Méditation quotidienne – Psaumes 62

*Veuillez noter que la numérotation des versets diffère d’une version à l’autre.

Je vous invite à faire la lecture du psaume 62 :

Au chef de chœur. D’après Yedoutoûn. Psaume de David. Oui, c’est vers Dieu que mon âme (se tourne) en silence ; De lui vient mon salut. Oui, c’est lui mon rocher et mon salut ; Ma forteresse : je ne chancellerai guère. Jusques à quand vous jetterez-vous sur un homme, Chercherez-vous tous à le tuer, Comme une muraille qui penche, Comme une clôture qui se renverse ? Oui, ils tiennent conseil pour le renverser de son poste élevé, Ils prennent plaisir au mensonge ; Ils bénissent de leur bouche Et maudissent intérieurement. Pause. Oui, mon âme, fais silence devant Dieu ! Car de lui vient mon espérance. Oui, c’est lui mon rocher et mon salut, Ma forteresse : je ne chancellerai pas. Sur Dieu (reposent) mon salut et ma gloire ; Le rocher de ma force, mon refuge, est en Dieu. Confiez-vous en lui en tout temps, peuple, Épanchez vos cœurs en sa présence ! Dieu est notre refuge. Pause. Oui, les fils d’Adam ne sont qu’un souffle ! Les fils d’homme un mensonge ! Dans une balance ils monteraient Tous ensemble, plus légers qu’un souffle. Ne vous confiez pas dans l’oppression, Et ne mettez pas un vain espoir dans la rapine ; Quand les richesses s’accroissent, N’y attachez pas votre cœur. Dieu a parlé une fois ; Deux fois j’ai entendu ceci : C’est que la force est à Dieu. A toi aussi, Seigneur ! la bienveillance : Car c’est toi qui rends à chacun selon ses actes. (Psaumes 62.1-13)

Dans ce psaume, on sent que David a pris de l’assurance. L’adversité est toujours devant lui (Psaumes 62.4-5). Des ennemis cherchaient à le détrôner et ce dernier les interpelle (Psaumes 62.4). Les détracteurs utilisent le mensonge (Psaumes 62.5). Ce sont des hypocrites ne voulant pas que leurs paroles révèlent leur cœur.

Contrairement à ce qu’il nous avait habitués dans les psaumes précédents, David est serein (Psaumes 62.2-3). Cette confiance affermie prend racine dans la personne de Dieu (Psaumes 62.3; Psaumes 62.6-8).

Frères et sœurs, combien nous devons étudier la Parole pour connaître Dieu. Il y a un courant de pensée dans l’Église moderne qui veut que la théologie soit inutile, qu’elle divise et ne concerne que l’intellect. Or, si c’est vrai qu’il y a un danger de ne s’intéresser à la théologie que pour assouvir une curiosité intellectuelle, ce n’est pas son but. Connaître Dieu est essentiel pour marcher en lui.

Si David a confiance de ne pas chanceler, ce n’est pas par ses propres forces, mais par le soutien constant de l’Éternel. Nous devons réaliser, frères et sœurs, que nous n’avons aucune force en nous-mêmes : nous devons dépendre entièrement de notre Seigneur.

David a appris et il veut maintenant le communiquer à ses frères et sœurs et les exhorter (Psaumes 62.9). Si Dieu est un refuge, l’homme n’est que du vent, un souffle. Les hommes ne font pas le poids (Psaumes 62.10).

Son enseignement comporte un avertissement : ne comptez pas sur le péché, ne vous fiez pas sur les hommes ni sur les biens terrestres (Psaumes 62.11). Confions-nous en celui qui les a créés. La puissance est à Dieu (Psaumes 62.12), contrairement aux hommes qui ne sont qu’un souffle.

Prière : Ô Seigneur, apprends-nous à faire silence devant toi, à s’attendre à toi sans contester, sans te dire quoi faire. Apprends-nous à nous reposer en toi.

Donne-nous de vraiment prendre au sérieux l’étude de ta Parole, car c’est ainsi que nous pouvons te connaître, connaître ton plan pour mieux le vivre, mieux te servir.

  1. Prions le Seigneur qu’il augmente en nous la foi, une foi nourrie par sa Parole;
  2. Réalisons que les hommes, y compris nous, ne sont qu’un souffle et que la puissance n’est qu’en Dieu.

Prédicateur invité

Partagez cet enseignement :

Share on facebook
Share on twitter
Share on print
Share on email