Méditation quotidienne – Psaumes 68.1-14

*Veuillez noter que la numérotation des versets diffère d’une version à l’autre.

Je vous invite à faire la lecture du psaume 68.1-14 :

Au chef de chœur. Psaume de David. Cantique. Dieu se lève, ses ennemis se dispersent, Et ceux qui le haïssent s’enfuient devant sa face. Comme la fumée se dissipe, tu les dissipes ; Comme la cire se fond au feu, Les méchants périssent devant Dieu. Mais les justes se réjouissent, ils exultent devant Dieu, Ils s’égayent dans la joie. Chantez à Dieu, psalmodiez (en l’honneur de) son nom ! Frayez le chemin à celui qui chevauche dans les plaines ! L’Éternel est son nom : exultez devant lui ! Le père des orphelins, le défenseur des veuves, C’est Dieu dans sa sainte résidence. Dieu fait habiter les solitaires dans une maison, Il fait sortir les prisonniers pour leur satisfaction ; Mais les rebelles seuls demeurent en des lieux arides. Dieu ! quand tu sortis à la tête de ton peuple, Quand tu marchais dans le désert, Pause. La terre trembla, le ciel se fondit devant Dieu, Comme au Sinaï, devant Dieu, le Dieu d’Israël. Tu répandis une pluie bienfaisante, ô Dieu ! Ton héritage épuisé, c’est toi qui l’as rétabli. Ton peuple habite là (où) tu établis Le malheureux, dans ta bonté, ô Dieu. Le Seigneur donne une parole, Et les messagères de bonnes nouvelles sont une grande armée : Les rois des armées fuient, fuient, Et celle qui reste à la maison partage le butin. Tandis que vous reposez au milieu des étables, Les ailes de la colombe sont couvertes d’argent, Et son plumage est d’un jaune d’or. (Psaumes 68.1-14)

Ce psaume davidique présente deux réactions face au même Dieu. Les méchants sont dispersés alors que les justes sont dans la joie, mais en plus, le psalmiste s’intéresse à la délivrance du peuple à partir de l’Égypte (Psaumes 68.8) jusqu’à son entrée dans la ville sainte (Psaumes 68.17). Lorsque Dieu délivre ses enfants, c’est pour les conduire dans sa patrie.

Les ennemis de Dieu, aussi puissants qu’ils paraissent à nos yeux, sont dissipés comme une fumée (Psaumes 68.2-3). Le contraste est total : les justes se réjouissent, exultent et s’égayent (Psaumes 68.4). La louange est sur leurs lèvres (Psaumes 68.5) en raison de la venue du Guerrier sur son cheval qui vient combattre ses ennemis.

David apprécie la simplicité et l’humilité de Dieu qui se penche vers les plus faibles (Psaumes 68.6-7). Sachons que nous sommes faibles. Nous étions veuves; Dieu nous a épousés à son Fils. Nous étions orphelins; maintenant, nous avons un Père par Jésus-Christ.

David se remémore les actes de délivrance passés, à commencer par la sortie d’Égypte (Psaumes 68.8). Notez que le Seigneur ne fait pas que délivrer des ennemis. Il conduit son peuple comme il le fit au désert. Le Seigneur instruit son peuple comme il le fit au Sinaï (Psaumes 68.9).

Le mont Sinaï est en contraste avec le mont Sion (Psaumes 68.17, cf. Hébreux 12.18-24). Sinaï est le lieu de la loi, alors que Sion est emblématique de la communion avec Dieu et entre les élus. Pour le peuple de Dieu, le vrai peuple de Dieu, le Seigneur les fait passer du Sinaï à Sion (Psaumes 68.10).

Maintenant, ce sont les femmes qui portent le message (Psaumes 68.12-13), allusion à Myriam (Exode 15.20), à Débora (Juges 5.1) et « aux femmes qui ont chanté lorsque David revint victorieux de sa bataille contre les Philistins » (Kuen, 1 Samuel 18.6). Rappelons-nous que le peuple de Dieu revêt constamment un profil féminin : ainsi, la descendance de la femme, la fille de Sion, et l’Épouse du Christ. De la même façon que les femmes célèbrent la victoire de leurs maris revenus victorieux de la guerre, les chrétiens, Épouse du Christ, célèbrent la victoire de leur Époux.

Quelle situation embarrassante pour les ennemis. Les puissants (Psaumes 68.13) fuient devant des femmes (Psaumes 68.12). L’Église est faible, mais avec Dieu, elle fait des exploits.

La colombe (Psaumes 68.14) semble bien représenter le peuple de Dieu enrichi du butin des ennemis composé d’argent et d’or.

Prière : Seigneur Dieu, fais-nous réaliser la pleine victoire de notre Roi, Lui qui a vaincu la mort. Donne-nous de voir ta suprématie sur tous les ennemis de l’évangile.

  1. Célébrons Jésus-Christ, lui qui, sur son cheval blanc, étend son royaume jusqu’aux extrémités de la terre;
  2. Rendons grâce au Seigneur qui se penche vers les orphelins et les veuves que nous étions. Maintenant, nous avons un Père, nous avons un Époux pour l’éternité.

Prédicateur invité

Partagez cet enseignement :

Share on facebook
Share on twitter
Share on print
Share on email