Série sur le livre de Jonas, partie 21

« Frères et sœurs, le Seigneur n’appelle pas des personnes parfaites à le servir. Quelqu’un a déjà dit que Dieu n’appelle pas des personnes qualifiées, mais que Dieu qualifie des personnes appelées. Jonas a eu une période difficile dans son ministère, mais Dieu ne l’a jamais abandonné. Ça ne signifie pas qu’un ouvrier peut faire ce qu’il veut sans que ça compromette son ministère. Jonas a prêché le message de Dieu sans le pervertir. Les autres personnages bibliques que j’ai mentionnés ont tous accompli la tâche qui leur était demandée. Le point est de ne pas s’attendre à la perfection chez les hommes que Dieu choisit. Le livre nous montre que Dieu a une attention particulière pour son prophète. »

 

La semaine passée, nous avions vu la question du signe de Jonas. Jésus dit aux dirigeants juifs de son temps qu’il ne leur sera donné aucun autre signe que celui de Jonas. Nous avions vu que ce signe pointe vers le sacrifice de Jésus. De même que Jonas passa trois jours et trois nuits dans le ventre du poisson, de même, le Fils de l’homme sera trois jours et trois nuits dans le sein de la terre. Le signe de Jonas pointe également vers le jugement dernier, en particulier envers la génération qui a vu Jésus.

Les hommes de Ninive se dresseront lors du jugement, avec cette génération et la condamneront, parce qu’ils se sont repentis à la prédication de Jonas, et voici qu’il y a ici plus que Jonas. (Matthieu 12.41)

J’avais mentionné que ce que Jésus a dit aux scribes et aux Pharisiens était très difficile pour eux. Ce sont des païens qui vont condamner la génération de Juifs qui a connu Jésus. J’avais dit que cette génération est plus fautive, parce qu’elle a vu Jésus faire les miracles, donnant ainsi une preuve de sa messianité. Ces miracles avaient été annoncés par les prophètes, en particulier Ésaïe. Les autres générations n’ont pas vu ces miracles, mais les contemporains de Jésus les ont vus. Ils ont su que Jésus avait ressuscité Lazare.

Une grande multitude de Juifs apprirent que Jésus était à Béthanie ; et ils y vinrent, non pas seulement à cause de lui, mais aussi pour voir Lazare, qu’il avait ressuscité des morts. Les principaux sacrificateurs délibérèrent de faire mourir aussi Lazare, parce que beaucoup de Juifs se retiraient d’eux à cause de lui, et croyaient en Jésus. Plus Jésus manifestait les signes de sa messianité, plus les dirigeants juifs endurcissaient leur cœur. De sorte que cette génération est la plus coupable de toutes. Par conséquent, le signe de Jonas annonce à la fois l’œuvre de Jésus-Christ, l’endurcissement d’Israël et le salut ouvert à toutes les nations. (Jean 12.9-11)

Le livre de Jonas est donc à la fois un traité missionnaire, à la fois un portrait de la mentalité de la nation juive. Les parallèles entre Jésus et Jonas ne suppriment pas les contrastes marquants. Jésus a une attitude opposée à celle de Jonas : ce dernier est châtié pour son propre péché, alors que Jésus est puni pour le péché de son peuple. Jonas est emblématique d’Israël endurci. Comme signe, Israël souffre d’égoïsme ethnique, mais il y a une espérance pour Israël. Jésus accomplit le mandat qu’Israël n’a pas pu remplir. Jonas est un signe en ce qu’il fait ressortir le péché de l’égoïsme ethnique.

Ninive finalement détruite

Il y a un point historique qui a amené certains théologiens libéraux à remettre en question l’authenticité de la repentance des Ninivites.

La Bible nous apprend que Ninive a finalement été détruite un demi-siècle plus tard, en 612 avant Jésus-Christ, sous la main des Mèdes et des Babyloniens. Le livre de Nahum est entièrement consacré au jugement de Dieu contre Ninive et à la destruction de cette ville. Certains théologiens ont donc conclu que la repentance des Ninivites était superficielle et donc fausse, parce que la ville a fini par être détruite.

En fait, rien n’empêche que les Ninivites se soient réellement repentis sous Jonas et que, deux générations plus tard, les habitants n’aient pas suivi. Nous assistons dans la Bible à un phénomène semblable. Sous Josué, le peuple est demeuré fidèle à Dieu, mais après la mort de Josué et des anciens qu’il avait formés, le peuple est rapidement tombé dans le péché.

Ce qui porte un coup fatal à l’idée que les Ninivites ne se seraient pas véritablement repentis, c’est ce que Jésus en dit en Matthieu 12.41. Les hommes de Ninive se dresseront lors du jugement avec cette génération, la condamneront, parce qu’ils se sont repentis à la prédication de Jonas et voici qu’il y a ici plus que Jonas. Jésus déplore l’endurcissement d’Israël et il affirme qu’au jugement dernier, les hommes de Ninive seront là pour témoigner contre Israël et pour la condamner. Les propos de Jésus sont trop forts pour imaginer une fausse conversion des Ninivites.

Un livre sur la grâce de Dieu

Le livre de Jonas en est un sur la grâce de Dieu. Ceux qui ne méditent pas les Écritures risquent de ne retenir du livre que le miracle impliquant le grand poisson. La grâce de Dieu est omniprésente. D’abord, le Seigneur préserve la vie de Jonas, alors qu’il fuit Dieu. Le Seigneur sauve les marins qui, au début, rendaient un culte aux divinités païennes pour, ensuite, rendre un culte au Dieu d’Israël. Le Seigneur confirme Jonas dans sa mission au lieu d’en prendre un autre. Le Seigneur sauve 120 000 personnes, c’est-à-dire les Ninivites. C’est le plus grand réveil de l’histoire, plus grand que ce qui s’est passé à la Pentecôte. Puis, le Seigneur se penche vers son prophète en colère pour l’instruire patiemment. Dans ce livre, nous ne voyons pas d’exaspération chez Dieu : que de la patience et de la grâce.

Dieu prend soin de ses serviteurs

Finalement, Dieu prend soin de ses serviteurs. Il arrive que des chrétiens considèrent les ouvriers que Dieu choisit comme des héros, des surhommes, des plus-grands-que-nature, mais une lecture attentive des Écritures nous apprend le contraire, que ce soit Noé qui s’est enivré à la sortie de l’arche. Rappelons-nous que Noé a vu l’humanité être condamnée dans les eaux du déluge en raison du péché. Il sort de l’arche et il pèche : il s’enivre. De plus, son fils Cham commet une abomination envers son père. Abraham, de son côté, est allé vers la servante Agar. En plus, il a menti en présentant sa femme comme si elle était sa sœur. Aaron et Myriam, le frère et la sœur de Moïse, ont murmuré contre Moïse, au point où le Seigneur frappa Myriam de la lèpre. Moïse a frappé deux fois un rocher pour qu’il en sorte de l’eau et, pour avoir fait cela, le Seigneur ne lui permit pas d’entrer dans la terre promise. David a fait le recensement, allant contre ce que Dieu avait dit. Surtout, David a couché avec Bath-Chéba et a ensuite tué son mari pour cacher son péché. Les disciples Jacques et Jean demandèrent à Jésus s’ils pouvaient faire descendre le feu du ciel pour consumer les Samaritains. L’apôtre Pierre a renié son maître trois fois. Nous voyons aussi des faiblesses chez les serviteurs de Dieu.

Je pense à Josué qui a fait entrer le peuple en terre promise. Josué a vu toutes les plaies d’Égypte, il a vu la mer s’ouvrir pour que le peuple puisse traverser. Il a vu la colonne de feu et la colonne de nuée pour diriger le peuple. Il a mangé la manne. Quand Moïse meurt, c’est lui que Dieu place à la tête du peuple, mais Dieu doit lui dire :

Fortifie-toi et prends courage, car c’est grâce à toi que ce peuple héritera du pays que j’ai juré à leurs pères de leur donner. Seulement fortifie-toi, aie bon courage, en observant et en mettant en pratique toute la loi que t’a prescrite Moïse, mon serviteur : ne t’en détourne ni à droite ni à gauche, afin de réussir partout où tu iras. Ce livre de la loi ne s’éloignera pas de ta bouche ; tu y méditeras jour et nuit pour observer et mettre en pratique tout ce qui y est écrit, car c’est alors que tu mèneras à bien tes entreprises, c’est alors que tu réussiras. Ne t’ai-je pas donné cet ordre : Fortifie-toi et prends courage ? Ne t’effraie pas et ne t’épouvante pas, car l’Éternel, ton Dieu, est avec toi partout où tu iras. (Josué 1.6-9)

Il semble évident que Josué était effrayé et qu’il avait besoin de se fortifier. De plus, Josué a fait alliance avec un peuple dont Dieu avait exigé l’extermination. Josué 9 nous dit que Josué n’avait pas consulté l’Éternel avant. Paul exhorte Timothée :

C’est pourquoi, je t’exhorte à ranimer la flamme du don de Dieu que tu as reçu par l’imposition de mes mains. Car ce n’est pas un esprit de timidité que Dieu nous a donné, mais un esprit de force, d’amour et de sagesse. N’aie donc pas honte du témoignage à rendre à notre Seigneur, ni de moi, prisonnier pour lui. Mais souffre avec moi pour l’Évangile, par la puissance de Dieu. (2 Timothée 1.6-8)

Il semble bien que Timothée avait éteint la flamme du don de Dieu, qu’il était tombé dans une timidité. La version Semeur traduit par « lâcheté », qui faisait que la force, l’amour et la sagesse lui faisaient défaut. De plus, Timothée avait honte du témoignage de l’évangile. Frères et sœurs, le Seigneur n’appelle pas des personnes parfaites à le servir. Quelqu’un a déjà dit que Dieu n’appelle pas des personnes qualifiées, mais que Dieu qualifie des personnes appelées. Jonas a eu une période difficile dans son ministère, mais Dieu ne l’a jamais abandonné. Ça ne signifie pas qu’un ouvrier peut faire ce qu’il veut sans que ça compromette son ministère. Jonas a prêché le message de Dieu sans le pervertir. Les autres personnages bibliques que j’ai mentionnés ont tous accompli la tâche qui leur était demandée. Le point est de ne pas s’attendre à la perfection chez les hommes que Dieu choisit. Le livre nous montre que Dieu a une attention particulière pour son prophète.

Quiz final

Nous allons terminer cette série sur Jonas par un quiz, question de faire un retour sur le livre.

  1. Le livre se divise en deux parties : les deux premiers chapitres et les deux derniers. Donnez trois contrastes entre ces deux sections.
    1. Chapitres 1 et 2, à l’Ouest; chapitres 3 et 4, à l’Est.
    2. Chapitres 1 et 2, Jonas fuit Dieu; chapitre 3 et 4, Jonas est avec Dieu.
    3. Chapitres 1 et 2, sur la mer; chapitres 3 et 4, sur la terre ferme.
  2. Quels sont les deux groupes qui se sont convertis dans toute cette histoire ?
    1. Les marins.
    2. Les Ninivites.
  3. Qu’est-ce qui nous fait dire que les marins se sont convertis ?
    1. Au début, ils invoquaient chacun leurs divinités, puis ils invoquent le Dieu d’Israël.
  4. Nous avions vu que le livre met en contraste des éléments très grands et d’autres très modestes. Quels sont-ils ?
    1. Une grande tempête versus un ricin.
    2. Un grand poisson versus un ver de terre.
    3. Dieu se penche vers une grande ville, Ninive, versus un seul individu, son prophète.
  5. Nous avions vu que le livre de Jonas est un très petit livre. Combien de versets comporte-t-il ?
    1. 48 versets.
  6. Vers quelle grande ville est-ce que Jonas voulait-il fuir et où se trouvait cette ville ?
    1. À Tarsis, fort probablement en Espagne actuelle.
  7. Avant de jeter Jonas par-dessus bord, qu’est-ce que les marins ont tenté ?
    1. Ramer jusqu’à la rive.
  8. Comment est présentée la grandeur de la ville de Ninive ?
    1. Trois jours de marche
  9. Quelles sont les deux actions que le roi a personnellement posées pour exprimer sa repentance.
    1. Il descendit de son trône pour s’asseoir sur la cendre.
    2. Il retira son manteau royal pour se couvrir d’un sac.
  10. À quel point cardinal de la ville de Ninive Jonas s’est-il installé ?
    1. À l’Est, c’est-à-dire à l’opposé de la terre promise.
  11. Combien y avait-il d’habitants à Ninive ?
    1. 120 000.
  12. Le signe de Jonas annonce trois vérités. Lesquelles ?
    1. Le séjour de Jésus dans le sein de la terre.
    2. La conversion de païens.
    3. La condamnation des Juifs endurcis.

Daniel Durand, pasteur
28 août 2019

Prédicateur invité

Partagez cet enseignement :

Share on facebook
Share on twitter
Share on print
Share on email