Méditation quotidienne – Psaume 131

Je vous invite à faire la lecture du Psaume 131.

Chant des montées, de David. Eternel, je n’ai pas un cœur orgueilleux ni des regards hautains, et je ne m’engage pas dans des projets trop grands et trop élevés pour moi. Au contraire, je suis calme et tranquille comme un enfant sevré qui se trouve avec sa mère, je suis comme un enfant sevré. Israël, mets ton espoir en l’Eternel dès maintenant et pour toujours !

David expose son cœur à tous les croyants puisque les psaumes étaient publiés, ils constituaient le recueil de cantiques des Israélites.

Il commence par dire ce qu’il n’a pas fait (Psaume 131.1), puis ce qu’il a fait (Psaume 131.2) avant d’encourager son peuple (Psaume 131.3). Charles Spurgeon a dit de ce psaume « C’est l’un des psaumes les plus courts à lire, mais l’un des plus longs à apprendre ».

David est demeuré humble (Psaume 131.1). Lorsqu’il vainquit le géant Goliath, David a donné toute la gloire à Dieu (1 Samuel 17.26, 37, 45-46).

David avait l’occasion à deux reprises de tuer le roi Saül alors que ce dernier cherchait justement à tuer David (1 Samuel 24.4-7 ; 26.8-10). David ne l’a pas fait parce qu’il avait la conviction que c’était à Dieu seul de mettre un terme à la vie du roi.

Et très souvent, David a reconnu qu’il n’est qu’un serviteur (ex. Psaume 18.1 ; 31.17) et que le vrai Roi est Dieu (ex. Psaume 9.8 ; 45.7).

L’humilité ne se contente pas de mots mais se voit dans les actions, les décisions.

Cette humilité de David lui a donné la sagesse de ne pas s’engager dans des projets trop grands pour lui (Psaume 131.1c). Ce verset ne signifie pas que le chrétien devrait s’abstenir de réfléchir sur des doctrines plus compliquées (cf. 2 Pierre 3.15-16).

Ce sont vraiment les projets trop grands qui sont visés. Sans éteindre toute ambition pour le Seigneur, nous devons reconnaître les limites que le Seigneur nous donne. En fait, œuvrons dans ces limites et laissons au Seigneur le soin de donner l’expansion qu’il voudra bien nous confier.

David vivait le contentement, comme un enfant sevré (Psaume 131.2). Il a su maîtriser son âme et lui imposer le calme et le silence. Combien de fois des idées passent par notre tête, des émotions nous traversent. Nous devons apprendre à maîtriser ces pensées, ces idées (cf. Philippiens 2.5). La meilleure façon de chasser les idées nuisibles et de nous remplir des pensées de Dieu dans sa Parole.

David pense maintenant à son peuple (Psaume 131.3). Il sait que ce qu’il a vécu doit servir aussi pour le peuple de Dieu. Combien il est important de s’édifier les uns les autres, de s’encourager, de s’exhorter.

Recherchons les moments de communion fraternelle pour multiplier ces partages de l’œuvre de Dieu en nous tous et pour s’enquérir des bénédictions vécues par tous nos frères et sœurs.

Père éternel, tu es le gardien notre mon âme et nous t’en sommes très reconnaissants. Donne-nous d’être humbles devant toi et devant les hommes à l’exemple de Jésus-Christ.

Prédicateur invité

Partagez cet enseignement :

Share on facebook
Share on twitter
Share on print
Share on email