Méditation quotidienne — 1 Jean 3.12-13

Ne faisons pas comme Caïn, qui était du Malin et qui égorgea son frère. Et pourquoi l’égorgea-t-il ? Parce que ses œuvres étaient mauvaises, et que celles de son frère étaient justes. Ne vous étonnez pas, frères, si le monde a de la haine pour vous. 1 Jean 3.12-13

Caïn est un triste exemple de ceux qui sont de la descendance du serpent (Genèse 3.15). Bien qu’il fût biologiquement fils d’Ève, spirituellement, il était fils du diable. L’expression « du Malin » ou « du diable » est synonyme de « race de vipère » (Matthieu 3.7 ; 12.34). Ces expressions ne sont pas des insultes mais des affirmations théologiques.

Être fils du diable c’est être du monde de Satan et faire les œuvres de Satan (Jean 8.44 ; 1 Jean 3.12). Tout débute là pour l’individu. Il ne devient pas fils du diable. Il l’est par nature (Éphésiens 2.3).

L’histoire de Caïn nous en dit davantage. Tout comme Abel, il offrit un sacrifice à l’Éternel (Genèse 4.3-4). Les deux offrandes peuvent nous sembler acceptables dans un premier regard. Cependant, deux indices nous montrent que le sacrifice de Caïn n’était pas recevable pour Dieu. Un troisième indice sera présenté à partir d’un autre texte.

1- Le premier indice porte sur la nature de l’offrande. Caïn n’offrit pas un sacrifice sanglant, mais offrit des fruits du sol (Genèse 4.3). Tout porte à croire que Caïn ne voyait pas son péché ni la nécessité d’offrir au Seigneur un sacrifice de substitution pour lui-même.

2- Le deuxième indice porte sur la qualité de l’offrande. Ce qui fait ressortir l’inauthenticité de l’offrande de Caïn dans le texte est ce qui est dit de celle d’Abel. Celui-ci offrit « les premiers-nés de son petit bétail avec leur graisse ». Offrir les premiers-nés est un acte de foi que le Seigneur va en donner d’autres. Pour Caïn, il n’a pas offert ses premières récoltes. Le texte dit simplement qu’il apporta des fruits du sol.

3- Un troisième indice porte sur la disposition et nous est fourni en Hébreux 11.4 où nous apprenons qu’Abel offrit son sacrifice par la foi, contrairement à Caïn. Ce dernier n’était pas sincère.

Dans le triste exemple de Caïn, nous voyons le pire de l’être humain. Caïn cachait sa rébellion au Seigneur dans sa religiosité. Il simulait, il feignait une communion avec Dieu. Il posa un geste religieux mais sans foi en Dieu.

Frères et sœurs, nos actions révèlent notre cœur, et notre appartenance au Seigneur. La vraie foi produit des œuvres de Dieu. Une foi hypocrite, simulée, finit par paraître (Matthieu 23.28). Tôt ou tard, la rébellion refait surface.

Seigneur Dieu, montre-nous la réalité de nos cœurs. Que notre amour soit sans hypocrisie (Romains 12.9).

Prédicateur invité

Partagez cet enseignement :

Share on facebook
Share on twitter
Share on print
Share on email