Méditation quotidienne – Psaumes 31

*Veuillez noter que la numérotation des versets de ce psaume diffère d’une version à l’autre.

Je vous invite à faire la lecture du psaume 31 :

Au chef de chœur. Psaume de David. Éternel ! en toi je me réfugie : Que jamais je ne sois dans la honte ! Libère-moi dans ta justice ! Tends vers moi ton oreille, Hâte-toi de me délivrer ! Sois pour moi un rocher, une forteresse, Pour que je sois sauvé ! Car tu es mon roc, ma forteresse, Et à cause de ton nom tu me conduiras, tu me dirigeras. Tu me feras sortir du filet qu’ils m’ont tendu ; Car tu es ma protection. Je remets mon esprit entre tes mains ; Tu m’as libéré, Éternel, Dieu de vérité ! Je hais ceux qui s’attachent à de vaines idoles Et je me confie en l’Éternel. Je serai dans l’allégresse et dans la joie par ta bienveillance, Car tu vois mon malheur, Tu connais les angoisses de mon âme Et tu ne me livres pas aux mains de l’ennemi ; Tu me fais marcher avec aisance. Fais-moi grâce, Éternel ! car je suis dans la détresse ; J’ai le visage, l’âme et le corps rongés par le chagrin. Ma vie s’épuise dans la douleur, Et mes années dans les soupirs ; Ma force vacille à cause de ma faute, Et mes os sont rongés. A cause de tous mes adversaires, Je ne suis que l’opprobre de mes voisins, La terreur de ceux qui me connaissent ; Ceux qui me voient dehors s’enfuient loin de moi. Je suis oublié des cœurs comme un mort, Je suis comme un objet perdu. J’ai entendu les mauvais propos de beaucoup, L’épouvante qui règne à l’entour, Quand ils se liguent ensemble contre moi : Ils complotent de m’ôter la vie. Mais moi, je me confie, en toi ô Éternel ! Je dis : Tu es mon Dieu ! Mes destinées sont dans ta main ; Arrache-moi de la main de mes ennemis et de mes persécuteurs ! Fais briller ta face sur ton serviteur, Sauve-moi par ta bienveillance ! Éternel, que je ne sois pas dans la honte quand je t’invoque. Que les méchants soient dans la honte, Qu’ils descendent en silence au séjour des morts ! Qu’elles deviennent muettes, les lèvres fausses, Qui parlent avec audace contre le juste, Avec orgueil et mépris ! Oh ! combien est grande ta bonté, Que tu tiens en réserve pour ceux qui te craignent, Que tu exerces envers ceux qui se réfugient en toi, En face des humains ! Tu les caches sous l’abri de ta face loin des intrigues des hommes, Dans un refuge tu les préserves des langues qui les attaquent. Béni soit l’Éternel ! Car il a signalé sa bienveillance envers moi, (Comme) dans une ville forte. Et moi, je disais dans ma précipitation : Je suis chassé loin de tes yeux ! Mais tu as entendu la voix de mes supplications, Quand j’ai crié vers toi. Aimez l’Éternel, vous tous ses fidèles ! L’Éternel garde les croyants, Et il punit sévèrement celui qui agit avec orgueil. Fortifiez-vous et que votre cœur s’affermisse, Vous tous qui vous attendez à l’Éternel ! (Psaumes 31.1-25)

La supplication de David (Psaumes 31.2-3) revient dans plusieurs psaumes. Nous ne savons pas toujours si cette requête est pour la même situation ou non. Quoi qu’il en soit, nous pouvons apprécier la persévérance dans la prière chez David. Nous n’avons pas à nous limiter dans nos demandes au Seigneur en pensant qu’il sera ennuyé de réentendre les mêmes requêtes. Si cette pensée est parfois dans notre esprit, elle n’est jamais en Dieu.

Nous voyons également dans sa prière qu’il demande ce que Dieu a déjà promis, parce que les actions de Dieu expriment ce qu’il est. Autrement dit, Dieu agit toujours en conformité à ses attributs (Psaumes 31.4-6). C’est donc normal de s’attendre à ce que Dieu accorde ce qu’il a déjà promis.

Le verset 5 a inspiré la prière de Jonas (Jonas 2). David remet son esprit entre les mains de Dieu (Psaumes 31.6). Cette parole s’est retrouvée presque mot à mot sur les lèvres de Jésus en croix (Luc 23.46) ainsi que sur celles d’Étienne, le premier martyr de l’Église primitive (Actes 7.59). Ceci nous montre que les psaumes nous aident à prier et à répandre notre âme devant Dieu.

Les supplications de David nous présentent une grande vérité. Dieu libère ses enfants, mais il ne leur évite pas le danger. Si David peut dire que Dieu l’a libéré (Psaumes 31.6), c’est que Dieu a laissé les adversaires s’en prendre à lui pour un temps. Dieu agit ainsi pour nous former et pour que nous le connaissions comme le grand libérateur.

Le verset 7 risque de nous heurter. David hait les idolâtres. On entend parfois que Dieu hait le péché, mais qu’il aime le pécheur. Une telle affirmation n’est pas tout à fait juste. Dieu a de la haine pour ceux qui commettent l’injustice (Psaume 5.6). Il s’agit fort probablement d’une formulation hébraïque signifiant que les réprouvés ne sont pas au bénéfice de l’amour allianciel et sacrificiel de Dieu (comparer Genèse 29.30 avec Genèse 29.31, puis Matthieu 10.37 et Luc 14.26). La colère de Dieu est sur le pécheur et non sur le péché.

Devant les oppositions qu’il subissait, David se confie en l’Éternel (Psaumes 31.8-9). Il reconnaît son impuissance (Psaumes 31.10-14). À vues humaines, il ne peut rivaliser contre ses ennemis, mais là n’est pas sa force. Elle se trouve dans le secours de l’Éternel (Psaumes 31.15).

Plus David pense à son Dieu, plus il prend de l’assurance (Psaumes 31.16-17). Il sait que le Seigneur le libérera et que ses ennemis feront face à Dieu (Psaumes 31.18-19) et il sait également combien grandes sont les bénédictions que Dieu réserve à tous ceux qui se confient en lui (Psaumes 31.20-22).

David passe maintenant à l’exhortation pour les membres de son peuple. Combien nous devons apprendre à se détacher de nous-mêmes pour penser à nos frères et sœurs (Psaumes 31.24-25). Ils ont aussi besoin du même secours de l’Éternel.

Prière : Seigneur Dieu, donne-nous de nous rappeler constamment ton secours à la croix et que celui-ci nous garantit le tout du salut.

Je te prie pour tous mes frères et sœurs. Donne-nous d’apprendre à s’attendre à toi dans la détresse. Donne-nous de voir en toi le Rocher, la Forteresse, le Libérateur.

  1. Demandons au Seigneur qu’il nous donne de croire en ses promesses de bonheur éternel (Psaumes 31.8). Nos épreuves présentes ne sont pas le dernier mot de Dieu dans notre histoire;
  2. Prions le Seigneur qu’il nous fasse goûter à sa grâce (Psaumes 31.10) dans toutes les situations;
  3. Rappelons-nous que le Seigneur changera nos deuils en allégresse, nos souffrances en gloire, notre humiliation en élévation.

Prédicateur invité

Partagez cet enseignement :

Share on facebook
Share on twitter
Share on print
Share on email