Méditation quotidienne – Psaumes 60

*Veuillez noter que la numérotation des versets diffère d’une version à l’autre.

Je vous invite à faire la lecture du psaume 60 :

Au chef de chœur. Sur le lis du témoignage. Hymne de David, pour enseigner. Lorsqu’il fit la guerre aux Syriens de Mésopotamie et aux Syriens de Tsoba, et que Joab revint et battit dans la vallée du sel douze mille Édomites. O Dieu ! tu nous as repoussés, tu nous a battus en brèche, Tu t’es irrité : rétablis-nous ! Tu as ébranlé la terre, tu l’as déchirée : Répare ses cassures, car elle chancelle ! Tu as fait voir de dures (épreuves) à ton peuple, Tu nous as abreuvés d’un vin d’étourdissement. Tu as donné à ceux qui te craignent une bannière En faveur de la vérité. Pause. Afin que tes bien-aimés soient délivrés, Sauve par ta droite, et réponds-nous ! Dieu a parlé dans sa sainteté : Je triompherai, Je partagerai Sichem, je mesurerai la vallée de Soukkoth ; A moi Galaad, à moi Manassé ; Éphraïm est le rempart de ma tête, Et Juda, mon sceptre, Moab est le bassin où je me lave ; Sur Édom je jette ma chaussure, Pays des Philistins, pousse une clameur contre moi ! Qui me mènera dans la ville forte ? Qui me conduit à Édom ? N’est-ce pas toi, ô Dieu, qui nous avais repoussés, Et qui ne sortais plus, ô Dieu, avec nos armées ? Donne-nous du secours contre l’adversaire ! Le salut de l’homme n’est que vanité. Avec Dieu, nous agirons vaillamment ; C’est lui qui écrasera nos adversaires. (Psaumes 60.1-14)

Ce psaume, le dernier en lien avec un évènement de la vie de David (2 Samuel 8.1-14), nous parle de guerre. David était devenu roi sur tout Israël (2 Samuel 5.1-5). Après avoir conquis Jérusalem, il en fit la capitale (2 Samuel 5.6-16). Il remporta des victoires décisives sur les Philistins (2 Samuel 5.17-25). Afin que l’arche d’alliance serve de culte au peuple, il l’a fait placer à Jérusalem (2 Samuel 6). Par la suite, le Seigneur lui envoie le prophète Nathan qui lui livra le plus grand message que David reçut de toute sa vie, à savoir que Dieu allait établir son trône pour toujours (2 Samuel 7). Puis, de nombreuses victoires contre des nations ennemies furent remportées. La popularité de David augmenta.

Le psaume 60 mentionne les victoires (Psaumes 60.2) et, aussitôt, David affirme que Dieu a abandonné son peuple (Psaumes 60.3). Il est possible que des victoires globales aient comporté des défaites isolées et que des pertes humaines soient survenues.

Frères et sœurs, une bénédiction peut être accompagnée d’une épreuve. Une victoire ici peut cohabiter avec une défaite là. Si nous traversons un temps d’épreuves, de défaites, celles-ci ne doivent pas masquer les bénédictions et les victoires que Dieu nous donne.

À l’inverse, en temps de bénédictions et de victoires, nous ne devrions pas nous attendre à ce que ce soit le paradis terrestre. Nous vivons dans un monde déchu et il reste des larmes à couler. Ne soyons pas surpris de voir les circonstances varier.

David décrit l’épreuve dans un langage imagé, en partie ou en totalité, nous n’en savons rien (Psaumes 60.4-5). Le vin rappelle la colère de Dieu (Psaumes 75.8; Ésaïe 51.17), mais au milieu de ces épreuves, le Seigneur garde sa main paternelle sur les siens et les rassure de sa délivrance (Psaumes 60.6-7). La nation juive était mixte, c’est-à-dire qu’elle était composée de vrais croyants, mais aussi de rebelles; de justes et de méchants. Josué 7 est très éloquent sur cet aspect.

C’est ce qui explique que le Seigneur pouvait déverser sa colère contre son peuple tout en préservant ses élus, ceux qui craignent l’Éternel (Psaumes 60.6).

Il s’agit d’un avertissement pour les Églises (1 Corinthiens 10.5-6) : si une Église locale en vient à délaisser le Seigneur, celui-ci pourrait lui retirer son chandelier (Apocalypse 2.5), c’est-à-dire son statut d’Église devant le Seigneur (Apocalypse 1.20). Elle pourrait fermer ou demeurer active, mais le Seigneur se serait retiré.

David a cette confiance que le Seigneur va se garder un peuple, un reste (Romains 9.27) parmi toutes les tribus (Psaumes 60.8-9) et qu’il va même étendre ses possessions (Psaumes 60.10). Ces conquêtes annoncent la vraie conquête, l’ultime conquête, celle du Christ qui reçoit en héritage toutes les nations (Psaumes 2.8). Cette conquête se fait par ses enfants qui annoncent l’évangile jusqu’aux extrémités de la terre (Actes 1.8).

Ces victoires, David les attribue à Dieu (Psaumes 60.11-14). Frères et sœurs, déposons nos couronnes devant l’Agneau qui a tout accompli. Lui seul est digne de recevoir la gloire, l’honneur et la puissance (Apocalypse 4.11).

Prière : Seigneur Dieu, garde-nous humbles dans la victoire et confiants dans l’épreuve.

Donne-nous de voir ta souveraineté dans toutes les circonstances en se rappelant que, pour chacun de tes enfants, il n’y a plus de malédictions, puisque le Christ les a toutes subies pour nous. Que son nom soit loué.

  1. Que le Seigneur nous donne de lutter pour la vérité (Psaumes 60.6);
  2. Soyons reconnaissants même dans les moments difficiles parce que Dieu est en train de poursuivre son œuvre en nous.

Prédicateur invité

Partagez cet enseignement :

Share on facebook
Share on twitter
Share on print
Share on email