Méditation quotidienne – Psaumes 51 (partie 2)

*Veuillez noter que la numérotation des versets diffère d’une version à l’autre.

Je vous invite à faire la lecture du psaume 51 :

Au chef de chœur. Psaume de David. Lorsque le prophète Nathan vint à lui, après que David fut allé vers Bath-Chéba. O Dieu ! fais-moi grâce selon ta bienveillance, Selon ta grande compassion, efface mes crimes ; Lave-moi complètement de ma faute, Et purifie-moi de mon péché. Car je reconnais mes crimes, Et mon péché est constamment devant moi. J’ai péché contre toi, contre toi seul, Et j’ai fait le mal à tes yeux, En sorte que tu seras juste dans ta sentence, Sans reproche dans ton jugement. Voici : je suis né dans la faute, Et ma mère m’a conçu dans le péché. Mais tu prends plaisir à la vérité dans le fond du cœur : Au plus secret (de moi-même), fais-moi connaître la sagesse. Purifie-moi avec l’hysope, et je serai pur ; Lave-moi, et je serai plus blanc que la neige. Annonce-moi la félicité et la joie, Et les os que tu as brisés seront dans l’allégresse. Détourne ta face de mes péchés, Efface toutes mes fautes. O Dieu ! créé en moi un cœur pur, Renouvelle en moi un esprit bien disposé. Ne me rejette pas loin de ta face, Ne me retire pas ton Esprit Saint. Rends-moi la joie de ton salut, Et qu’un esprit de bonne volonté me soutienne ! J’enseignerai tes voies à ceux qui se révoltent, Et les pécheurs reviendront à toi. O Dieu, Dieu de mon salut ! délivre-moi du sang versé, Et ma langue acclamera ta justice. Seigneur ! ouvre mes lèvres, Et ma bouche proclamera ta louange. Car tu ne prends pas plaisir au sacrifice, Autrement, j’en donnerais ; Tu n’agrées pas d’holocauste. Les sacrifices (agréables) à Dieu, c’est un esprit brisé : Un cœur brisé et contrit ; O Dieu, tu ne le dédaignes pas. Répands par ta faveur tes bienfaits sur Sion, Bâtis les murs de Jérusalem ! Alors tu prendras plaisir aux sacrifices de justice, Aux holocaustes et aux victimes tout entières ; Alors on offrira des taureaux sur ton autel. (Psaumes 51.1-21)

La méditation d’hier fournissait le contexte de ce psaume et rappelait la chute de David avec Bath-Chéba, ainsi que la réprimande de Nathan envers David plusieurs mois plus tard.

Aujourd’hui, nous allons nous arrêter sur la repentance de David exprimée dans ce psaume.

David ne peut compter que sur la grâce de Dieu, c’est-à-dire sur la bonne disposition de Dieu de ne pas traiter le pécheur repentant selon ses fautes (Psaumes 103.10).

Ce n’est pas tout de ne pas subir les conséquences de son péché : encore faut-il que Dieu nous transforme (Psaumes 51.4; Psaumes 51.9; Psaumes 51.12). S’il fallait que le Seigneur nous fasse échapper à la malédiction que nous méritons sans nous transformer, nous demeurerions pour l’éternité dans nos péchés, alors que, ce que Dieu désire, c’est un peuple saint (Deutéronome 7.6).

David s’accuse (Psaumes 51.5). C’est la première chose à faire lorsqu’on a péché. S’accuser, c’est se reconnaître coupable de transgression de la loi de Dieu.

Confesser (le mot grec signifie « dire tel quel », « reconnaître ouvertement ») doit d’abord être fait vis-à-vis Dieu (Psaumes 51.5-6), parce que c’est sa loi qui est violée lorsque nous péchons. Ce n’est pas Bath-Chéba ni Urie qui interdit l’adultère, mais l’Éternel. Lorsque nous péchons envers notre prochain, nous commettons envers lui un acte que Dieu nous a interdit de commettre. Puisque l’offense est d’abord envers Dieu, lui seul peut nous traiter avec justice.

David affirme que sa mère l’a conçu dans le péché. Il ne s’agit pas d’une tentative de blâmer sa mère : David a reconnu que son problème est son péché (Psaumes 51.5). Par cette affirmation, David reconnaît que son péché concerne sa nature. Le péché est inné et non acquis.

David ne connaît pas seulement son péché : il connaît son Dieu. Il sait que le Seigneur fait grâce (Psaumes 51.3), qu’il est celui qui peut laver son péché, le purifier (Psaumes 51.4). Il sait que Dieu sera juste dans ses jugements (Psaumes 51.6) et que Dieu prend plaisir à la vérité en lui (Psaumes 51.8).

Confesser son péché est nécessaire, mais aussi, nous devons aspirer à une vie sainte (Psaumes 51.8-12). Cette requête est en même temps l’aveu de son incapacité à se purifier soi-même. Nous avons besoin du Dieu trois fois saint pour nous sanctifier.

Le verset 13 n’insinue pas que David ait pu perdre son salut : il craignait plutôt de perdre l’onction royale donnée par l’Esprit de Dieu (Psaumes 51.13).

David aspire à une vie selon Dieu (Psaumes 51.14-17) caractérisée par la joie de son salut (Psaumes 51.14), ainsi qu’un zèle pour faire connaître la Parole de Dieu aux pécheurs (Psaumes 51.15-17).

Le psalmiste revient sur qui est Dieu. David connaît le cœur de Dieu, la volonté de Dieu (Psaumes 51.18-19). Il sait que Dieu ne se laisse pas domestiquer par des pratiques religieuses hypocrites. Le Seigneur demande simplement des cœurs contrits, des cœurs repentants (Psaumes 51.19) qui veulent changer.

Sa prière va maintenant pour Sion, cette montagne où Jérusalem était construite et qui était emblématique de la communion avec Dieu (Psaumes 51.20).

Pour que son peuple puisse rendre à Dieu un culte qui lui soit agréable (Psaumes 51.21), il faut préalablement que Dieu fasse une œuvre de rédemption (Psaumes 51.20).

Prière : Père éternel, merci de m’avoir donné la repentance (2 Timothée 2.25) car sans ton œuvre, je serais demeuré endurci.

Je te prie pour tous mes frères et sœurs : donne-nous de voir nos fautes et de te les confesser.

  1. Que le Seigneur nous donne de rechercher la sainteté, la sanctification. Qu’il nous donne de rejeter le péché dans nos vies pour nous attacher aux choses d’en-haut (Colossiens 3.1);
  2. Demandons au Seigneur qu’il crée en nous un esprit bien disposé, sachant que lui seul peut changer nos cœurs, nos pensées.

Prédicateur invité

Partagez cet enseignement :

Share on facebook
Share on twitter
Share on print
Share on email