Méditation quotidienne – Psaumes 4

Psaume 4

Je vous invite à faire la lecture du psaume 4 :

Au chef de chœur. Avec instruments à cordes. Psaume de David. Quand je crie, réponds-moi, Dieu de ma justice ! Dans la détresse, tu me mets à l’aise. Fais-moi grâce, écoute ma prière ! Fils des hommes, jusques à quand ma gloire sera-t-elle changée en confusion ? (Jusques à quand) aimerez-vous la vanité, Chercherez-vous le mensonge ? Pause. Reconnaissez que l’Éternel s’est choisi un homme fidèle ; L’Éternel entend, quand je crie à lui. Agitez-vous, mais ne péchez pas ; Parlez en votre cœur Sur votre couche, puis taisez-vous. Pause. Offrez des sacrifices de justice Et confiez-vous en l’Éternel. Beaucoup disent : Qui nous fera voir le bonheur ? Fais lever sur nous la lumière de ta face, ô Éternel ! Tu mets dans mon cœur plus de joie Qu’au temps où abondent leur froment et leur vin nouveau. Aussitôt couché, je m’endors en paix, Car toi seul, ô Éternel ! tu me fais habiter en sécurité. (Psaume 4.1-9)

Tout comme il l’avait fait au psaume précédent, David présente sa cause à Dieu alors qu’il vit des difficultés. David commence par reconnaître qui est Dieu. Il est Dieu de sa justice (Psaume 4.2). David sait que Dieu va répondre à sa prière en raison de qui est Dieu. David subit de l’injustice. Il sait que ce n’est pas auprès des hommes qu’il trouvera la justice, mais uniquement en Dieu.

Ceci nous garde de la vengeance : nous n’avons pas à se faire justice. Sachons attendre devant Dieu, patiemment. Il est notre justice. Il fait justice en son temps. Ainsi, notre cœur sera à l’abri de réactions que nous pourrions regretter.

Combien, dans nos prières, nous devrions toujours nous référer à qui est Dieu, en faisant ressortir un attribut de Dieu, une promesse! Cette manière de faire nous donnera beaucoup d’assurance devant Dieu et devant les hommes.

Devant l’adversité, David ne cherche pas la solution en y allant d’un compromis. Il ne cherche pas à trouver un terrain d’entente. Seule la pensée de Dieu compte et ceux qui rejettent la pensée de Dieu rejettent Dieu et il ne peut y avoir un terrain d’entente. David a le courage de nommer les difficultés en utilisant le langage de Dieu. Ces personnes sont vaniteuses et ont menti (Psaume 4.3). La meilleure chose face au pécheur est de dénoncer le péché sans le justifier, sans le dissimuler.

Comment rallier ces personnes? En leur rappelant que leur opposition n’est pas dirigée contre un homme mais contre Dieu (Psaume 4.4). Ces opposants s’érigent contre celui que Dieu a choisi. David ne cherche pas à rallier les opposants à lui, mais à Dieu. Quelle belle leçon! Si cet argument ne convainc pas les détracteurs, aucun autre argument ne réussira.

David leur propose cependant une solution (Psaume 4.5). Ces opposants doivent réfléchir sans pécher. Ils peuvent être en désaccord, mais ne doivent pas mal réagir. La fin du verset 5 est probablement un appel à la prière avec l’exhortation de se taire par la suite, c’est-à-dire de ne plus contester. Combien les moments seul avec Dieu sont réconfortants! Ceux-ci sont propices à s’examiner soi-même. Les opposants ne sont plus face à celui qu’ils contestent, mais face à Dieu. Avons-nous ce rendez-vous quotidien avec notre Père céleste? Au verset 6, David exhorte ses opposants à rechercher la justice de Dieu et à se confier en Lui. Il semble bien que ça leur faisait défaut.

Les opposants cherchent le bonheur (Psaume 4.7a). La prière de David (Psaume 4.7b-9) indique que le bonheur ne se trouve qu’en Dieu. Ce bonheur est de voir Dieu agir (« Fais lever sur nous ta face »). C’est la plus grande source de joie (Psaume 4.8) et de paix (Psaume 4.9).

Frères et sœurs, si nous sommes de ceux qui ont la critique facile, ce psaume nous parle. Il nous indique que notre véritable opposition est contre Dieu. Notre contestation nous prive du bonheur, de la joie et de la paix. Tournons-nous vers Dieu et confessons notre péché.

Si nous sommes victimes d’une opposition, comme David, comptons sur le Seigneur. Gardons les yeux fixés sur lui. Prions pour ceux qui s’en prennent à nous. Gardons très loin tout esprit de vengeance. Attendons-nous au Seigneur : il est le Dieu de ma justice, le Dieu de notre justice.

Prière : Seigneur, merci pour ce psaume qui m’enseigne de ne pas contester les autorités, car c’est toi qui les as établies. Je te prie de les diriger, de leur donner le discernement et la sagesse dans l’exercice de leurs fonctions. Donne-moi un cœur comme celui de David. Donne-moi de rechercher les choses d’en-haut. Rends-moi humble.

  1. Prions pour nos autorités : au gouvernement, à l’Église, dans la famille. Que le Seigneur nous rende dociles et compréhensifs pour elles;
  2. Prions pour ceux qui s’opposent à nous, alors que nous cherchons à marcher avec le Seigneur. Garde nos cœurs de la critique et de la vengeance.

Prédicateur invité

Partagez cet enseignement :

Share on facebook
Share on twitter
Share on print
Share on email