Méditation quotidienne — 1 Jean 3.

Et voici son commandement : Que nous croyions au nom de son Fils Jésus-Christ, et que nous nous aimions les uns les autres, selon le commandement qu’il nous a donné. – 1 Jean 3.23

Jean parle d’un seul commandement, mais le décrit sous deux aspects : croire au Fils et s’aimer les uns les autres.

Bien que nous puissions apprécier ces deux aspects comme deux commandements, Jean les présente comme un seul probablement pour nous montrer qu’il est impossible d’obéir à l’un sans obéir à l’autre.

Croire en Jésus-Christ c’est beaucoup plus que d’être convaincu de son existence. C’est beaucoup plus que d’être convaincu de tout ce qui est dit de lui dans les Écritures. Satan et les démons croient en ces choses sans être sauvés pour autant (Matthieu 8.29-31 ; Luc 4.41 ; Marc 3.11 ; Actes 16.17 ; Jacques 2.19).

Croire en Jésus-Christ c’est lui faire confiance, et c’est aussi l’aimer (Jean 14.21), et lui obéir. C’est vouloir l’honorer et lui consacrer toute notre vie.

Celui qui aime Jésus-Christ va aimer ceux que Jésus-Christ aime. TOUS ceux que Jésus-Christ aime.

Pour l’homme, il est difficile de concevoir que l’amour soit un commandement. Il nous semble plutôt que l’amour doit émaner spontanément et librement de l’être. Cette pensée vient en fait de notre péché qui fait que nous voulons définir les choses par nous-mêmes et qui croyons en une pseudo-liberté qui est plutôt une folle émancipation de toute autorité.

Les Écritures nous enseignent le contraire. Notre vraie liberté n’est possible que dans la soumission à Dieu. Ce qu’il nous demande n’est pas contre nous mais en notre faveur. Ce n’est que dans l’obéissance au Seigneur que nous trouvons notre joie et notre épanouissement.

Revenons au fait que la foi en Jésus-Christ et l’amour fraternel sont indissociables. Puisque la foi est donnée par Dieu (Éphésiens 2.8-9 ; Philippiens 1.29 ; 2 Pierre 1.1), et que l’amour fraternel est indissociable de la foi, c’est donc que c’est Dieu qui nous donne aussi l’amour pour les frères et sœurs (Romains 5.5).

Tout cela prend son sens lorsque nous comprenons que la foi que Dieu donne aux élus est en fait une disposition qui émane du nouveau cœur, de la régénération. Et ce nouveau cœur fait que nous croyons en Jésus-Christ, que nous obéissons au Seigneur (Ézéchiel 11.19-20), et dans cette obéissance, il y a l’amour fraternelle. Un cœur qui aime Jésus-Christ est un cœur qui aime les frères et sœurs.

La foi hypocrite ne peut produire cela. Seule la transformation du Seigneur dans nos vies le peut.

Père éternel, pardonne-nous notre égoïsme. Nous comprenons que la sanctification est progressive et nous te prions, nous te supplions de nous donner de nous aimer les uns les autres comme tu nous as aimés, c’est-à-dire en nous donnant aux frères et sœurs.

Prédicateur invité

Partagez cet enseignement :

Share on facebook
Share on twitter
Share on print
Share on email