Méditation quotidienne – Psaumes 78.18-41

Je vous invite à faire la lecture du psaume 78.18-41 :

Ils tentèrent Dieu dans leur cœur, En demandant de la nourriture selon leur désir. Ils parlèrent contre Dieu, Ils dirent : Dieu pourrait-il Dresser une table dans le désert ? Voici qu’il a frappé le rocher, des eaux ont afflué, Et des torrents se sont répandus ; Pourra-t-il aussi donner du pain Ou fournir de la viande à son peuple ? Oui, l’Éternel entendit et fut en courroux ; Un feu s’alluma contre Jacob, Et la colère s’éleva contre Israël, Parce qu’ils ne croyaient pas en Dieu, Parce qu’ils n’avaient pas confiance en son salut. Il donna des ordres aux nuages d’en haut, Il ouvrit les portes du ciel ; Il fit pleuvoir sur eux la manne pour nourriture, Il leur donna le blé du ciel. Chacun eut à manger du pain des grands, Il leur envoya de la nourriture à satiété. Il fit souffler dans les cieux le vent d’est Et amena par sa puissance le vent du sud ; Il fit pleuvoir sur eux la viande comme de la poussière, Et comme le sable des mers les oiseaux ailés Qu’il fit tomber au milieu de leur camp, Tout autour de leurs demeures. Ils mangèrent et se rassasièrent tout à fait : (Dieu) leur apporta ce qu’ils avaient désiré. Ils n’avaient pas satisfait leur désir, Ils avaient encore leur nourriture dans la bouche, Lorsque la colère de Dieu s’éleva contre eux ; Il tua les plus vigoureux, Il abattit les jeunes hommes d’Israël. Malgré tout cela, ils péchèrent encore Et ne crurent pas à ses miracles. Il mit fin à leurs jours dans la vanité, A leurs années dans l’épouvante. Quand il allait les tuer, ils le cherchaient, Ils revenaient et recherchaient Dieu ; Ils se souvenaient que Dieu était leur rocher, Que le Dieu Très-Haut était leur rédempteur. Mais ils voulaient le séduire par leur parole Et ils lui mentaient de la langue ; Leur cœur n’était pas fermement à lui, Et ils n’étaient pas fidèles à son alliance. Mais lui, qui est compatissant, Faisait l’expiation de la faute et ne détruisait pas ; Il multipliait (les occasions) de retenir sa colère Et n’éveillait pas toute sa fureur. Il se souvenait qu’ils n’étaient que chair, Un souffle qui s’en va et ne revient pas. Que de fois ils se révoltèrent contre lui dans le désert ! Que de fois ils l’attristèrent dans la solitude ! Ils recommencèrent à tenter Dieu, A provoquer le Saint d’Israël. (Psaumes 78.18-41)

Le psalmiste rappelle ces fois où le peuple tenta Dieu (Psaumes 78.18). Qu’est-ce que tenter Dieu?

Plusieurs mauvaises dispositions du cœur consistent à tenter Dieu : la contestation, l’ingratitude (James Montgomery Boice), l’impatience, l’incrédulité (François Bassin) en dépit des bénédictions passées. En fait, il s’agit de l’insatisfaction qui conduit à ses dérives spirituelles. Ils ont parlé contre Dieu (Psaumes 78.19), remis en question sa providence (Psaumes 78.20). Le jugement de Dieu s’ensuivit (Psaumes 78.21) en raison de leur incrédulité (Psaumes 78.22).

Tout cela, en dépit de la générosité de Dieu qui envoya son pain du ciel (Psaumes 78.23-25), la viande en abondance (Psaumes 78.26-29). Leur mécontentement demeura et le jugement de Dieu suivit (Psaumes 78.30-31). La fin de ces hommes fut la mort (Psaumes 78.32-33).

Frères et sœurs, ce texte nous démontre que ce ne sont pas les circonstances qui changent le cœur humain et ce n’est pas en donnant aux gens ce qu’ils veulent qu’ils s’inclineront. Le cœur humain est insatisfait tant que le Seigneur ne comble pas de sa présence.

Lorsque le Seigneur appliquait son jugement, ces personnes se mettaient à chercher Dieu (Psaumes 78.34-35), mais tout cela n’était que fausse repentance (Psaumes 78.36-37). Dieu a supporté cette situation par grâce (Psaumes 78.38), mais le peuple poursuivait ses mauvaises voies (Psaumes 78.40) et recommençait à tenter Dieu (Psaumes 78.41).

Frères et sœurs, une vraie repentance, celle que Dieu donne (2 Timothée 2.25) est celle qui vient d’un cœur contrit qui dépasse les remords superficiels et passagers. La vraie repentance reconnaît le péché, la gravité du péché et le fait que le Dieu trois fois saint est offensé.

La vraie repentance regrette le péché, c’est-à-dire que la personne voudrait ne pas avoir péché.

La vraie repentance rejette le péché, c’est-à-dire que la personne fuit toutes les occasions de chute et prend tous les moyens de grâce pour ne plus tomber : la prière, la vie d’Église et l’exposition à la Parole de Dieu.

La vraie repentance restaure autant que possible les conséquences de son péché. La personne va rembourser ce qu’elle a volé (comme Zachée), elle va rétablir la réputation de celui qu’elle a sali, etc.

Frères et sœurs, examinons nos cœurs pour s’assurer que nous saisissions bien la repentance afin de bien la vivre.

Père éternel, montre-nous la gravité de notre péché et combien il a envahi tous les aspects de notre être. Purifie-nous par ta Parole (Jean 17.17) sous l’action de ton Esprit (2 Thessaloniciens 2.13). Merci pour ton œuvre de sanctification.

Prédicateur invité

Partagez cet enseignement :

Share on facebook
Share on twitter
Share on print
Share on email