Méditation quotidienne – Romains 1.18

La colère de Dieu se révèle du ciel contre toute impiété et toute injustice des hommes qui retiennent injustement la vérité captive […] (Romains 1.18)

Chers frères, certains chrétiens se demandent si la pandémie est un jugement de Dieu. Permettez-moi de ne pas répondre simplement par oui ou non.

Voici quelques pistes de réflexion :

La chute a entraîné toute la création dans le désordre (Romains 8.20; Romains 8.22). Le sol est maudit (Genèse 3.17). Les catastrophes sont donc inévitables dans un monde déchu.

De plus, il arrive que le Seigneur envoie une catastrophe par jugement : le déluge en est un bel exemple.

Dans tous les cas, nous devons savoir ceci : tous les hommes méritent bien plus qu’une catastrophe naturelle. Nous méritons tous l’enfer.

Lorsqu’une catastrophe frappe une nation plus qu’une autre, ça ne signifie pas que celle qui est plus durement frappée l’a mérité plus que l’autre. Rappelez-vous la sécheresse que Dieu envoya dans le Proche-Orient ancien : le Seigneur l’a envoyée pour accomplir les rêves donnés à Joseph, c’est-à-dire que ses frères se prosternent devant lui.

Ce que nous pouvons dire, c’est que les catastrophes indiquent que les choses ne tournent pas rond dans ce monde-ci. Quelque chose ne fonctionne pas bien. Le péché a tout saboté et nous devons voir dans les catastrophes la conséquence du péché, sans insinuer que ceux qui sont plus durement frappés l’ont mérité.

Alors, oui, les catastrophes indiquent que Dieu juge ce monde-ci et ces catastrophes sont autant de coups de semonce avant le grand jugement, le jugement dernier.

Tout ce qui arrive s’inscrit dans le plan de Dieu, lui qui opère toute chose  selon la décision de sa volonté.

Les promesses de Dieu demeurent totalement vraies et les chrétiens ne doivent pas se laisser ébranler par les circonstances.

Prière : Seigneur, je confesse que ce qui se passe actuellement est difficile à comprendre pour moi et parfois difficile à accepter. J’ai des craintes, des doutes, mais je sais que tu me feras traverser ces choses par ta grâce. J’ai besoin de toi, parce que je constate que mes forces sont insuffisantes. Merci pour ta grâce, merci pour ton secours. Merci pour Jésus-Christ qui nous a sauvés et qui continue de nous sauver.

  1. Prions pour ceux qui souffrent et qui ne connaissent pas le Seigneur. Que notre Dieu leur montre leur besoin d’avoir le Sauveur Jésus-Christ.
  2. Prions que cette catastrophe devienne l’occasion pour nous, les chrétiens, de reconnaître notre petitesse, notre fragilité, et de puiser nos forces dans le Seigneur.

Prédicateur invité

Partagez cet enseignement :

Share on facebook
Share on twitter
Share on print
Share on email