Méditation quotidienne – Psaumes 18.21-32

*Veuillez noter que, dans ce psaume, la numérotation des versets peut différer d’une version à l’autre.

Je vous invite à faire la lecture du psaume 18.21-32 :

L’Éternel m’a traité selon ma justice, Il m’a rendu selon la pureté de mes mains, Car j’ai gardé les voies de l’Éternel, Et je ne me suis pas éloigné avec méchanceté de mon Dieu. Toutes ses ordonnances sont devant moi, Et je n’écarte pas de moi ses prescriptions. J’ai été intègre envers lui, Et je me suis tenu en garde contre ma faute. L’Éternel m’a rendu selon ma justice, Selon la pureté de mes mains devant ses yeux. Avec celui qui est loyal tu te montres loyal, Avec l’homme intègre tu te montres intègre, Avec celui qui est pur tu te montres pur, Et avec les pervers tu te montres avisé. Car c’est toi qui sauves les gens malheureux Et qui abaisses les regards hautains. C’est toi qui fais briller ma lumière ; L’Éternel, mon Dieu, éclaire mes ténèbres. Avec toi je me précipite sur une troupe en armes, Avec mon Dieu je saute une muraille. Les voies de Dieu sont parfaites, La parole de l’Éternel est éprouvée ; Il est un bouclier pour tous ceux qui se réfugient en lui. Car qui est Dieu, si ce n’est l’Éternel, Et qui est un rocher, si ce n’est notre Dieu ? (Psaume 18.21-32)

Dans ces versets, David fait le lien entre sa consécration et les récompenses, les bénédictions qui en découlent.

Ces bénédictions n’étaient pas quelque chose de simplement transactionnel, comme un dû légal. Ces bénédictions s’inscrivaient dans l’affection que Dieu avait pour son serviteur (Psaume 18.20) : « car le Seigneur m’aime, car il m’a pris en affection ».

J’ai l’impression que, parfois, nous ne sommes pas conscients de combien Dieu nous aime. Regardons à la croix pour nous rafraîchir sur l’amour de Dieu manifesté pour nous.

Dieu nous aime tellement qu’il nous transforme en nous donnant une affection pour sa loi (Jérémie 31.33; Hébreux 8.10) et en nous donnant de les mettre en pratique (Ézéchiel 11.19-20). L’amour de Dieu ne procure pas seulement le pardon, mais aussi la transformation à l’image de son Fils, lui qui a obéi parfaitement à la loi de Dieu.

Cette affection pour la loi de Dieu nous garde du légalisme, cette attitude de celui qui prétend être accueilli par Dieu sur la base de son obéissance ou qui, sur la même base, se croit supérieur aux autres. Le pharisianisme est synonyme.

Cette affection pour la loi de Dieu nous garde également de l’antinomisme, cette idée que le chrétien n’est plus du tout concerné par la loi de Dieu. Je rappelle que Jérémie 31.33 expose les modalités de la nouvelle alliance et non de l’ancienne. Tous les membres de la nouvelle alliance ont cette loi écrite sur leur cœur.

Dans notre psaume, suivre la loi de l’Éternel n’est pas un fardeau (1 Jean 5.3). Par notre obéissance, nous signifions que nous ne voulons plus suivre nos propres lois (étym. d’autonomie – ses propres lois). L’homme a besoin de connaître les voies de Dieu (Psaume 18.22). C’est dans cette obéissance qu’il démontre sa loyauté, son intégrité envers le Seigneur (Psaume 18.24; Psaume 18.26). C’est ainsi qu’il peut vivre dans la pureté (Psaume 18.25; Psaume 18.27). Cette obéissance qui découle de la foi est une marque d’humilité (Psaume 18.28).

Le verset 31 fait un lien très intéressant : se réfugier en Dieu passe par l’obéissance aux voies, aux enseignements de Dieu. Celui qui n’obéit pas à Dieu obéit à lui-même. Il se réfugie dans ses pensées et non en Dieu. Par conséquent, se réfugier en Dieu dépasse le simple fait de demander au Seigneur sa protection : se réfugier en Dieu inclut de lui faire confiance dans tout ce qu’il nous demande, comme le malade qui se réfugie dans son médecin va suivre ses prescriptions.

Tout cela est possible en raison de qui est Dieu (Psaume 18.32). Il est l’Éternel, le Dieu de l’alliance, il est le Rocher, celui qui demeure éternellement et celui qui élève les humbles, les malheureux.

Frères et sœurs, trop de gens se disent intéressés par la croix, par le salut et le pardon sans vouloir changer de vie. Or, le salut consiste à mourir à soi-même et à vivre selon les voies de Dieu.

Prière : Seigneur, merci encore une fois de nous émerveiller en te révélant par ta Parole. Tu fais de tes enfants des adorateurs en esprit et en vérité. Tu nous révèles tes pensées, ta loi, ton plan, et tu nous permets de vivre en fonction de tout ce que tu nous révèles. Sois béni. C’est vraiment toi qui donnes un sens à nos vies.

Je te prie pour tous mes frères et sœurs, en particulier ceux et celles qui souffrent plus durement en cette période de confinement, de privations de rencontres d’Église et de réunions familiales. D’autres souffrent de pertes de revenus. Seigneur, je te prie de nous donner de voir ta main dans tout cela et que nous apprenions à te louer et te rendre grâce dans ces moments plus difficiles. Apprends-nous à compter sur toi.

  1. Prions pour nos autorités, que tu leur accordes la sagesse dans toutes leurs décisions. Rappelons-nous que le cœur du roi est comme un courant d’eau dans la main de notre Dieu : il l’incline où il veut (Proverbes 21.1).
  2. Prions les uns pour les autres. Malgré la distanciation, gardons à l’esprit que nous sommes toujours un Corps uni en Jésus-Christ. Nous dépendons les uns des autres sachant que plusieurs bénédictions que Dieu nous réserve passent par les dons de nos frères et sœurs.

Prédicateur invité

Partagez cet enseignement :

Share on facebook
Share on twitter
Share on print
Share on email