Croître en maturité, partie 6 – L’Église

Nous avons vu précédemment la Parole et la prière comme moyens de grâce.

L’Église

C’est un privilège de bénéficier d’un soutien pour nous amener à pleine maturité. On ne peut se priver de l’assemblée.

Projet de Dieu, mystère caché de tout temps :

ainsi désormais les principautés et les pouvoirs dans les lieux célestes connaissent par l’Église la sagesse de Dieu dans sa grande diversité, selon le dessein éternel qu’il a réalisé par le Christ-Jésus notre Seigneur, (Éphésiens 3.10-11)

Parfait pour notre développement par Christ, la tête.

Voici ce que Dieu désire pour elle ? Un rassemblement de Saints, un lieu de sainteté, de communion avec celui qui l’a sanctifié, par/pour celui à qui elle appartient (Projet de Dieu) Se glorifier aux yeux de toute Sa création.

Ne peut être remplacé par l’individualisme ! Vivre ma foi seul, n’est pas une option !

Le projet de départ de Dieu : Je me ferai un peuple ! Parole de l’Éternel AT ! Il l’amènera à son apogée en Christ.

L’Éternel dit à Moïse : Je vois que ce peuple est un peuple à la nuque raide. (Exode 32.9)

Dieu utilise le pire pour accomplir le meilleur, Il se glorifie en eux et aux yeux des autres peuples.

Moïse en Deut 3 passe le Bâton à Josué, Dieu lui demande de le fortifier car il marchera devant et mettra le peuple en terre promise.

Vous les observerez et vous les mettrez en pratique ; car ce sera là votre sagesse et votre intelligence aux yeux des peuples, qui entendront parler de toutes ces prescriptions et qui diront : Cette grande nation ne peut être qu’un peuple sage et intelligent ! (Deutéronome 4.6)

Dieu fait participer son peuple à ses bénédictions par son obéissance.

Ton commandement me rend plus sage que mes ennemis, Car je l’ai toujours avec moi. (Psaumes 119.98)

La sagesse de l’homme prudent, c’est de comprendre sa voie ; […] (Proverbes 14.8)

Dieu ne change pas son dessein, croitre en maturité dans sa grâce, c’est pour nous aussi (NT), nous recherchons et progressons dans la sagesse et la crainte de son Nom, par le moyen de grâce l’Église.

depuis ton enfance, tu connais les Écrits sacrés ; ils peuvent te donner la sagesse en vue du salut par la foi en Christ-Jésus. (2 Timothée 3.15)

Lequel d’entre vous est sage et intelligent ? Qu’il montre, par sa bonne conduite, ses œuvres empreintes de douceur et de sagesse. (Jacques 3.13)

L’Église : un moyen communautaire

Chacun lutte contre le péché en se soutenant ensemble comme un corps dans l’unité et il combat ensemble. Si un membre est touché, tout le corps est affecté. Cela fait ressortir l’interdépendance.

En lui, tout l’édifice bien coordonné s’élève pour être un temple saint dans le Seigneur. En lui, vous aussi, vous êtes édifiés ensemble pour être une habitation de Dieu en Esprit. (Éphésiens 2.21-22)

Projet audacieux de Dieu, c’est plus qu’une organisation humaine. Mettre ensemble des païens et des Juifs tient du miracle ! Comprendre la tension possible de par nos différences,

Car c’est lui notre paix, lui qui des deux n’en a fait qu’un, en détruisant le mur de séparation, l’inimitié. (Éphésiens 2.14)

les païens ont un même héritage, forment un même corps et participent à la même promesse en Christ-Jésus par l’Évangile, (Éphésiens 3.6)

afin qu’il vous donne, selon la richesse de sa gloire, d’être puissamment fortifiés par son Esprit dans l’homme intérieur ; que le Christ habite dans vos cœurs par la foi et que vous soyez enracinés et fondés dans l’amour, pour être capables de comprendre avec tous les saints quelle est la largeur, la longueur, la profondeur et la hauteur, et de connaître l’amour du Christ qui surpasse (toute) connaissance, en sorte que vous soyez remplis jusqu’à toute la plénitude de Dieu. Or, à celui qui, par la puissance qui agit en nous, peut faire infiniment au-delà de tout ce que nous demandons ou pensons, à lui la gloire dans l’Église et en Christ-Jésus, dans toutes les générations, aux siècles des siècles. Amen. (Éphésiens 3.16-21)

Je vous exhorte donc, moi, le prisonnier dans le Seigneur, à marcher d’une manière digne de la vocation qui vous a été adressée, (Éphésiens 4.1)

De lui, le corps tout entier bien ordonné et cohérent, grâce à toutes les jointures qui le soutiennent fortement, tire son accroissement dans la mesure qui convient à chaque partie, et s’édifie lui-même dans l’amour. Voici donc ce que je dis et ce que j’atteste dans le Seigneur : c’est que vous ne devez plus marcher comme les païens, qui marchent selon la vanité de leur intelligence. (Éphésiens 4.16-17)

et revêtir la nature nouvelle, créée selon Dieu dans une justice et une sainteté que produit la vérité. (Éphésiens 4.24)

Qu’il ne sorte de votre bouche aucune parole malsaine, mais s’il y a lieu, quelque bonne parole qui serve à l’édification nécessaire et communique une grâce à ceux qui l’entendent. N’attristez pas le Saint-Esprit de Dieu, par lequel vous avez été scellés pour le jour de la rédemption. Que toute amertume, animosité, colère, clameur, calomnie, ainsi que toute méchanceté soient ôtées du milieu de vous. Soyez bons les uns envers les autres, compatissants, faites-vous grâce réciproquement, comme Dieu vous a fait grâce en Christ. (Éphésiens 4.29-32)

On ne lutte pas entre nous, l’un contre l’autre, on ne se bat pas pour des idées ou opinions différentes ou des désaccords.

La Sainteté et notre comportement

L’Église doit avoir un comportement et une voie qui reflète qui est notre Dieu.

Il s’est donné lui-même pour nous, afin de nous racheter de toute iniquité, et de se faire un peuple qui lui appartienne, purifié par lui et zélé pour les œuvres bonnes. (Tite 2.14)

et vous-mêmes, comme des pierres vivantes, édifiez-vous pour former une maison spirituelle, un saint sacerdoce, en vue d’offrir des victimes spirituelles, agréables à Dieu par Jésus-Christ ; (1 Pierre 2.5)

Pierre reprenant quelques expressions que l’AT appliquait au peuple d’Israël,  applique à l’Église les chrétiens, le nouvel Israël.

Vous, par contre, vous êtes une race élue, un sacerdoce royal, une nation sainte, un peuple racheté, afin d’annoncer les vertus de celui qui vous a appelés des ténèbres à son admirable lumière ; vous qui, autrefois, n’étiez pas un peuple et qui, maintenant, êtes le peuple de Dieu ; vous qui n’aviez pas obtenu miséricorde et qui, maintenant avez obtenu miséricorde. Bien-aimés, je vous exhorte, en tant qu’étrangers et voyageurs, à vous abstenir des désirs charnels qui font la guerre à l’âme. Au milieu des païens, ayez une bonne conduite, afin que, là où ils vous calomnient comme faisant le mal, ils voient vos œuvres bonnes, et glorifient Dieu au jour de sa visite. A cause du Seigneur, soyez soumis à toute institution humaine soit au roi comme souverain, soit aux gouverneurs comme envoyés par lui pour punir ceux qui font le mal et louer ceux qui font le bien ; car c’est la volonté de Dieu qu’en faisant le bien vous réduisiez au silence l’ignorance des insensés, comme des hommes libres, sans faire de la liberté un voile qui couvre la méchanceté, mais comme des serviteurs de Dieu. Honorez tout le monde ; aimez vos frères, craignez Dieu ; honorez le roi. Serviteurs, soyez, en toute crainte, soumis à vos maîtres, non seulement à ceux qui sont bons et doux, mais aussi à ceux qui sont difficiles, car c’est une grâce que de supporter des peines, par motif de conscience envers Dieu quand on souffre injustement. Quelle gloire, en effet, y a-t-il à supporter de mauvais traitements pour avoir péché ? Mais si, tout en faisant le bien, vous supportez la souffrance, c’est une grâce devant Dieu. C’est à cela, en effet, que vous avez été appelés, parce que Christ lui aussi a souffert pour vous et vous a laissé un exemple, afin que vous suiviez ses traces ; (1 Pierre 2.9-21)

Les animaux des champs me glorifieront, Les chacals et les autruches, Car j’aurai mis des eaux dans le désert, Des fleuves dans la terre aride, Pour abreuver mon peuple, mon élu. (Ésaïe 43.20)

Maintenant, si vous écoutez ma voix et si vous gardez mon alliance, vous m’appartiendrez en propre entre tous les peuples, car toute la terre est à moi. Quant à vous, vous serez pour moi un royaume de sacrificateurs et une nation sainte. Voilà les paroles que tu diras aux Israélites. (Exode 19.5-6)

Il s’est donné lui-même pour nous, afin de nous racheter de toute iniquité, et de se faire un peuple qui lui appartienne, purifié par lui et zélé pour les œuvres bonnes. (Tite 2.14)

Le peuple que je me suis formé Publiera mes louanges. (Ésaïe 43.21)

Je t’ai pris du milieu de ce peuple et des païens, vers qui je t’envoie, pour leur ouvrir les yeux, afin qu’ils se tournent des ténèbres vers la lumière et du pouvoir de Satan vers Dieu, et qu’ils reçoivent le pardon des péchés et un héritage avec ceux qui sont sanctifiés par la foi en moi. (Actes 26.17-18)

Autrefois, en effet, vous étiez ténèbres, mais maintenant vous êtes lumière dans le Seigneur. Marchez comme des enfants de lumière ; (Éphésiens 5.8)

Il nous a délivrés du pouvoir des ténèbres et nous a transportés dans le royaume de son Fils bien-aimé, en qui nous avons la rédemption, le pardon des péchés. (Colossiens 1.13-14)

Dieu opère un changement par Christ

Il a équipé et pourvoit pour son Église.

Il a tout mis sous ses pieds et l’a donné pour chef suprême à l’Église, (Éphésiens 1.22)

ainsi désormais les principautés et les pouvoirs dans les lieux célestes connaissent par l’Église la sagesse de Dieu dans sa grande diversité, (Éphésiens 3.10)

à lui la gloire dans l’Église et en Christ-Jésus, dans toutes les générations, aux siècles des siècles. Amen. (Éphésiens 3.21)

Les sacrements en Église (pratiqués en Église)

Les sacrements ont également été fournis pour renforcer la foi du peuple de Dieu. Le baptême signifie notre union avec Christ dans sa mort et sa résurrection, ainsi que notre communion avec lui par le pardon des péchés.

Que dirons-nous donc ? Demeurerions-nous dans le péché, afin que la grâce abonde ? Certes non ! Nous qui sommes morts au péché, comment vivrions-nous encore dans le péché ? Ignorez-vous que nous tous qui avons été baptisés en Christ-Jésus, c’est en sa mort que nous avons été baptisés ? Nous avons donc été ensevelis avec lui dans la mort par le baptême, afin que, comme Christ est ressuscité d’entre les morts par la gloire du Père, de même nous aussi nous marchions en nouveauté de vie. En effet, si nous sommes devenus une même plante avec lui par la conformité à sa mort, nous le serons aussi par la conformité à sa résurrection ; nous savons que notre vieille nature a été crucifiée avec lui, afin que ce corps de péché soit réduit à l’impuissance et que nous ne soyons plus esclaves du péché ; car celui qui est mort est quitte du péché. Or, si nous sommes morts avec Christ, nous croyons que nous vivrons aussi avec lui sachant que Christ ressuscité d’entre les morts ne meurt plus ; la mort ne domine plus sur lui. Car il est mort, et c’est pour le péché qu’il est mort une fois pour toutes, et maintenant qu’il vit, il vit pour Dieu. Ainsi vous-mêmes, considérez-vous comme morts au péché, et comme vivants pour Dieu en Christ-Jésus. (Romains 6.1-11)

Le Repas du Seigneur est conçu pour renforcer notre foi lorsque les croyants saisissent pleinement ce que les éléments représentent. Par la foi, ils « reçoivent spirituellement et se nourrissent du Christ crucifié et de tous les avantages de sa mort »

Se soumettre à ces ordonnances prescrites renforce la foi par l’obéissance et maintient régulièrement la personne et l’œuvre de Jésus vivante dans les chrétiens.

ÉGLISE moyen de grâce

Il faut une église pour amener un chrétien à maturité (croître), et les croyants qui pensent être suffisants en eux-mêmes pour maintenir leur santé et leur croissance spirituelle sans se soumettre à une église sont dangereusement naïfs. Le Christ a fait des dons à l’église, notamment à des enseignants-pasteurs « pour préparer les saints à l’œuvre du ministère et à l’édification du corps du Christ » :

C’est lui qui a donné les uns comme apôtres, les autres comme prophètes, les autres comme évangélistes, les autres comme pasteurs et docteurs, pour le perfectionnement des saints. Cela en vue de l’œuvre du service et de l’édification du corps du Christ, (Éphésiens 4.11-12)

La croissance spirituelle comporte une dimension collective qui souligne notre interdépendance en tant que frères et sœurs qui suivent le Christ ensemble. Dieu a conçu des chrétiens individuels pour fonctionner en tant que membres les uns des autres dans un groupe local de croyants.

ainsi, nous qui sommes plusieurs, nous formons un seul corps en Christ et nous sommes tous membres les uns des autres. (Romains 12.5)

Il y a diversité de dons, mais le même Esprit ; diversité de services, mais le même Seigneur ; diversité d’opérations, mais le même Dieu qui opère tout en tous. Or, à chacun la manifestation de l’Esprit est donnée pour l’utilité (commune). (1 Corinthiens 12.4-7)

En effet, comme le corps est un, tout en ayant plusieurs membres, et comme tous les membres du corps, malgré leur nombre, ne sont qu’un seul corps, – ainsi en est-il du Christ. Car c’est dans un seul Esprit que nous tous, pour former un seul corps, avons tous été baptisés, soit Juifs, soit Grecs, soit esclaves, soit libres, et nous avons tous été abreuvés d’un seul Esprit. Ainsi le corps n’est pas (formé d’) un seul membre, mais de plusieurs. Si le pied disait : Parce que je ne suis pas une main, je ne suis pas du corps, – il n’en est pas moins du corps pour autant. Et si l’oreille disait : Parce que je ne suis pas un œil, je ne suis pas du corps, – elle n’en est pas moins du corps pour autant. Si tout le corps était œil, où serait l’ouïe ? S’il était tout ouïe, où serait l’odorat ? En fait, Dieu a placé chacun des membres dans le corps comme il a voulu. Si tous étaient un seul membre, où serait le corps ? Maintenant donc il y a plusieurs membres et un seul corps. L’œil ne peut pas dire à la main : Je n’ai pas besoin de toi ; ni la tête dire aux pieds : Je n’ai pas besoin de vous. Mais bien plutôt, les membres du corps qui paraissent être les plus faibles sont nécessaires ; et ceux que nous estimons être les moins honorables du corps, nous les entourons d’un plus grand honneur. Ainsi nos membres les moins décents sont traités avec le plus de décence, tandis que ceux qui sont décents n’en ont pas besoin. Dieu a disposé le corps de manière à donner plus d’honneur à ce qui en manquait, afin qu’il n’y ait pas de division dans le corps, mais que les membres aient également soin les uns des autres. Et si un membre souffre, tous les membres souffrent avec lui ; si un membre est honoré, tous les membres se réjouissent avec lui. Vous êtes le corps de Christ, et vous êtes ses membres, chacun pour sa part. (1 Corinthiens 12.12-27)

Si votre objectif est la maturité spirituelle, vous ne pouvez tout simplement pas négliger d’être unis à une église bien ordonnée et fidèle à la Bible.

Comme motivation supplémentaire et aller plus loin

En tant qu’apôtre expérimenté, Paul écrit que son but est de connaître le Christ.

[…] ainsi que la puissance de sa résurrection et la communion de ses souffrances, en devenant conforme à lui dans sa mort, pour parvenir, si possible, à la résurrection d’entre les morts. Ce n’est pas que j’aie déjà remporté le prix ou que j’aie déjà atteint la perfection ; mais je poursuis (ma course) afin de le saisir, puisque moi aussi, j’ai été saisi par le Christ-Jésus. Frères, pour moi-même je n’estime pas encore avoir saisi (le prix) ; mais je fais une chose : oubliant ce qui est en arrière et tendant vers ce qui est en avant, je cours vers le but pour obtenir le prix de la vocation céleste de Dieu en Christ-Jésus. (Philippiens 3.10-14)

Ce sont les mots d’un croyant mature qui est déterminé à continuer à grandir. Et il ajoute cette exhortation à son témoignage: « Que ceux d’entre nous qui sommes mûrs pensent de cette façon »

Nous tous donc qui sommes parfaits (mûrs) ayons cette pensée; et si vous êtes en quelque point d’un autre avis, Dieu vous éclairera aussi là-dessus. (Philippiens 3.15)

selon le dessein éternel qu’il a réalisé par le Christ-Jésus notre Seigneur, (Éphésiens 3.11)

afin qu’il vous donne, selon la richesse de sa gloire, d’être puissamment fortifiés par son Esprit dans l’homme intérieur ; que le Christ habite dans vos cœurs par la foi et que vous soyez enracinés et fondés dans l’amour, pour être capables de comprendre avec tous les saints quelle est la largeur, la longueur, la profondeur et la hauteur, et de connaître l’amour du Christ qui surpasse (toute) connaissance, en sorte que vous soyez remplis jusqu’à toute la plénitude de Dieu. Or, à celui qui, par la puissance qui agit en nous, peut faire infiniment au-delà de tout ce que nous demandons ou pensons, à lui la gloire dans l’Église et en Christ-Jésus, dans toutes les générations, aux siècles des siècles. Amen. (Éphésiens 3.16-21)

Je vous exhorte donc, moi, le prisonnier dans le Seigneur, à marcher d’une manière digne de la vocation qui vous a été adressée, (Éphésiens 4.1)

De lui, le corps tout entier bien ordonné et cohérent, grâce à toutes les jointures qui le soutiennent fortement, tire son accroissement dans la mesure qui convient à chaque partie, et s’édifie lui-même dans l’amour. Voici donc ce que je dis et ce que j’atteste dans le Seigneur : c’est que vous ne devez plus marcher comme les païens, qui marchent selon la vanité de leur intelligence. (Éphésiens 4.16-17)

et revêtir la nature nouvelle, créée selon Dieu dans une justice et une sainteté que produit la vérité. (Éphésiens 4.24)

Que celui qui dérobait ne dérobe plus, mais qu’il prenne plutôt de la peine, en travaillant honnêtement de ses mains, pour avoir de quoi donner à celui qui est dans le besoin. Qu’il ne sorte de votre bouche aucune parole malsaine, mais s’il y a lieu, quelque bonne parole qui serve à l’édification nécessaire et communique une grâce à ceux qui l’entendent. N’attristez pas le Saint-Esprit de Dieu, par lequel vous avez été scellés pour le jour de la rédemption. Que toute amertume, animosité, colère, clameur, calomnie, ainsi que toute méchanceté soient ôtées du milieu de vous. Soyez bons les uns envers les autres, compatissants, faites-vous grâce réciproquement, comme Dieu vous a fait grâce en Christ. (Éphésiens 4.28-32)

Soyez donc les imitateurs de Dieu, comme des enfants bien-aimés ; (Éphésiens 5.1)

Sylvain Forest, pasteur
6 novembre 2019

Sylvain Forest

Pasteur de l’Église Baptiste de la Foi de Drummondville

Partagez cet enseignement :

Share on facebook
Share on twitter
Share on print
Share on email