Méditation quotidienne – Psaume 123

Je vous invite à faire la lecture du Psaume 123.

Chant des montées. J’ai levé les yeux vers toi, qui sièges dans le ciel. Oui, tout comme les yeux des serviteurs sont fixés sur la main de leur maître, et les yeux de la servante sur la main de sa maîtresse, ainsi nos yeux se tournent vers l’Eternel, notre Dieu, jusqu’à ce qu’il nous fasse grâce. Fais-nous grâce, Eternel, fais-nous grâce, car nous n’en pouvons plus d’être méprisés, nous en avons plus qu’assez des moqueries des orgueilleux, du mépris des hautains !

Ce psaume très bref (4 versets) nous parle de l’attitude du chrétien face aux persécutions.

Le Seigneur Jésus nous avertit que si nous sommes unis à lui, nous serons persécutés (Matthieu 5.11 ; 10.22), bien que les persécutions varient énormément en intensité selon les milieux. Dans certains cas, le chrétien essuie du mépris sans plus. Mais dans d’autres cas, ça se rend à la torture et au meurtre (Hébreux 11.37).

Nous devons nous rappeler que ces persécutions sont des souffrances qui s’inscrivent dans notre union à Jésus-Christ (Romains 8.17 ; Philippiens 1.29).

Le chrétien lève les yeux vers le Seigneur en étant convaincu qu’il règne (Psaume 123.1). Notre Seigneur siège dans les cieux. Ce qui nous arrive n’échappe pas du tout à sa souveraineté et ne menace en rien ses promesses.

Le chrétien se tourne vers le Seigneur, c’est-à-dire qu’il le prie, le supplie de le garder dans ces situation (Psaume 123.2). Le chrétien s’attend au Seigneur. Sa prière n’est pas que des mots. Elle est l’expression d’un cœur humble qui s’appuie sur Dieu. Prions que le Seigneur nous donne de persévérer en particulier dans ces situations.

Le chrétien sait que la vraie délivrance n’est possible que par Dieu (Psaume 123.3). Sa vengeance viendra. Gardons-nous de vouloir l’assumer nous-mêmes.

Le mépris vient de personnes rassasiées (Psaume 123.4), c’est-à-dire de personnes qui se croient en sécurité dans leurs propres voies. Ces personnes sont hautaines, elles regardent les croyants de haut, avec orgueil. Elles regardent aussi Dieu de haut puisqu’elles méprisent sa Parole.

Père éternel, merci de nous avoir unis à Jésus-Christ même dans ses souffrances (Actes 5.41). Nous avons peine à les apprécier, mais donne-nous de les considérer comme tu les vois.

De plus, nous te prions de nous donner de veiller sur nos cœurs dans ces circonstances, et de nous attendre à toi et à toi seul.

Prédicateur invité

Partagez cet enseignement :

Share on facebook
Share on twitter
Share on print
Share on email