Méditation quotidienne – Psaume 122

Je vous invite à faire la lecture du Psaume 122.

Ce psaume nous parle de Jérusalem et de la maison de l’Éternel. Pour bien l’apprécier, nous devons prendre note que Jérusalem préfigurait la Jérusalem céleste (Galates 4.26 ; Hébreux 12.22 ; Apocalypse 3.12) alors que la maison de l’Éternel annonçait l’Église (1 Corinthiens 3.16 ; 2 Corinthiens 6.16).

La maison de l’Éternel nous parle, non pas d’un bâtiment, mais de communion et de famille, ainsi que d’adoration en Église. C’est là où le Père céleste rassemble ses enfants, les nourrit et leur prodigue tous les soins. Ce qui fait la plus grande joie du chrétien devrait être de vivre cette communion avec Dieu et avec ses enfants (Psaume 122.1-2). Le cœur de David battait d’excitation à la simple idée de se rendre à la maison du Seigneur.

Nous devrions être dans cette même joie de vivre la vie d’Église en famille pour adorer notre Seigneur. Et cette même joie devrait nous habiter à l’idée que notre vie éternelle consistera à vivre ces bénédictions encore plus intensément.

Le verset 3 nous parle de Jérusalem comme d’une cité sécuritaire. Semeur traduit : « Ô Jérusalem, cité bien bâtie, formant un tout bien uni ! ». Jérusalem fut complètement détruite en 70. Ce qui est bien bâti, c’est la nouvelle création. Pour l’éternité, toute menace présente dans cette création-ci aura disparu. Notre sécurité est parfaite en Jésus-Christ et sera encore plus parfaite dans l’éternité.

Combien nous devons vivre l’unité. Le Seigneur ne rassemble pas ses élus pour qu’ils se divisent (Psaume 122.4a). Le but de ce rassemblement est que nous soyons constamment tournés ensemble vers le Seigneur (Psaume 122.4b).

Jérusalem était également le centre politique d’Israël. Elle abritait les magistères juridiques et civils. Pour l’éternité, ce sont nous, chrétiens, qui régnerons sur toute la terre avec Jésus-Christ (2 Timothée 2.12 ; Apocalypse 5.10).

La prière de David qui demande la paix pour Jérusalem (Psaume 122.6-7) sera pleinement exaucée dans la nouvelle Jérusalem. L’étymologie du nom Jérusalem est fondement pour la paix ou possession de la paix. Pensons-y ! Notre éternité se passera dans une paix parfaite et éternelle. Oh, que Son royaume vienne !

Mais déjà, nous devons vivre cette paix entre nous, chrétiens (Psaume 122.8), que la paix soit en chacun de nous. La paix avec Dieu, la paix entre frères et sœurs. La paix signifie que tout ce qui affecte notre relation, avec Dieu et avec nos frères et sœurs, n’est plus.

Le verset 9 doit être compris comme un désir profond pour notre frère, notre sœur. Chacun de nous doit rechercher le bonheur des autres.

Que le Seigneur nous donne de renoncer à nous-mêmes pour que nous soyons tournés vers les intérêts de nos frères et sœurs (Philippiens 2.4). C’est ainsi que nous chercherons les intérêts du Christ (Philippiens 2.21).

Père céleste. Merci de nous accueillir pour l’éternité en ta présence. Nous te prions afin que tu nous donnes, comme Église locale, de vivre et de goûter aux bénédictions de communion et de recherche du bonheur des autres.

Prédicateur invité

Partagez cet enseignement :

Share on facebook
Share on twitter
Share on print
Share on email