Croître en maturité, partie 2

**Dû à des circonstances inconnues, nous n’avons pas l’enregistrement audio du message. Nous sommes désolés des inconvénients.**

 

« L’exercice n’est pas de faire un examen d’accomplissements ou de performances humaines par nos propres forces, sinon, on va voir ça comme un fardeau, mais plutôt en saisissant la façon dont Dieu le voit. De cette façon, nous pourrons être motivés et encouragés. C’est une question de façon de voir ou aborder : « La chair voit l’incapacité et les limites; la foi voit selon la perspective de Dieu. » Il nous faut voir ce qu’il déclare qu’il fait et comment il le fait ! Est-ce qu’on se concentre vraiment sur ce que la Parole nous dit ? C’est une marche qui démontre une sagesse et une maturité. »

Qu’est-ce que la maturité spirituelle? Comment la décrire (son essence, sa constitution, sa forme)?

C’est un état!

Le mot traduit par « maturité » dans Hébreux 6.1 appartient à une famille de mots qui sont traduits ailleurs par « complet » ou « parfait ». C’est l’idée d’atteindre un développement complet. Pour « atteindre la maturité », il faut donc devenir un disciple complet et pleinement développé en Christ. Cela signifie devenir de plus en plus semblable à Christ dans notre pensée, notre caractère moral et notre dévotion (adoration et service) à Dieu. Éphésiens 4.13-15 décrit la maturité spirituelle comme étant en train de se développer et de progresser vers un but commun.

Le projet de Dieu, alors personne ne descend en chemin!

jusqu’à ce que nous soyons tous parvenus à l’unité de la foi et de la connaissance du Fils de Dieu, à l’état d’homme fait, à la mesure de la stature parfaite de Christ, afin que nous ne soyons plus des enfants, flottants et emportés à tout vent de doctrine, par la tromperie des hommes, par leur ruse dans les moyens de séduction, mais que, professant la vérité dans la charité, nous croissions à tous égards en celui qui est le chef, Christ. (Éphésiens 4.13-15)

Les chrétiens matures sont ceux dont la vie est marquée par une stabilité telle qu’ils ne sont pas facilement ébranlés ou égarés par des enseignements et des pratiques ou des influences contraires à la Parole de Dieu. Au contraire, les croyants matures « grandissent dans tous les aspects et dans toutes situations » en Christ.

On n’y parvient pas tous à la même vitesse, ni de la même façon, de par nos différences, mais selon les même bases et principes que Dieu a déterminés. À nous de s’y plonger pour bien les saisir!

L’exercice n’est pas de faire un examen d’accomplissements ou de performances humaines par nos propres forces, sinon, on va voir ça comme un fardeau, mais plutôt en saisissant la façon dont Dieu le voit. De cette façon, nous pourrons être motivés et encouragés. C’est une question de façon de voir ou aborder : « La chair voit l’incapacité et les limites; la foi voit selon la perspective de Dieu. » Il nous faut voir ce qu’il déclare qu’il fait et comment il le fait ! Est-ce qu’on se concentre vraiment sur ce que la Parole nous dit ?

C’est une marche qui démontre une sagesse et une maturité.

Aussi je vous demande de ne pas perdre courage à cause de mes tribulations pour vous ; elles sont votre gloire. C’est pourquoi, je fléchis les genoux devant le Père, de qui toute famille dans les cieux et sur la terre tire son nom, afin qu’il vous donne, selon la richesse de sa gloire, d’être puissamment fortifiés par son Esprit dans l’homme intérieur ; que le Christ habite dans vos cœurs par la foi et que vous soyez enracinés et fondés dans l’amour, pour être capables de comprendre avec tous les saints quelle est la largeur, la longueur, la profondeur et la hauteur, et de connaître l’amour du Christ qui surpasse (toute) connaissance, en sorte que vous soyez remplis jusqu’à toute la plénitude de Dieu. Or, à celui qui, par la puissance qui agit en nous, peut faire infiniment au-delà de tout ce que nous demandons ou pensons, à lui la gloire dans l’Église et en Christ-Jésus, dans toutes les générations, aux siècles des siècles. Amen. Je vous exhorte donc, moi, le prisonnier dans le Seigneur, à marcher d’une manière digne de la vocation qui vous a été adressée, en toute humilité et douceur, avec patience. Supportez-vous les uns les autres avec amour, en vous efforçant de conserver l’unité de l’Esprit par le lien de la paix. Il y a un seul corps et un seul Esprit, comme aussi vous avez été appelés à une seule espérance, celle de votre vocation ; il y a un seul Seigneur, une seule foi, un seul baptême, un seul Dieu et Père de tous, qui est au-dessus de tous, parmi tous et en tous. (Éphésiens 3.13-4.6)

Nous ne sommes pas laissés à nous-mêmes et ça ne repose pas sur nos propres forces.

Vocation : acte par lequel Dieu nous a prédestinés en vue d’une fonction précise, sur mesure.

Sylvain Forest, pasteur
11 septembre 2019

Sylvain Forest

Pasteur de l’Église Baptiste de la Foi de Drummondville

Partagez cet enseignement :

Share on facebook
Share on twitter
Share on print
Share on email