Méditation quotidienne – Psaume 119.129-136

Je vous invite à faire la lecture du Psaume 119.129-136.

Le chrétien reconnaît combien merveilleuse est la Parole de Dieu. Elle est merveilleuse dans ce qu’elle révèle et produit dans nos vies (Psaume 119.129), en raison de la lumière et de l’intelligence qu’elle donne à ceux qui reconnaissent leur besoin (Psaume 119.130). Il faut apprécier la Parole de Dieu au point d’en être avide (Psaume 119.131).

Imaginez un graphiste qui regarde une carte routière. Il apprécie la conception, les contrastes de couleurs, la clarté des informations. Mais jamais il ne l’utilise pour se diriger. Son appréciation de la carte ne sera pas celle visée par son concepteur.

Celui qui apprécie la Parole de Dieu doit l’apprécier pour le but visé par Dieu : diriger nos vies, consoler nos larmes, nourrir notre espérance, corriger nos vies et, par-dessus toutes ces choses, nous révéler le Père à travers le Fils.

Lorsque le croyant lit la Parole de Dieu, il peut compter sur le Seigneur qui la rend efficace, qui applique les bienfaits de sa Parole dans nos cœurs (Psaume 119.132). Notre méditation de la Parole doit toujours s’inscrire dans notre dépendance au Seigneur.

Lui seul peut nous guider, nous garder dans ses voies et nous affermir par sa Parole (Psaume 119.133). Il ne permet pas que l’injustice domine sur lui.

Les opposants rendent plus difficile notre obéissance à Dieu (Psaume 119.134). Qu’on pense au chrétien dont le patron non chrétien impose le travail le dimanche. Pensons aussi aux tensions au sein d’un couple dont l’un est chrétien et l’autre non.

Il y a aussi les gouvernements païens qui imposent des règles qui vont à l’encontre des commandements de Dieu. Ces circonstances, aussi pénibles soient-elles, ne doivent pas nous faire dévier de notre loyauté envers le Seigneur.

Puisque c’est le but premier de la méditation des Écritures, le chrétien désire que la face de Dieu brille sur lui (Psaume 119.135), c’est-à-dire que le Seigneur soit présent à chaque instant dans sa vie.

Cette section termine par la désolation du croyant devant le mépris de la loi de Dieu dans son entourage (Psaume 119.136). Suis-je devenu insensible face au piétinement de la loi de Dieu dans mon entourage ? Dans ma famille ?

Seigneur Dieu, toi qui m’a éclairé, conduis-moi dans tes sentiers de justice, donne-moi de marcher selon ta Parole dans ce monde perdu et rebelle à ta loi.

Prédicateur invité

Partagez cet enseignement :

Share on facebook
Share on twitter
Share on print
Share on email