Méditation quotidienne – Psaumes 119 41-48

Je vous invite à faire la lecture du psaume 119.41-48.
Éternel, que ta miséricorde vienne sur moi, Ton salut selon ta promesse! Et je pourrai répondre à celui qui m’outrage, Car je me confie en ta parole. N’ôte pas entièrement de ma bouche la parole de la vérité! Car j’espère en tes jugements. Je garderai ta loi constamment, A toujours et à perpétuité. Je marcherai au large, Car je recherche tes ordonnances. Je parlerai de tes préceptes devant les rois, Et je ne rougirai point. Je fais mes délices de tes commandements. Je les aime. Je lève mes mains vers tes commandements que j’aime, Et je veux méditer tes statuts.
Un jour, mon épouse et moi étions en visite dans le village touristique d’Interlaken en Suisse où le paysage alpestre est à couper le souffle. J’ai pensé que tous ces touristes avaient fait des économies pour s’offrir ce voyage unique. Et je me suis demandé combien de personnes parmi cette foule reconnaissaient l’Auteur divin derrière ce chef-d’œuvre. Celui qui admire l’œuvre doit adorer celui qui l’a créée.
Le même danger court pour ceux qui lisent la Bible. L’étudions-nous dans le but de mieux la connaître ou dans le but de mieux connaître le Dieu qui s’y révèle ?
Le psalmiste fait constamment référence à Dieu. Son appréciation de la Parole se fait dans une relation intime avec Dieu. Sa considération des Écritures s’inscrit dans sa communion avec le Seigneur. Notez tous les possessifs toi, ta, ton, tu, tes qui sont présents à chaque verset.
Nous pouvons apprécier un autre principe qui ressort de ces versets. L’auteur prie la Parole lue. La Parole lui parle de la bienveillance de Dieu, il prie le Seigneur que cette bienveillance vienne sur lui. Et ainsi de suite, le psalmiste transforme en prière ce qu’il reçoit des Écritures. Voilà une prière riche et alignée à la volonté de Dieu.
Nous voyons aussi la foi du psalmiste dans ces versets, foi qui s’exprime dans des actions concrètes vis-à-vis ce que Dieu dit.
Il s’attend à la bienveillance de Dieu (Psaumes 119.41). Le mot hébreu traduit par bienveillance (d’autres versions ont choisi amour, fidélité, bonté) désigne la disposition favorable de Dieu envers son peuple en vertu de son alliance.
Le psalmiste peut agir parce qu’il se confie en la Parole de Dieu (Psaumes 119.42). C’est-à-dire qu’il fait entièrement confiance en ce que la Parole de Dieu dit. Il lit et il croit. Il croit ce qu’il lit parce que c’est Dieu qui parle.
Le croyant s’attend aux jugements (ou décisions) de Dieu (Psaumes 119.43). Il sait que l’application de la Parole de Dieu porte des fruits inévitables. Il est motivé à observer la loi de l’Éternel constamment (Psaumes 119.44) et à rechercher ardemment à l’appliquer (Psaumes 119.45).
Le chrétien ne peut garder pour lui seul ce trésor des Écritures (Psaumes 119.46). Et même devant les plus grands, il le fait avec assurance. La loi est tellement une bénédiction que le croyant en fait ses délices (Psaumes 119.47). Il veut la saisir pleinement (Psaumes 119.48).
Frères et sœurs. Ce psaume nous encourage à chercher à connaître notre Dieu en connaissant sa Parole. Autrement dit, c’est dans sa Parole que Dieu se révèle pour que nous le connaissions personnellement. Et cette vérité doit nous faire aimer sa Parole.
Posons-nous chacun la question. Qu’est-ce qui fait mes délices ? De quoi est-ce que je me délecte ? De la Parole de Dieu ou de quelque chose autre qui prend la place de Dieu ? Prenons le temps de s’examiner devant le Seigneur.
Ô bon Père céleste. Donne-moi un cœur qui aime t’entendre à travers ta Parole. Donne-moi des pensées renouvelées par ta Parole. Agis en moi par ta Parole qui donne la vie.

Prédicateur invité

Partagez cet enseignement :

Share on facebook
Share on twitter
Share on print
Share on email