Méditation quotidienne – Psaumes 71

Je vous invite à faire la lecture du psaume 71 :

Éternel ! en toi je me réfugie : Que jamais je ne sois dans la honte ! Dans ta justice, délivre-moi et libère-moi ! Tends vers moi ton oreille, et sauve-moi ! Sois pour moi un rocher qui me serve d’asile, Tu (m’) as ordonné d’y venir sans cesse Pour que je sois sauvé, Car tu es mon roc et ma forteresse. Mon Dieu, fais-moi échapper à la main du méchant, A la main de l’homme injuste et aigri ! Car c’est toi mon espérance, Seigneur Éternel ! Ma confiance (est en toi) dès ma jeunesse. Dès le ventre (de ma mère) je m’appuie sur toi ; C’est toi qui m’as fait sortir du sein maternel ; Tu es sans cesse l’objet de ma louange. Je suis pour beaucoup comme un prodige, Et toi, tu es mon puissant refuge. Que ma bouche soit remplie de ta louange, De ta splendeur tout le jour ! Ne me rejette pas au temps de la vieillesse ; Quand mes forces défaillent, ne m’abandonne pas ! Car mes ennemis parlent de moi, Et ceux qui guettent ma vie se consultent entre eux, Disant : Dieu l’a abandonné ; Poursuivez, saisissez-le ; il n’y a personne pour (le) délivrer. O Dieu, ne t’éloigne pas de moi ! Mon Dieu, viens en hâte à mon secours ! Qu’ils soient honteux, exterminés, Ceux qui m’accusent ! Qu’ils soient couverts de déshonneur et de confusion, Ceux qui cherchent mon malheur ! Et moi, j’espérerai sans cesse, Je te louerai de plus en plus. Ma bouche racontera ta justice, ton salut, tout le jour, Car je n’en connais pas (encore) le compte. Je m’avancerai avec des exploits. Seigneur Éternel ! Je rappellerai ta justice, la tienne seule. O Dieu ! tu m’as instruit dès ma jeunesse, Et jusqu’à présent j’annonce tes merveilles. Aussi, jusque dans la vieillesse aux cheveux blancs, O Dieu, ne m’abandonne pas, Afin que j’annonce ta force à cette génération, Ta puissance à tous ceux qui viendront, Et ta justice, ô Dieu, atteint les sommets, Car tu as accompli de grandes choses : Dieu ! qui est semblable à toi ? Tu nous as fait éprouver bien des détresses et des malheurs ; Mais tu nous redonneras la vie, Tu me feras remonter des abîmes de la terre. Accrois ma grandeur, Console-moi de nouveau ! Et moi aussi je te louerai au son du luth Pour ta fidélité, mon Dieu, Je psalmodierai en ton (honneur) avec la harpe, Saint d’Israël ! Mes lèvres t’acclameront, quand je psalmodierai en ton (honneur) ; Ainsi que mon âme que tu as libérée ; Ma langue aussi tout le jour redira ta justice, Car ils ont honte et rougissent, Ceux qui cherchent mon malheur. (Psaumes 71.1-24)

L’auteur, qui est anonyme, a écrit ce psaume dans sa vieillesse (Psaumes 71.9; Psaumes 71.18). Combien précieuse est l’expérience des plus âgés. Il s’est inspiré de psaumes déjà écrits (Psaumes 22; Psaumes 31; et d’autres). La véritable piété se nourrit de la Parole de Dieu.

Le psalmiste implore le Seigneur de le protéger des ennemis (Psaumes 71.1-5). Sera-t-il ébranlé dans sa foi? Il tire plutôt un grand encouragement du fait que Dieu l’a fait naître (Psaumes 71.6). Si le Seigneur nous a fait naître et nous a élus, ce n’est pas pour nous abandonner en chemin : il a un plan qu’il réalise à la perfection.

La louange est sur la bouche du psalmiste. Louer le Seigneur consiste à exalter sa personne, ses attributs, mais il y a plus : il s’agit de reconnaître ses attributs dans nos circonstances. À travers tout ce que nous vivons, nous devons reconnaître la providence de Dieu, sa sagesse, sa compassion, sa souveraineté, sa justice.

Les attributs divins ne sont pas révélés pour que nous les appréciions comme notions théoriques et distantes, mais comme définissant le Dieu qui agit dans nos vies.

L’auteur se voit vieillir et perdre ses forces et ses ennemis semblent vouloir profiter de cette vulnérabilité (Psaumes 71.9-11). Nous, croyants, tout comme cet auteur, savons que Dieu vient au secours de nos faiblesses. Le croyant est faible face à ses adversaires, mais ce n’est vraiment pas ce qui est déterminant : le croyant est protégé par le bouclier le plus efficace qui soit, Dieu lui-même (Psaumes 71.12-13).

Plus nous vivons, plus nous traversons diverses situations, plus nous découvrons le Seigneur et plus nous le louons (Psaumes 71.14-15). Nos épreuves ont aussi cette fonction de propulser notre louange, de nous faire découvrir le Seigneur de plus en plus.

Un regard dans le passé permet d’apprécier la fidélité de Dieu (Psaumes 71.16-17; Psaumes 71.20) et l’instruction reçue à travers les difficultés. Le Dieu qui a pris soin de son enfant dans le passé va continuer dans le futur (Psaumes 71.18-19). Cette foi doit être transmise aux descendants. Nous devons avoir une vision intergénérationnelle de l’évangile.

Notre croissance en grâce et en vérité passe par la connaissance et l’expérience de qui est Dieu (Psaumes 71.20-22). Alors, nos cœurs psalmodient notre grand Dieu. Que son nom soit loué (Psaumes 71.23-24).

Père éternel, combien j’ai besoin de regarder ta fidélité à mon égard dans le passé afin de nourrir ma foi pour aujourd’hui. Donne-nous de pouvoir dire jusqu’à notre vieillesse combien tu es fidèle et bon.

Prédicateur invité

Partagez cet enseignement :

Share on facebook
Share on twitter
Share on print
Share on email