Share on facebook
Share on twitter
Share on google
Share on email

« Comment un Dieu intemporel, hors du temps, peut-il être patient, c’est-à-dire supporter des réalités à travers le temps? Je n’ai pas la réponse; je n’ai que la question. La patience de Dieu est nécessaire pour la réalisation du plan de Dieu. Sans la patience de Dieu, tout se serait écroulé à la chute d’Adam et Ève. Sans la patience de Dieu dans nos vies, nous ne subsisterions pas un instant. Notre Dieu est lent à la colère, riche en bonté et nous sommes appelés à vivre cette patience entre nous. »

 

Introduction

La semaine passée, nous avions vu que le Seigneur est patient. Non seulement est-il patient avec ses enfants afin qu’ils progressent dans la foi et la sanctification, mais il est aussi patient envers les réprouvés. En Romains 2, nous avions vu que Dieu est patient et bon envers les réprouvés afin de les pousser à la repentance.

Ou méprises-tu les richesses de sa bonté, de son support et de sa patience, sans reconnaître que la bonté de Dieu te pousse à la repentance? Mais, par ton endurcissement et par ton cœur impénitent, tu t’amasses un trésor de colère pour le jour de la colère et de la révélation du juste jugement de Dieu, (Romains 2.4-5)

Nous avions aussi lu Apocalypse 2.21 :

Je lui ai donné du temps pour se repentir, mais elle ne veut pas se repentir de son inconduite. (Apocalypse 2.21)

Nous avions vu, dans Romains 9, que le Seigneur est patient envers les réprouvés, parce que Dieu veut manifester sa colère contre le péché et sa puissance.

Et si Dieu, voulant montrer sa colère et faire connaître sa puissance, a supporté avec une grande patience des vases de colère formés pour la perdition? (Romains 9.22)

Le méchant est renversé par son malheur, mais le juste trouve un refuge même en sa mort. (Proverbes 14.32)

Dans ces versets, pour quelle raison le Seigneur use-t-il de patience? Afin que la stérilité du méchant soit manifeste. Autrement dit, le Seigneur laisse le méchant s’activer afin que les résultats se voient. La croix exprime la patience de Dieu. Le Seigneur n’agit pas sur un coup de tête : il n’a pas de frustration. La patience de Dieu permet l’accomplissement de son œuvre à travers le temps et sert aussi à démontrer que ses jugements sont mesurés et réfléchis. Elle sert aussi à confirmer l’endurcissement des réprouvés. La justice de Dieu est aussi manifestée dans le salut. La justice de Dieu aurait pu tous nous emporter dans son jugement que nous méritons amplement, mais il a plu à Dieu que sa justice soit accomplie par Jésus-Christ pour son peuple. Le Christ a assumé la pleine justice de Dieu en notre faveur, parce que nous étions incapables de l’assumer pour nous-mêmes :

C’est lui que Dieu a destiné comme moyen d’expiation pour ceux qui auraient la foi en son sang, afin de montrer sa justice. Parce qu’il avait laissé impunis les péchés commis auparavant au temps de sa patience, il a voulu montrer sa justice dans le temps présent, de manière à être reconnu juste, tout en justifiant celui qui a la foi en Jésus. (Romains 3.25-26)

Le prophète Ésaïe rappelle le pardon du Dieu trois fois saint :

Consolez, consolez mon peuple, dit votre Dieu. Parlez au cœur de Jérusalem et criez-lui que son combat est terminé, qu’elle est graciée de sa faute, qu’elle a reçu de la main de l’Éternel au double de tous ses péchés. Une voix crie dans le désert : Ouvrez le chemin de l’Éternel, nivelez dans la steppe une route pour notre Dieu. Que toute vallée soit élevée, que toute montagne et toute colline soient abaissées! (Ésaïe 40.1-4)

Vous reconnaissez les versets 3 et 4 (Ésaïe 40.3-4) qui sont appliqués à Jean-Baptiste, cette voix qui crie dans le désert. Les versets 1 et 2 (Ésaïe 40.1-2) annoncent le salut, le pardon de Dieu. Son peuple est gracié de sa faute. Ça m’impressionne toujours de penser à cela. Comment un Dieu intemporel, hors du temps, peut-il être patient, c’est-à-dire supporter des réalités à travers le temps? Je n’ai pas la réponse; je n’ai que la question. La patience de Dieu est nécessaire pour la réalisation du plan de Dieu. Sans la patience de Dieu, tout se serait écroulé à la chute d’Adam et Ève. Sans la patience de Dieu dans nos vies, nous ne subsisterions pas un instant. Notre Dieu est lent à la colère, riche en bonté et nous sommes appelés à vivre cette patience entre nous.

Que le Dieu de la patience et de la consolation vous donne d’avoir une même pensée les uns à l’égard des autres selon le Christ-Jésus, afin que d’un commun accord, d’une seule voix, vous glorifiiez le Dieu et Père de notre Seigneur Jésus-Christ. (Romains 15.5-6)

Combien nous avons besoin, comme Église, de méditer comment Dieu est envers nous et combien nous devons reproduire ce qu’il fait envers nous! Il est patient envers moi; je dois être patient envers mes frères et mes sœurs. Si vous manquez de requêtes de prière, priez pour notre Église, que le Seigneur nous donne de revêtir ses vertus.

Daniel Durand, pasteur
3 mai 2017

Prédicateur invité

Partagez cet enseignement :

Share on facebook
Share on twitter
Share on print
Share on email