Méditation quotidienne – Psaume 147

Je vous invite à faire la lecture du Psaume 147.

Ce psaume est divisé en deux parties : versets 1 à 11 et 12 à 20.

Louez l’Éternel ! (Psaume 147.1). Le psalmiste fournit des raisons objectives de louer le Seigneur. Il est bon, agréable et beau de le louer. En effet, que des créatures rachetées élèvent leurs voix pour proclamer les attributs et les hauts faits de Dieu est merveilleux.

Le psalmiste développe maintenant quelques hauts faits de Dieu. Il nous rassemble (Psaume 147.2). Il nous guérit (Psaume 147.3). Il nous soutient (Psaume 147.6). Il pourvoit à nos besoins (Psaume 147.8) comme à ceux des animaux (Psaume 147.9). Ces derniers ne sont pas là pour eux-mêmes. Le Seigneur a donné tous les animaux à l’homme (Genèse 1.26) et si le Seigneur pourvoit à leurs besoins, c’est pour que l’homme puisse en bénéficier.

Voilà plusieurs raisons pour louer le Seigneur. Répondons-nous à toutes ces bénédictions par la louange et la reconnaissance (Psaume 147.7) ?

La fin de cette première partie du psaume rappelle que le Seigneur ne prend pas plaisir en ceux qui se confient dans les choses de ce monde-ci (Psaume 147.10) mais dans ceux qui le craignent et qui s’attendent à lui (Psaume 147.11). Le craindre c’est prendre au sérieux ce qu’il dit. Tout ce qu’il dit.

La deuxième partie du psaume (Psaume 147.12-20) revient sur l’exhortation à louer le Seigneur (Psaume 147.12) et fournit d’autres raisons pour cela.

Le Seigneur bénit la nation qui lui appartient (Psaume 147.12-13). Nous arrive-t-il de souhaiter la bénédiction pour soi sans la désirer pour nos frères et sœurs ? Louer le Seigneur c’est le louer aussi pour ce qu’il fait pour les autres. Nous sommes beaucoup plus liés les uns aux autres que nous pouvons le penser.

Notre monde souffre profondément d’individualisme et l’Église n’échappe pas à cette tendance. Le plan de Dieu est de nous donner de vivre une vie chrétienne en Église. Personne n’est un singleton. Nous sommes membres les uns des autres. Et ce n’est qu’ensemble que nous formons un corps à la gloire de Dieu.

Le Seigneur affermit son peuple (Psaume 147.13) le protège et le bénit (Psaume 147.14). Il accomplit son alliance (Psaume 147.15) et accorde l’abondance (Psaume 147.16) à travers toutes les saisons (Psaume 147.16-18).

Pour accomplir son plan, le Seigneur déploie les éléments de la création qui se révèlent être de fidèles serviteurs (Psaume 147.18).

Les deux derniers versets du psaume nous parlent de l’élection. Dieu ne traite pas tous les hommes de la même façon. Il a fait connaître ses paroles à la nation juive (Psaume 147.19), ce qu’il n’avait pas fait pour les autres nations (Psaume 147.20).

Sous la nouvelle alliance, la distinction n’est pas entre Israël et les autres nations mais entre l’Église et les réprouvés (Romains 9). Dieu choisit à qui il se révèle (Jean 5.21 ; 17.2 ; Romains 9.18). Jésus a parlé en paraboles pour éviter que des réprouvés puissent comprendre l’évangile (Matthieu 13.10-11).

Il y aurait tellement à dire sur ce sujet, ce qui n’est pas le but de cette méditation. Nous pouvons au moins retenir que si nous avons cru, ce n’est pas parce que nous aurions été perspicaces, plus intelligents que les non croyants. C’est parce que le Seigneur a bien voulu se révéler à nous. Pour l’éternité, nous allons lui rendre grâce de nous avoir pris pour lui appartenir.

Père éternel, merci de nous avoir choisis pour te louer, pour célébrer la vie en toi, pour honorer Jésus-Christ, le Roi des rois. Merci de nous avoir ouvert l’intelligence afin que nous recevions les choses de l’Esprit (1 Corinthiens 2.14-15).

Prédicateur invité

Partagez cet enseignement :

Share on facebook
Share on twitter
Share on print
Share on email