Méditation quotidienne – Psaume 119.49-56

Je vous invite à faire la lecture du psaume 119.49-56.

Dans cette section du psaume 119, nous allons nous arrêter principalement sur le rôle de la Parole de Dieu dans notre persévérance. La persévérance du chrétien ne se produit pas sans moyens. Le Seigneur nous donne la vie d’Église où nous sommes encouragés, exhortés, enseignés, et où nous pouvons servir le Seigneur de façon particulière. Il nous donne aussi la prière avec de belles promesses (voir Philippiens 4.6-7).

Et le Seigneur nous donne les Écritures, sa Parole sans laquelle nous ne vivrions pas (Deutéronome 8.3 ; Matthieu 4.4). Frères et sœurs. Négliger les moyens de grâce, les moyens de croissance, c’est sortir du sentier de la sanctification et de la persévérance.

Les promesses de Dieu sont une grande source d’encouragement (Psaume 119.49). Si notre espérance est réelle c’est parce que Dieu est fidèle. La fidélité de Dieu est notre garantie que les promesses se réaliseront entièrement.

Dans les moments difficiles, cette espérance joue un rôle clé (Psaume 119.50). Elle nous informe que ces épreuves sont non seulement temporaires mais qu’elles nous préparent à cet horizon glorieux rempli de promesses éternelles que seuls les yeux de la foi peuvent contempler.

L’espérance que nourrissent les promesses de Dieu nous garde donc de voir les épreuves comme une fin.

Cette espérance nous permet de tenir ferme devant les moqueurs (Psaume 119.51). Celui qui n’est pas nourri de la Parole de Dieu ne pourra réellement évangéliser ni défendre sa foi. On ne peut défendre ce qu’on ne connaît pas bien ni ce que nous ne vivons pas réellement.

L’espérance se nourrit également de ce que les Écritures nous révèlent sur les actes de rédemption d’autrefois opérés par Dieu (Psaume 119.52). Ce regard dans le passé a deux avantages. 1. Il nous montre que le Seigneur ne change pas. Ce qu’il nous promet, il l’a déjà fait pour d’autres. 2. Il nous montre que ceux qui subissaient les moqueries ont été secourus par Dieu. Et ce ne sera pas différent pour nous.

Le chrétien doit s’indigner devant ceux qui méprisent la loi de Dieu (Psaume 119.53). Il s’agit d’une juste prise de position en faveur de la vérité. Un mari ne doit pas demeurer indifférent devant celui qui se moque de son épouse ou de ses enfants. De la même façon, nous ne pouvons rester indifférents devant ceux qui se moquent de Dieu.

L’espérance chrétienne nous pousse à célébrer le Seigneur (Psaume 119.54). Elle procure une joie profonde alors que nous traversons ce monde désertique en attendant d’arriver dans la patrie céleste.

Les nuits sont souvent l’occasion de sombrer dans des pensées où le découragement nous guette (Psaume 119.55). Cependant, les promesses de l’Éternel peuvent nous garder de cet abattement. Les temps d’insomnie peuvent devenir de belles occasions de se rappeler ce que nous avons médité et mémorisé des Écritures.

Le but doit toujours être d’obéir aux commandements du Seigneur (Psaume 119.56, cf. Jean 14.15). L’obéissance est le moyen donné par Dieu pour que le chrétien exprime son amour et sa loyauté envers son Sauveur (Jean 14.21). L’obéissance aux commandements démontre la vie transformée du croyant (Ézéchiel 11.19-20). L’obéissance aux commandements est le seul moyen pour le chrétien de refléter Dieu.

Seigneur Dieu, merci pour tes promesses qui nourrissent notre espérance. Merci pour cette vie éternelle, pour le retour de ton Fils unique qui marquera la phase finale de la nouvelle création.

Prédicateur invité

Partagez cet enseignement :

Share on facebook
Share on twitter
Share on print
Share on email