Méditation quotidienne – Psaume 139

Je vous invite à faire la lecture du Psaume 139.

Ce psaume est un bel exemple de l’importance d’intégrer dans nos vies ce que nous connaissons de Dieu.

Le psalmiste débute par l’affirmation de l’omniscience de Dieu, c’est-à-dire le fait que Dieu sait tout exhaustivement (Psaume 139.1-6). David était conscient qu’il ne pouvait rien, mais absolument rien cacher à l’Éternel.

Peut-être vous est-il arrivé d’avoir une personne à rencontrer avec la pensée que vous ne savez pas ce que vous allez dire lorsque vous serez face à celle-ci. Et bien, Dieu, lui, sait ce que vous allez dire (Psaume 139.4).

Le Seigneur connaît nos moindres pensées, nos motivations parfois égoïstes et hypocrites. Il connaît tout au point où il n’y a rien qui pourrait être ajouté à sa connaissance. Ça dépasse notre entendement (Psaume 139.6).

Après l’omniscience de Dieu, c’est son omniprésence qui est mentionnée (Psaume 139.7-12), c’est-à-dire le fait que Dieu est partout en même temps. Certains théologiens affirment que le Seigneur est même présent en enfer (Apocalypse 14.10), mais évidemment pas pour y subir la souffrance des damnés.

Lorsque la Bible affirme que Dieu est partout, ça ne signifie pas que cette présence a le même statut partout. Par exemple, le Seigneur habite dans son Église (2 Corinthiens 6.16). Dans ce cas, il s’agit d’une présence alliancielle, d’une présente attentionnée pour ses enfants.

Comme un homme qui est présent dans un centre commercial avec sa famille. Sa présence ne représente pas la même chose pour sa famille que pour les inconnus présents.

David conclut de cet attribut de Dieu qu’il ne peut se cacher de Dieu. Ça serait ridicule de chercher à le faire. Lorsqu’Adam a pensé pouvoir se cacher de Dieu, c’était sans intelligence (Genèse 3.10).

Donc, en raison de son omniscience, je ne peux rien cacher à Dieu. Et en raison de son omniprésence, je ne peux me cacher de Dieu.

Nous devrions louer le Seigneur pour cela (Psaume 139.13-18). Imaginez un seul instant que Dieu ne soit pas omniscient. Comment pourrait-il me sanctifier s’il ne connaît pas tous mes péchés ? Comment pourrait-il me rassurer et me protéger s’il ne connaît pas tous les mauvais projets de ses ennemis ?

Comment pourrais-je croire en son pardon complet s’il y a de mes péchés que Dieu ignore ?

Et si le Seigneur n’était pas omniprésent, comment pourrais-je être rassuré si mes égarements pouvaient m’éloigner de lui là où il ne se trouve pas ?

Comment pourrais-je croire en la souveraineté absolue et totale de Dieu s’il y a des endroits où il n’y est pas ?

Combien nous devons être reconnaissants au Seigneur parce qu’il exerce ce qu’il est. Il est partout et il sait tout. Alors il sonde, il scrute. Et rien ne lui échappe.

Ces attributs sont redoutables pour les opposants à Dieu (Psaume 139.19-22). Ils ne peuvent se cacher de Dieu et ils ne peuvent rien cacher à Dieu. Le jugement de Dieu sera des plus justes. La lecture que Dieu fera de leurs vies sera parfaitement conforme à la réalité.

David termine par une prière empreinte d’humilité (Psaume 139.23-24). C’est l’aveu de sa part qu’il n’a pas l’acuité de se connaître aussi bien que Dieu le peut. Il demande au Seigneur de le sonder. Faisons avec lui cette même prière.

« Sonde-moi, ô Dieu, et connais mon cœur ! Éprouve-moi, et connais mes préoccupations ! Regarde si je suis sur une mauvaise voie, et conduis-moi sur la voie de l’éternité ! »

Prédicateur invité

Partagez cet enseignement :

Share on facebook
Share on twitter
Share on print
Share on email