Méditation quotidienne – Psaumes 69.17-37

*Veuillez noter que la numérotation des versets diffère d’une version à l’autre.

Je vous invite à faire la lecture du psaume 69.17-37 :

Réponds-moi, Éternel ! car tu es bon et bienveillant. Selon tes grandes compassions, tourne-toi vers moi, Et ne cache pas ta face à ton serviteur ! Puisque je suis dans la détresse, hâte-toi de me répondre ! Approche-toi de mon âme, rachète-la ! Libère-moi, à cause de mes ennemis ! Tu connais mon déshonneur, ma honte, ma confusion ; Tous mes adversaires sont devant toi. Le déshonneur me brise le cœur, et je suis malade ; J’espère un signe de pitié, mais rien ! Des consolateurs, et je n’en trouve pas. Ils mettent du poison dans ma nourriture, Et, pour (apaiser) ma soif, ils m’abreuvent de vinaigre. Que leur table soit un piège devant eux, Et dans leur prospérité un filet ! Que leurs yeux s’obscurcissent et ne voient plus, Fais continuellement chanceler leurs reins ! Répands sur eux ta fureur, Et que l’ardeur de ta colère les atteigne ! Que leur enclos soit désolé, Qu’il n’y ait plus d’habitant dans leurs tentes ! Car ils poursuivent ceux que toi-même as frappés, Ils racontent la souffrance de ceux que tu as transpercés. Ajoute (cette) faute à leurs fautes, Et qu’ils n’aient pas accès à ta justice ! Qu’ils soient effacés du livre de vie, Et qu’ils ne soient pas inscrits avec les justes ! Moi, je suis malheureux et souffrant : O Dieu, que ton salut me relève ! Je louerai le nom de Dieu par un cantique, Je le magnifierai en le célébrant : Cela est agréable à l’Éternel, plus qu’un bœuf, un taureau Avec cornes et sabots. Ceux qui sont humiliés le voient et se réjouissent ; Vous qui cherchez Dieu, que votre cœur vive ! Car l’Éternel écoute les pauvres, Il ne méprise pas les prisonniers qui sont à lui. Que les cieux et la terre le louent ; Les mers et tout ce qui s’y déplace ! Car Dieu sauvera Sion et bâtira les villes de Juda ; On y habitera, et l’on en prendra possession ; La descendance de ses serviteurs l’aura comme héritage, Et ceux qui aiment son nom y auront leur demeure. (Psaumes 69.17-37)

L’attente du psalmiste dans la prière repose sur différentes vérités. D’abord, il s’adresse à l’Éternel (Psaumes 69.17), le Dieu de l’alliance (Exode 3.14 : « Éternel » traduit l’hébreu « Yahvé » qui signifie « Je suis » ou « L’Éternel »). Notre Dieu s’est engagé par voie d’alliance. Il a fait entrer son peuple dans une relation d’alliance dans laquelle la miséricorde de Dieu est appliquée à tous les pécheurs repentants.

Ensuite, les membres de son peuple ont le statut de serviteurs (Psaumes 69.18), c’est-à-dire qu’ils sont mis à contribution dans la réalisation du plan de Dieu. Nous, chrétiens, sommes les serviteurs du Dieu très haut, de notre bon Père céleste. Quel privilège! Le Seigneur nous rend participants à son plan.

Ajoutons à cette dynamique alliancielle le fait que tous les hommes ont été créés dépendants de Dieu. Ceux qui sont en alliance de grâce avec Dieu ont le bonheur de voir tous leurs besoins être comblés par notre Père céleste de qui vient tout don excellent et tout cadeau parfait (Jacques 1.17). Dans cette dynamique, David pouvait compter sur Dieu pour sa délivrance (Psaumes 69.18-30).

En même temps, cette prière du roi nous enseigne que ce n’est pas à nous à régler ces problèmes, et ce, pour au moins deux raisons :

  • La délivrance fait partie du salut (Psaumes 69.14) qui ne peut être accompli que par Dieu;
  • Celui qui a besoin d’être délivré n’a pas les forces pour se dégager. Il est enfoncé dans la boue (Psaumes 69.15), submergé (Psaumes 69.16), en détresse (Psaumes 69.18), défaillant (Psaumes 69.21).

Le verset 22 nous apprend que ce psaume est messianique, c’est-à-dire qu’il décrit l’expérience du messie promis (Jean 19.29-30).

Frères et sœur, le Fils de Dieu, en s’incarnant, a pris toute la condition humaine, mais sans pécher. Il a connu, expérimenté tout ce que nous vivons : les injustices, les angoisses, le rejet, etc. Prenons conscience que notre Sauveur a connu tout ce que nous expérimentons intérieurement. Les circonstances peuvent être différentes, mais les épreuves demeuraient de même nature. Il peut nous comprendre, il peut compatir, il peut nous sauver (Hébreux 4.15).

Ceci jette une lumière sur les prières dites d’imprécation, c’est-à-dire celles qui souhaitent la mort et la destruction des ennemis (Psaumes 69.24-30). Ceux qui rejettent le messie, qui sont résolus dans leur endurcissement et leur opposition à Dieu, non seulement méritent-ils la mort, mais leur mort est souhaitable, puisque Dieu ne fait rien de non souhaitable.

J’ai la forte impression que ces prières d’imprécation doivent être appréciées avec les considérations suivantes :

  • Ces personnes sont résolues dans leur péché;
  • Ces personnes s’opposent farouchement au Fils de Dieu;
  • Ces prières sont eschatologiques, c’est-à-dire que l’auteur a le raisonnement suivant : Ceux qui rejettent délibérément le messie doivent subir éventuellement la condamnation de Dieu.

Ceci dit, présentement, nous devons prier pour leur salut (Luc 23.34; Romains 10.1).

La question du livre de vie duquel des noms pouvaient être effacés en a troublé plusieurs. Effacer un nom du livre de vie signifie simplement que la personne décède. David demande la mort de ses ennemis. L’expression sert parfois pour la vie terrestre, comme dans ce psaume; dans d’autres textes, elle réfère à l’ensemble de ceux qui sont sauvés, qui ont la vie éternelle, mais jamais dans ce dernier cas, il est question de perdre le salut.

David répand son âme devant Dieu. Il est malheureux et souffrant (Psaumes 69.30), mais en même temps, il se nourrit des promesses de Dieu (Psaumes 69.31). Son présent est difficile, mais son futur est lumineux. Diriger ses yeux vers notre horizon prometteur fait partie des moyens de grâce et de persévérance.

David passe à la louange, celle d’un cœur qui élève la personne de Dieu (Psaumes 69.31), un cœur que Dieu préfère aux rites religieux (Psaumes 69.32). La louange authentique demande une bonne disposition du cœur : l’humilité et la recherche de Dieu (Psaumes 69.33), la reconnaissance de sa pauvreté (Psaumes 69.34).

Quelle belle façon de terminer la prière psalmique en louant le Seigneur de toute la création (Psaumes 69.35) et en exprimant son espérance (Psaumes 69.36-37).

Prière : Seigneur Dieu, fais-nous connaître de plus en plus qui tu es afin que nous puissions mieux vivre la relation que tu établis avec nous.

Fais-nous réaliser ce que signifie l’alliance que ton Fils a accomplie pour nous.

  1. Demandons au Seigneur et comptons sur lui pour nous délivrer de tout ce qui nous empêche de le servir;
  2. Prions le Seigneur qu’il nous donne un cœur bien disposé pour vivre pour lui.

Prédicateur invité

Partagez cet enseignement :

Share on facebook
Share on twitter
Share on print
Share on email