Méditation quotidienne – Psaumes 2

Psaume 2

Je vous invite à faire la lecture du psaume 2 :

Pourquoi les nations s’agitent-elles Et les peuples ont-ils de vaines pensées ? Les rois de la terre se dressent Et les princes se liguent ensemble Contre l’Éternel et contre son messie : Brisons leurs liens, Et rejetons loin de nous leurs chaînes ! Il rit, celui qui siège dans les cieux, Le Seigneur se moque d’eux. Il leur parle dans sa colère, Et dans sa fureur il les épouvante : C’est moi qui ai sacré mon roi Sur Sion, ma montagne sainte ! Je publierai le décret de l’Éternel ; Il m’a dit : Tu es mon fils ! C’est moi qui t’ai engendré aujourd’hui. Demande-moi et je te donnerai les nations pour héritage, Et pour possession les extrémités de la terre ; Tu les briseras avec un sceptre de fer. Comme le vase d’un potier, tu les mettras en pièces. Et maintenant, rois, ayez du discernement ! Recevez instruction, juges de la terre ! Servez l’Éternel avec crainte, Soyez dans l’allégresse, en tremblant. Embrassez le fils, de peur qu’il ne se mette en colère, Et que vous ne périssiez dans votre voie, Car sa colère est prompte à s’enflammer. Heureux tous ceux qui se réfugient en lui ! (Psaume 2.1-12)

À l’origine, chez les Juifs, les deux premiers psaumes n’en formaient qu’un seul. Le premier débute par le même « Heureux » qui termine le psaume 2.

Alors que le psaume 1 mettait l’accent sur l’individu, le psaume 2 tourne les projecteurs sur les nations. Notre Dieu est souverain sur les uns comme sur les autres.

Ces deux psaumes comportent des contrastes : le psaume 1 oppose ceux qui écoutent la Parole et la mettent en pratique aux méchants; le psaume 2 oppose les rois de la terre au Roi des rois, le messie établi par Dieu.

Notre Dieu rit, il se moque de toutes ces nations qui s’agitent et qui ont de mauvaises pensées, de tous ces rois qui se liguent pour s’opposer à lui. Que signifie ce rire divin? Ce n’est pas que Dieu rigole en voyant ses opposants. Cette situation suscite en fait la colère de Dieu (Psaume 2.5). Dans ce rire, nous devons plutôt y voir le regard de Dieu devant l’arrogance des hommes. Notre Dieu trouve tellement ridicule la réaction des pécheurs, mais il y a plus : Dieu se moque d’eux en envoyant son Fils (Psaume 2.6-7) à la fois pour sauver, à la fois pour juger.

Dieu publie son décret, c’est-à-dire qu’il met en action son plan éternel du salut. Le Fils ressuscitera (Psaume 2.7; voir Actes 13.33, qui voit dans ce verset la résurrection du Christ) et sauvera son peuple (Psaume 2.12). Ce Fils-Roi va juger tous les rois et les peuples qui leur sont assujettis (Psaume 2.9).

C’est pourquoi le Seigneur appelle tous ceux qui s’opposent à lui à croire en Dieu et en son Fils (Psaume 2.10-12) pendant qu’il en est encore temps. Après, pour ceux qui se seront endurcis, seule restera la colère du Fils (Psaume 2.12). L’invitation finale du psaume est de se réfugier en lui.

Ce psaume s’adresse à tous les hommes.

Ceux qui s’opposent à Dieu ne le font pas nécessairement en militant activement contre Dieu. Le simple fait de vivre sans chercher à obéir à Dieu, comme si nos vies nous appartenaient, est une opposition ouverte à Dieu. Si vous n’êtes pas chrétiens, seule le première partie du verset 12 vous attend : c’est la colère éternelle du Fils de Dieu qui sera déversée sur vous pour toute l’éternité.

Ceux qui se réfugient en Dieu (Psaume 2.12) trouvent le bonheur. Ce Fils-Roi ne les condamnera pas, bien au contraire. Nous découvrons que servir le Seigneur nous place dans l’allégresse (Psaume 2.11).

Prière : Seigneur, merci d’avoir établi ton Fils Jésus comme Roi des rois. Au-dessus de tous les pouvoirs humains, il est bon de se rappeler que nous avons un Roi tout-puissant et dont le règne est absolu. Donne-nous de témoigner de ce Sauveur magnifique, que nous avons, à ceux qui se perdent présentement.

Dans cette période tumultueuse où la planète est arrêtée, nous voulons continuer de nous réfugier en toi et en toi seul.

  1. Prions que le Seigneur nous donne de le servir comme il le demande (Psaume 2.11), avec crainte, c’est-à-dire avec le plus grand respect pour notre Dieu;
  2. Prions que le Seigneur ouvre notre bouche pour témoigner pendant que nous en avons encore la possibilité;
  3. Rendons grâce au Seigneur pour son salut éternel, pour cet « heureux » qui nous est offert en Jésus-Christ.

Prédicateur invité

Partagez cet enseignement :

Share on facebook
Share on twitter
Share on print
Share on email