Méditation quotidienne – Psaumes 21

*Veuillez noter que la numérotation des versets de ce psaume diffère d’une version à l’autre.

Je vous invite à faire la lecture du psaume 21 :

Au chef de chœur. Psaume de David. Éternel ! le roi se réjouit de ta force. Combien ton salut le remplit d’allégresse ! Tu lui as donné ce que désirait son cœur, Et tu n’as pas refusé ce que souhaitaient ses lèvres. Pause. Car tu viens au-devant de lui avec des bénédictions excellentes, Tu mets sur sa tête une couronne d’or pur. Il te demandait la vie, tu la lui as donnée, Des jours prolongés à jamais, à perpétuité. Sa gloire est grande à cause de ton salut ; Tu places sur lui l’éclat et la magnificence. Tu fais de lui, pour toujours, une bénédiction, Tu le combles de joie devant ta face. Le roi se confie en l’Éternel ; Et, par la bienveillance du Très-Haut, il ne chancelle pas. Ta main trouvera tous tes ennemis, Ta droite trouvera ceux qui te haïssent. Tu les rendras tels qu’une fournaise ardente, Le jour où tu te montreras ; L’Éternel les engloutira dans sa colère, Et le feu les dévorera. Tu feras périr leur postérité de la terre, Et leur descendance d’entre les êtres humains. Ils ont projeté du mal contre toi, Ils ont imaginé de mauvais desseins, mais ils seront impuissants, Car tu leur feras tourner le dos, Et avec ton arc tu tireras sur eux. Lève-toi, Éternel, avec ta force ! Nous voulons chanter et psalmodier (en l’honneur) de ta puissance. (Psaume 21.1-14)

Ce psaume est indissociable du précédent. Alors que le psaume 20 constitue une intercession pour la victoire du roi, le psaume 21 loue le Seigneur pour cette victoire. Combien il est important de se présenter devant Dieu non seulement pour demander, mais aussi pour rendre grâce après l’exaucement. Rappelons-nous ces dix lépreux que Jésus a guéris (Luc 17.12-18) et où un seul est revenu rendre gloire à Dieu.

Pourquoi devons-nous rendre grâce et gloire au Seigneur? Pour plusieurs raisons. Premièrement, l’action de grâce exprime que c’est Dieu qui a donné. La victoire est impossible sans le secours de Dieu (Psaume 21.2-3). Deuxièmement, l’action de grâce manifeste que Dieu n’était pas obligé de donner : c’est vraiment par grâce que Dieu bénit.

Frères et sœurs, réfléchissons ensemble au fait que ce que nous méritons n’est rien d’autre que l’enfer. Que Dieu bénisse démontre les largesses de ses bontés et son empressement à pardonner. À nous, qui étions ses ennemis, il a répondu par son amour. Troisièmement, les délivrances, les victoires que Dieu nous accorde dans ce monde-ci sont des avant-goûts de la délivrance finale de ce monde (Psaume 21.5-7). Un jour, nous serons totalement et définitivement délivrés de tout ce qui nous empêche de vivre pour Dieu.

Combien devons-nous apprendre des marques actuelles de la victoire du Christ dans nos vies à lui faire confiance pour l’avenir (Psaume 21.8)!

Louer le Seigneur pour ces victoires inclut le louer pour la défaite des ennemis (Psaume 21.9-13). Sans se réjouir de la perdition des réprouvés, nous devons nous réjouir que le temps vienne où ceux qui sont résolus dans leur opposition à Dieu ne pourront plus pratiquer leurs actes de rébellion.

Comme il est bon de méditer sur les bienfaits de Dieu afin que notre louange soit alimentée, dirigée par ceux-ci (Psaume 21.14).

Prière : Seigneur, je veux te louer pour Jésus-Christ qui a vaincu au prix de sa vie. Nous voulons reconnaître que c’est toi qui es venu en s’incarnant pour assumer ce dont nous étions incapables, c’est-à-dire vaincre le péché, vaincre les forces du mal.

Merci d’avoir ressuscité Jésus-Christ et de lui donner une royauté éternelle (Psaume 21.4-5). Merci de nous avoir placés en Lui, de sorte que nous allons aussi ressusciter et devenir semblables à ton Fils bien-aimé.

  1. Que le Seigneur nous donne de voir sa victoire dans ce monde. L’Église manifeste la victoire de Dieu. Chaque fois que notre Dieu sauve quelqu’un, le royaume de Dieu progresse et l’ennemi recule (Matthieu 12.28);
  2. Que le Seigneur nous donne de le louer, de se détourner de nous-mêmes pour apprécier ses bienfaits, de reconnaître que c’est toujours lui qui nous les donne gracieusement;
  3. Que nos cœurs soient remplis d’allégresse et de joie pour le salut de Dieu.

Prédicateur invité

Partagez cet enseignement :

Share on facebook
Share on twitter
Share on print
Share on email