Méditation quotidienne – Psaume 125

Je vous invite à faire la lecture du Psaume 125.

Le psaume désigne les croyants comme ceux qui se confient en l’Éternel (Psaume 125.1). Mais que signifie se confier en l’Éternel ? Dans mon ministère, j’ai entendu des personnes me dire qu’elles se confient en l’Éternel, et ces synonymes comme « je fais confiance à Dieu », mais sans vraiment comprendre ce que ça signifie.

Se confier en l’Éternel implique de lui obéir, de faire ce qu’il demande, en s’attendant à lui. Celui qui ne se soumet pas à Dieu ne peut s’attendre aux soins paternels de Dieu puisque la délivrance et la restauration se trouvent sur le sentier de l’obéissance.

Celui qui ne vit pas selon Dieu, qui n’obéit pas à sa loi, qui néglige ses institutions comme l’Église mais qui dit faire confiance au Seigneur se contredit. Cette personne veut vivre selon ses propres choix, ses propres pensées, mais ne désire pas les conséquences de cette vie sans Dieu. Elle croit que le Seigneur va s’accommoder de cette prise à la légère de l’évangile.

Par exemple, une personne qui se dit chrétienne et qui prétend se confier en Dieu, tout en n’ayant pas une vie d’Église locale réelle, ne se confie pas vraiment en Dieu. En fait, elle veut des bénédictions sans les moyens prévus par Dieu pour déverser ses bénédictions.

Si la maxime « qui veut la fin prend les moyens » est souvent problématique, la maxime « qui veut la fin (au sens de résultat) de Dieu prend les moyens de Dieu ».

Ce sont ceux qui se confient réellement, pleinement en Dieu qui ne chancellent pas (Psaume 125.1) et non ceux qui prétendent se confier en Dieu tout en demeurant à distance des moyens de grâce.

Ceux qui se confient en l’Éternel, avec tout ce que ça signifie, sont protégés et entourés. Ça signifie que le Seigneur veille sur nous. Il veille à ce que les méchants (dans la Bible, ça signifie les non chrétiens) n’exercent pas une domination et une influence illimitée et déterminante sur le peuple de Dieu. Le Seigneur contrôle les situations et protège ses enfants.

Les versets 4 et 5 opposent ceux qui appartiennent à Dieu et ceux qui ne lui appartiennent pas.

Pour ceux qui appartiennent au Seigneur (Psaume 125.4), celui-ci est bienfaisant, c’est-à-dire que le Seigneur leur fait du bien.

Mais pour ceux qui n’appartiennent pas au Seigneur (Psaume 125.5), il les condamne avec les autres. Ici, nous devons voir que ce sont les Israélites rebelles qui sont visés. Ils seront condamnés avec les païens.

Le jugement de Dieu fait partie de l’évangile (Romains 2.16). La condamnation des réprouvés est nécessaire pour que la paix soit réalisée en faveur du peuple de Dieu (Psaume 125.5).

Ce psaume nous enseigne que le Seigneur assure notre protection dans ce monde-ci. Ça ne signifie pas que nous n’aurons jamais d’épreuve. Ça signifie que le Seigneur contrôle tout ce qui nous arrive, y compris les épreuves.

Ce psaume nous enseigne également que la condamnation des réprouvés est nécessaire pour que le royaume de paix qui nous attend soit parfait et achevé.

Seigneur Dieu, je suis tellement reconnaissant que tu nous traites, nous tes enfants, avec tant de bienfaisance. Merci des moyens de grâce comme l’Église et pour ta protection constante. Et merci de poursuivre ton plan qui vise à l’établissement de ton royaume éternel.

Prédicateur invité

Partagez cet enseignement :

Share on facebook
Share on twitter
Share on print
Share on email