Méditation quotidienne – Psaumes 53

*Veuillez noter que la numérotation des versets diffère d’une version à l’autre.

Je vous invite à faire la lecture du psaume 53 :

Au chef de chœur. Sur la flûte. Poème de David. L’insensé dit en son cœur : Il n’y a point de Dieu ! Ils se sont corrompus, ils ont commis d’horribles injustices ; Il n’en est aucun qui fasse le bien. Dieu, du haut des cieux, se penche sur les êtres humains, Pour voir s’il y a quelqu’un qui ait du bon sens, Qui cherche Dieu. Tous se sont éloignés, ensemble ils sont pervertis ; Il n’en est aucun qui fasse le bien, Pas même un seul. Ceux qui commettent l’injustice n’ont-ils pas de connaissance ? Eux qui dévorent mon peuple comme on dévore du pain ; Ils n’invoquent pas Dieu. C’est là qu’ils trembleront de peur, Sans motif de peur ; Dieu dispersera les os de celui qui t’assiège ; Tu (les) rendras honteux, car Dieu les a rejetés. Qui donnera, depuis Sion, le salut d’Israël ? Quand Dieu ramènera les captifs de son peuple, Jacob sera dans l’allégresse, Israël se réjouira. (Psaumes 53.1-7)

Dans ce psaume qui ramène l’essentiel du psaume 14, David trace un portrait monstrueux mais entièrement conforme aux traits de l’homme qui rejette Dieu.

Alors que nombre de contemporains associent la foi en Dieu à la naïveté, à la faiblesse, le psalmiste y va d’une toute autre opinion : c’est celui qui dit que Dieu n’existe pas qui est insensé. Le mot signifie « infâme », « fou », rien d’élogieux.

« … selon l’Écriture, si la crainte de Dieu est le commencement de la sagesse (Proverbes 1.7), on peut aussi dire à l’inverse que la négation de Dieu est le début de toute folie. » (Gilles Georgel, Notes sur les psaumes)

L’égarement est tel que l’insensé se croit intelligent. Il passe du cœur aux actions (Psaumes 53.2). C’est une règle inévitable.

Tout est folie en lui, tout est péché. Le verdict vient d’en-haut (Psaumes 53.3). C’est la Cour Suprême de l’univers et ses jugements sont sans appel, mais c’est aussi un jugement perspicace venant de l’instance la plus compétente qui soit. C’est le jugement du Dieu omniscient, de celui qui connaît tout, absolument tout. Il connaît ce qu’il y a dans le cœur de chacun mieux que les personnes elles-mêmes.

Si la Bible nous offre parfois ou souvent des « tout » et des « tous » qui ne signifient pas « tous sans exception » (ex. : Actes 2.5; Actes 19.10; Actes 22.15), dans ce psaume, cette possibilité est complètement écartée. David précise : « Pas même un seul » (Psaumes 53.4). Le psalmiste expose l’universalité du péché que Paul reprendra plus tard (Romains 3.10ss).

Alors, David aurait-il oublié tous ceux qui sont religieux? Ceux qui disent croire en Dieu, mais sans une vie transformée? Il semble que ces personnes ne disent pas qu’il n’y a pas de Dieu.

Au contraire! En vérité, ces personnes qui professent croire en Dieu, mais qui ne renient pas leurs œuvres, leur cœur étant éloigné de Dieu, se disent qu’il n’y a pas de Dieu. Elles vivent comme si Dieu n’existe pas ou comme si Dieu n’était pas Dieu.

Ces personnes qui rejettent Dieu seront rejetées de Dieu (Psaumes 53.6). Le jugement de Dieu contre ses ennemis comporte un élément particulier : ceux-ci obtiennent ce qu’ils ont toujours voulu. Ils ont désiré une vie sans Dieu, alors ils l’auront pour l’éternité. Ils ont préféré les ténèbres à la lumière, alors ils seront jetés dans les ténèbres pour l’éternité. Ils ont rejeté le Dieu qui donne la vie, alors ils connaîtront la mort éternelle.

Les jugements de Dieu sont justes, parfaitement justes, totalement justes.

Pour nous, heureux membres de son peuple, le salut nous est donné (Psaumes 53.7). Joie et allégresse nous sont réservées.

Prière : Père éternel, donne-nous de voir la folie du monde qui nous entoure afin que nous ne soyons pas attirés par sa pensée.

Merci que, du haut des cieux, tu as vu notre misère. Merci d’avoir envoyé ton Fils unique afin de nous délivrer de cette méchanceté qui habitait nos cœurs.

  1. Fais-nous comprendre, Seigneur, que toute pensée qui t’ignore n’est que folie;
  2. Merci, parce que si nous avons présentement des larmes, la joie et l’allégresse seront notre condition éternelle.

Prédicateur invité

Partagez cet enseignement :

Share on facebook
Share on twitter
Share on print
Share on email