Méditation quotidienne – Psaumes 41

*Veuillez noter que la numérotation des versets diffère d’une version à l’autre.

Je vous invite à faire la lecture du psaume 41 :

Au chef de chœur. Psaume de David. Heureux celui qui agit avec discernement envers le faible ! Au jour du malheur l’Éternel le délivre ; L’Éternel le garde et le fait vivre ; Il est heureux sur la terre ; Tu ne le livreras pas au désir de ses ennemis. L’Éternel le soutient sur son lit de douleur ; Tu refais sa couche pendant sa maladie. Je dis : Éternel, fais-moi grâce ! Guéris mon âme, car j’ai péché contre toi. Mes ennemis parlent mal de moi : Quand mourra-t-il ? quand périra son nom ? Si quelqu’un vient me voir, il dit des paroles vaines, Son cœur amasse des iniquités ; Il sort et il parle au dehors. Tous ceux qui me haïssent chuchotent entre eux contre moi ; Contre moi, ils méditent mon malheur : C’est une affaire mauvaise qui fond sur lui ! Le voilà couché, il ne se relèvera pas ! Celui-là même avec qui j’étais en paix, Qui avait ma confiance et qui mangeait mon pain, Lève le talon contre moi. Mais toi, Éternel, fais-moi grâce et relève-moi ! Et je leur rendrai ce qui leur est dû. Voici à quoi je reconnais que tu m’as pris en affection, C’est que mon ennemi ne triomphe pas de moi. Et moi, tu m’as soutenu dans mon intégrité, Et tu m’as placé pour toujours en ta présence. BÉNI SOIT L’ÉTERNEL, LE DIEU D’ISRAËL, D’ÉTERNITÉ EN ÉTERNITÉ ! AMEN ! AMEN. (Psaumes 41.1-14)

Une autre béatitude ouvre le psaume, cette fois dans un rappel de la loi. L’idée de prendre soin de la veuve et de l’orphelin, de veiller sur le faible (Psaumes 41.2) est un générique pour parler de la soumission à toute la loi (Jacques 1.27). Celui qui ouvre son cœur pour secourir le faible se rappelle que lui-même est faible devant Dieu et que Dieu l’a secouru.

Ce psaume nous rappelle que le Seigneur ne déverse pas ses bénédictions à tous les hommes, mais seulement à ceux qui le suivent (Psaumes 41.2-4). Combien nous avons besoin d’apprendre à obéir au Seigneur, à lui être fidèles!

Encore ici, David reconnaît son péché sans détour (Psaumes 41.5). Il voit que son âme est malade, souffrante, en raison de son péché. Combien de maux subissons-nous en raison de notre péché? Combien de souffrances nous infligeons-nous par nos fautes? Le péché est autodestruction, automutilation. Le péché produit la mort. Notre société a tendance à faire de chacun de nous des victimes affirmant que nos malheurs et nos malaises viendraient de notre entourage. Cette pensée n’est tout simplement pas biblique. C’est mon péché qui me détruit et la solution pour la guérison est la confession et la sanctification en Jésus-Christ.

Les non croyants qui nous entourent peuvent dire n’importe quoi sur nous (Psaumes 41.6), mais ce ne sont que des paroles vides, vaines (Psaumes 41.7). Les méchants n’attendent que notre malheur (Psaumes 41.6-9). Le croyant sait que son bonheur n’est pas auprès de ceux-ci. Son « heureux », sa béatitude demeure auprès de Dieu (Psaumes 41.2-3).

Jésus a vu au verset 10 la trahison de Judas (Jean 13.18). Nos ennemis se font souvent passer pour des amis, mais ils font connaître leur véritable camp tôt ou tard (1 Timothée 5.24). Jésus l’a subi de même qu’un bon nombre de chrétiens.

Le psalmiste réitère sa pleine confiance en l’Éternel (Psaumes 41.11-14). Un jour, tous les ennemis seront hors d’état de nuire (Psaumes 41.12). Leur défaite a été annoncée d’avance. Leur défaite signifie la victoire de Dieu sur le mal.

L’appel final à bénir l’Éternel est tout à fait approprié (Psaumes 41.14). Que la louange soit sur nos lèvres.

Prière : Seigneur, donne-moi d’être attentif aux besoins de mes frères et sœurs les plus faibles, ceux qui souffrent, dans leur corps ou dans leur âme. Guéris mon âme de tous ses maux causés par mon péché.

  1. Rendons grâce au Seigneur pour Jésus-Christ, lui qui a assumé notre péché de sorte que nos péchés sont devenus ses péchés;
  2. Demandons au Seigneur qu’il nous donne de toujours garder espoir en lui. Il n’y a aucune circonstance qui le dépasse et tout concourt au bien de ceux qui l’aiment.

Prédicateur invité

Partagez cet enseignement :

Share on facebook
Share on twitter
Share on print
Share on email