Méditation quotidienne – Psaumes 87

Je vous invite à faire la lecture du psaume 87.

Des fils de Koré. Psaume. Cantique. Elle est fondée sur les montagnes saintes. L’Éternel aime les portes de Sion Plus que toutes les demeures de Jacob. Des choses glorieuses ont été dites sur toi, Ville de Dieu! Pause. Je proclame l’Égypte et Babylone parmi ceux qui me connaissent; Voici, le pays des Philistins, Tyr, avec l’Éthiopie: C’est dans Sion qu’ils sont nés. Et de Sion il est dit: Tous y sont nés, Et c’est le Très Haut qui l’affermit. L’Éternel compte en inscrivant les peuples: C’est là qu’ils sont nés. Pause. Et ceux qui chantent et ceux qui dansent s’écrient: Toutes mes sources sont en toi.

Frères et sœurs. Il n’est pas rare d’entendre des gens rêver d’une paix mondiale. Nous aimerions tous que les guerres disparaissent définitivement, que les humains partagent et que les problèmes comme le racisme, la violence, etc. ne soient plus.

Mais force est de constater que le mal est toujours omniprésent dans ce monde déchu. Depuis la chute d’Adam (Genèse 3), toute l’humanité est marquée par le péché (Romains 5.12) de même que toute la création (Romains 8.19-22).

Comment ce psaume peut-il être compris ? En fait, il s’agit d’une prophétie eschatologique, c’est-à-dire qui nous projette dans la nouvelle création.

L’auteur élève Sion (Psaume 87.2). Il s’agit de la montagne dans Jérusalem sur laquelle le temple fut construit. Mais cette montagne préfigurait l’Église (Hébreux 12.22).

Le psalmiste voit les nations païennes réconciliées avec le Dieu d’Israël (Psaume 87.4), situation tout à fait impensable à l’époque. L’Égypte était emblématique de l’orgueil. Babylone faisait preuve de mondanité. La Philistie était réputée pour sa haine contre Israël. Tyr faisait preuve de cupidité. Tous ces pays représentaient des facettes du péché de l’homme.

Leur venue à Sion est une annonce de l’Église du Seigneur qui est composée de Juifs d’abord, mais aussi de Grecs. Ainsi, le Seigneur rassemble autour de lui des gens de toute langue, de toute nation pour se faire un peuple, une famille. Dieu sauve des pécheurs les plus notoires.

Nous n’avons pas idée ce que représentait à l’époque l’idée que des nations païennes se convertissent au Dieu d’Israël. Ces nations étaient tellement enracinées dans leur idolâtrie et leurs pratiques en abomination à l’Éternel. Leur entrée dans le peuple de Dieu relève du miracle.

Mais aussi, pour les Juifs, c’était inconcevable que le Dieu d’Israël soit également le Dieu des autres nations. Jonas est un bel exemple de cette mentalité d’exclusivisme ethnique.

Le psaume annonce la nouvelle naissance (Psaume 87.5). Être né en Sion signifie être fait Juif spirituellement (Romains 1.29). Et c’est le moyen par lequel le Seigneur unit ce qui était séparé. Il fait de toutes ses brebis un seul troupeau (Jean 10.16), de tous ses élus un seul corps (1 Corinthiens 12.13).

Frères et sœurs. La seule paix possible ne peut venir des nations païennes, ni d’une organisation mondiale, ni des individus. La seule paix est celle que Dieu donne par son Fils, le Prince de la paix.

Réjouissons-nous que le Seigneur ait fait de nous de nouvelles créatures, qu’il nous ait fait naître de nouveau, nous qui sommes d’origine païenne.

Ô Seigneur, quelle joie de penser à ton plan parfait. Tu nous as réconciliés avec toi par ton Fils bien-aimé. Nous étions des païens, enracinés dans notre péché, et tu nous as sortis de ce sable mouvant. Donne-nous de célébrer tes merveilles jour après jour.

Prédicateur invité

Partagez cet enseignement :

Share on facebook
Share on twitter
Share on print
Share on email