Méditation quotidienne – Psaumes 9

*Veuillez noter que, dans plusieurs psaumes, d’une version à l’autre, la numérotation des versets peut différer.

Je vous invite à faire la lecture du psaume 9 :

Au chef de chœur. Sur « Meurs pour le fils ». Psaume de David. Je célébrerai l’Éternel de tout mon cœur, Je redirai toutes tes merveilles. Je me réjouirai en toi, j’exulterai, Je psalmodierai (en l’honneur) de ton nom, (Dieu) Très-Haut ! Lorsque mes ennemis reculent, Ils trébuchent et périssent devant ta face. Car tu défends mon droit et ma cause, Tu sièges sur ton trône en juste juge. Tu menaces les nations, tu fais périr le méchant, Tu effaces leur nom pour toujours et à perpétuité. Plus d’ennemis ! des ruines éternelles ! Des villes que tu as renversées Le souvenir est perdu L’Éternel siège pour toujours, Il a établi son trône pour le jugement ; C’est lui qui gouverne le monde avec justice, Qui juge les peuples avec droiture. Que l’Éternel soit une forteresse pour l’opprimé, Une forteresse pour les temps de détresse. Ceux qui connaissent ton nom se confient en toi. Car tu n’abandonnes pas ceux qui te cherchent, Éternel ! Psalmodiez (en l’honneur) de l’Éternel, qui réside en Sion, Proclamez parmi les peuples ses hauts faits ! Car il venge le sang versé ; il s’en souvient, Il n’oublie pas le cri des malheureux. Fais-moi grâce ô Éternel, Vois mon malheur, causé par ceux qui me haïssent, Toi qui me fais remonter des portes de la mort, Afin que je redise toutes tes louanges, Dans les portes de la fille de Sion, Et que je sois dans l’allégresse à cause de ton salut. Les nations s’enfoncent dans la fosse qu’elles ont faite, Leur pied se prend au filet qu’elles ont caché. L’Éternel se fait connaître, il fait droit ; Le méchant est pris au piège dans l’œuvre de ses mains. Jeu d’instruments. Pause. Les méchants se tourneront vers le séjour des morts, Toutes les nations qui oublient Dieu. Car le pauvre n’est pas oublié à jamais, L’espérance des malheureux ne périt pas à toujours. Lève-toi, Éternel ! Que l’homme ne triomphe pas ! Que les nations soient jugées devant ta face ! Répands sur eux la crainte, ô Éternel ! Que les peuples sachent qu’ils ne sont que des hommes ! Pause. (Psaume 9.1-21)

Au verset 2, David affirme que, dans le futur, il célèbrera l’Éternel de tout son cœur, il redira toutes ses merveilles, il se réjouira en Dieu, il exultera, psalmodira en l’honneur de son Dieu.

Cette conjugaison au futur révèle la foi de David. Il savait que la mort n’allait pas mettre un terme à sa communion avec Dieu et il savait que ses péchés n’allaient pas lui faire perdre cette communion. L’usage du futur fait ressortir toute la foi et l’espérance de David.

Contrairement aux premiers psaumes, où David nous avait partagé ses désarrois, ce psaume-ci est d’abord sous le thème de la réjouissance et de la foi. David ne partage pas ses souffrances. Il pense surtout à la victoire de Dieu sur les ennemis.

Les actions pécheresses des opposants à Dieu sont bien mentionnés, mais non sans mettre en avant la souveraineté de Dieu sur tout ceux-ci. Pour David, le Seigneur est victorieux et il ne laisse pas son nom piétiné indéfiniment, ni sa justice foulée à toujours.

David a vu la suprématie de Dieu à travers des ombres, mais nous savons qu’au-delà de ces ombres, la réalité est celle du Christ, qui a remporté la victoire définitive sur tous ses ennemis.

Ce roi David est tellement humble : il était roi en Israël, mais en réalité, il reconnaît que le vrai trône n’est pas celui sur lequel il est assis. C’est celui sur lequel Dieu siège (Psaume 9.5; Psaume 9.8; Psaume 9.9).

En lien avec ce point, David sait très bien que l’avancement du royaume repose entièrement sur Dieu. C’est le Seigneur qui défend son droit et sa cause. Lui seul juge (Psaume 9.5). Lui seul menace les nations ennemies et fait périr le méchant (Psaume 9.6). Il renverse à jamais les villes (Psaume 9.7).

C’est Dieu qui gouverne (Psaume 9.9). David voit sa propre couronne comme bien petite à côté de celle de Dieu.

Frères et sœurs, si David, ce prestigieux roi, se voyait tellement petit, combien nous-mêmes devons-nous voir notre petitesse! Soyons humbles.

David loue le Seigneur aussi pour sa miséricorde. Ce mot vient de deux racines latines qui signifient « misérable » et « cœur ». Frères et sœurs, Dieu a un cœur pour les misérables (Psaume 9.10; Psaume 9.13; Psaume 9.19). Si vous sentez votre misère, vous êtes bénis. Nous sommes tous misérables et nous devons le constater pour supplier le Seigneur de nous secourir. Que le Seigneur nous montre de plus en plus notre misère.

Les souffrances de David demeurent (Psaume 9.14), mais la perspective est céleste. David prend conscience que Dieu est là, « dans la détresse » avec ses enfants (Psaume 46.2). Qu’il est bon de savoir que notre Sauveur est avec nous en toutes circonstances.

Nous devons prendre conscience, frères et sœurs, que le Seigneur est avec nous dans la détresse et que, s’il nous laisse dans l’épreuve pour un temps, ce n’est pas qu’il s’est retiré ni qu’il nous a abandonnés. C’est plutôt qu’il est en train de faire une œuvre à la fois pour notre bénéfice et, à la fois, pour se glorifier.

David regarde le sort final des méchants. Ceux-ci s’enfoncent dans la fosse et se prennent dans le filet qu’ils ont eux-mêmes caché (Psaume 9.16). Le séjour des morts les attend (Psaume 9.18).

La conclusion de David, c’est que les hommes doivent apprendre qu’ils ne sont que des hommes (Psaume 9.21). Nous ne sommes que des créatures et non le créateur. Nous avons été créés pour dépandre de Dieu, pour le servir et non pour vivre dans une pseudo-autonomie.

Nous devons penser et réfléchir selon Dieu. Nous devons tout décider selon Dieu. Nous devons vivre nos vies selon Dieu.

Prière : Père céleste, à travers les psaumes de David, nous avons une fenêtre ouverte sur son âme qu’il répand devant toi. Nous voulons te louer pour ta suprématie, pour ta miséricorde insondable, pour ta justice parfaite.

Donne-nous d’avoir cette humilité que David avait, de considérer qu’au-delà nos pouvoirs humains, notre force personnelle, tu es au-dessus et c’est toi qui a tout pouvoir. Toi seul est tout-puissant.

  1. Demandons au Seigneur qu’il nous donne de voir la suprématie de Dieu sur tout ce que nous pouvons vivre comme opposition et persécution;
  2. Prions le Seigneur qu’il nous humilie (Psaume 119.71) afin que nous apprenions à lui obéir.

Prédicateur invité

Partagez cet enseignement :

Share on facebook
Share on twitter
Share on print
Share on email