Méditation quotidienne – Psaumes 47

Veuillez noter que la numérotation des versets diffère d’une version à l’autre.

Je vous invite à faire la lecture du psaume 47 :

Au chef de chœur. Psaume des fils de Qoré. Vous tous, peuples, battez des mains ! Acclamez Dieu par des cris de joie ! Car l’Éternel, le Très-Haut, est redoutable, Il est un grand roi sur toute la terre. Il nous soumet des peuples, Et des nations sous nos pieds ; Il nous choisit notre héritage, La gloire de Jacob qu’il aime. Pause. Dieu monte au milieu des acclamations, L’Éternel s’avance au son du cor. Psalmodiez (en l’honneur de) Dieu, psalmodiez ! Psalmodiez (en l’honneur de) notre roi, psalmodiez ! Car Dieu est roi de toute la terre : Psalmodiez un poème ! Dieu règne sur les nations, Dieu siège sur son saint trône. Les princes des peuples se réunissent Au peuple du Dieu d’Abraham ; Car à Dieu sont les boucliers de la terre. Il est souverainement élevé. (Psaumes 47.1-10)

Reconnaître les qualités du Roi, c’est excellent, mais aussi il nous faut l’acclamer (Psaumes 47.2-3), c’est-à-dire que nous devons proclamer haut et fort le règne de notre Dieu. Ces acclamations doivent dépasser les frontières israélites. Ce sont tous les peuples qui sont conviés (Psaumes 47.2).

C’est dire que les divinités de tous les autres peuples sont fausses (1 Chroniques 16.26). Seul l’Éternel, celui qui a tout créé, est vrai Dieu. Il est le Dieu cosmique et non d’un seul territoire parmi d’autres.

La louange se faisant entendre parmi les nations est l’accomplissement de la promesse faites à Abraham, à savoir que toutes les familles de la terre allaient être bénies en lui (Genèse 12.3; Galates 3.8). Le peuple de Dieu est un grand peuple, un très grand peuple (Apocalypse 7.9).

Le psalmiste nous fournit plusieurs raisons pour acclamer notre Dieu.

Il est redoutable (Psaumes 47.3), c’est-à-dire qu’il doit être pris au sérieux. Il est tout-puissant et ses menaces sont certaines. Il est le Dieu universel (Psaumes 47.3). Il n’a aucun rival sérieux. Il impose son droit (Psaumes 47.4). La puissance de toutes les créatures réunies demeure ridicule à comparer à la toute-puissance de notre Dieu.

Une des grandes leçons que l’histoire des civilisations nous donne est que tout empire vient à s’essouffler. Les empires antiques, par exemple les empires assyrien, babylonien, médo-perse, grec ou romain, ont tous fini par tomber. Plus récemment, l’empire britannique n’a plus le même lustre et les États-Unis qui s’imposaient comme la super puissance mondiale sont sur la pente descendante. Le Seigneur sait montrer aux hommes leur éphémérité et leur vulnérabilité.

Et Israël dans tout cela? En fait, le véritable Israël est Jésus. D’une part, le nom Israël signifie « vainqueur » et seul Jésus est digne de ce nom. Aussi, la condition pour être le peuple qui appartient à Dieu était de lui obéir parfaitement (Exode 19.5). Tous les Juifs ont échoué lamentablement, tous sauf un : Jésus-Christ. Tous les autres sont disqualifiés. Nous n’aurions pas fait mieux.

Le peuple de Dieu ne peut s’enorgueillir de rien d’autre que de la croix du Christ. Il est la gloire de Jacob (Psaumes 47.5). Quand on y réfléchit bien, cette œuvre du messie suscite une seule réaction chez ceux qui ont été éclairés : acclamer, psalmodier, psalmodier encore et psalmodier toujours (Psaumes 47.6-8).

Pensons-y : avoir un Dieu qui règne devrait nous réjouir au plus haut point, nous, les chrétiens. Sans ce Dieu sur son trône, il n’y a plus d’ordre dans ce monde, il n’y a plus de salut, plus d’espérance, plus de délivrance, plus de paix : c’est la mort.

Le psaume termine avec cette vérité que les non Juifs sont réunis à la descendance d’Abraham. Dieu n’est pas le Dieu d’une seule ethnie, mais de tous les peuples, de toutes les nations. De celles-ci, il se fait un peuple, son peuple, celui qu’il chérit tendrement.

Prière : Père éternel, merci d’offrir ton salut aux gens de toutes les nations, de toutes langues. Sans cette ouverture aux non Juifs, je serais perdu.

Je te prie que tu nous montres, à moi et à mes frères et sœurs, ta grandeur, combien tu es redoutable, combien tu es au-dessus de toutes les nations.

  1. Que le Seigneur nous donne un cœur pour le célébrer, que nos cœurs soient poussés à la fête en considérant son salut;
  2. Rendons grâce au Seigneur pour l’héritage qui nous attend.

Prédicateur invité

Partagez cet enseignement :

Share on facebook
Share on twitter
Share on print
Share on email