amour de Dieu.

Or, l’espérance ne trompe pas, parce que l’amour de Dieu est répandu dans nos cœurs par le Saint-Esprit qui nous a été donné. (Romains 5.5)

L’amour que nous avons les uns pour les autres n’est rien de moins que l’amour de Dieu que le Saint-Esprit déverse dans nos cœurs.

Le Saint-Esprit déverse cet amour en nous et le Seigneur nous dit ensuite de nous aimer.

L’amour de la vérité

Un autre aspect de l’œuvre que le Seigneur opère en nous est mentionné en 2 Thessaloniciens 2.9-10 :

L’avènement de l’impie se produira par la puissance de Satan, avec toutes sortes de miracles, de signes et de prodiges mensongers, et avec toutes les séductions de l’injustice pour ceux qui périssent, parce qu’ils n’ont pas reçu l’amour de la vérité pour être sauvés. (2 Thessaloniciens 2.9-10)

L’amour de la vérité n’est pas inné. Nous ne l’obtenons pas par nous-mêmes. Ce n’est pas comme celui qui commence à s’intéresser aux oiseaux et qui fait de l’ornithologie son passe-temps. L’amour de la vérité est quelque chose de reçu. Ça provient de l’extérieur de l’homme. Il n’avait pas cet amour, puis, à la suite de l’œuvre de Dieu, il aime la vérité. Autrefois, il préférait les ténèbres à la lumière; maintenant, il aime la vérité.

L’obéissance

Un autre aspect de l’œuvre que le Seigneur opère en nous pour la sanctification, c’est l’obéissance.

Je leur donnerai un même cœur et je mettrai en vous un esprit nouveau; j’ôterai de leur chair le cœur de pierre et je leur donnerai un cœur de chair, Afin qu’ils suivent mes prescriptions et qu’ils observent et pratiquent mes ordonnances; ils seront mon peuple, et je serai leur Dieu. (Ézékiel 11.19-20)

Autrement dit, le Seigneur fait tout ce qui est nécessaire pour que ses enfants soient transformés.

Daniel Durand, pasteur
10 janvier 2018

Prédicateur invité

Partagez cet enseignement :

Share on facebook
Share on twitter
Share on print
Share on email