Méditation quotidienne – Luc 23.43

Dans le cadre de la semaine sainte, nous voyons aujourd’hui la deuxième parole du Christ en croix.

Jésus lui répondit : En vérité, je te le dis, aujourd’hui tu seras avec moi dans le paradis. (Luc 23.43)

Ce malfaiteur crucifié à côté de Jésus a reconnu son péché (Luc 23.41) et entend maintenant le Sauveur lui faire cette promesse : dorénavant, il allait être avec Jésus dans le paradis.

Réalisons-nous, frères et sœurs, la grandeur de cette promesse? Cet homme était un pécheur notoire. Il était en train de subir la peine de mort. Le crime était sa vie.

Bien qu’il s’était d’abord moqué de Jésus (Matthieu 27.44), ce malfaiteur se repentit. Suivons son parcours doctrinal :

  • Ce malfaiteur prend position pour défendre Jésus (Luc 23.40);
  • Ce malfaiteur reconnaît son péché (Luc 23.41);
  • Ce malfaiteur professe la perfection du Christ (Luc 23.41);
  • Ce malfaiteur croit au règne du Christ (Luc 23.42);
  • Ce malfaiteur croit que Jésus va ressusciter puisqu’il croit en son retour (Luc 23.42);
  • Ce malfaiteur croit que Jésus fait grâce, puisqu’il lui demande de se souvenir de lui (Luc 23.42);
  • Ce malfaiteur croit que Jésus va ressusciter ceux qui se confient en lui (Luc 23.42).

C’est tout un chapitre de théologie que ce malfaiteur vient de déclarer.

Frères et sœurs, nous avons ici quelques-unes des doctrines essentielles auxquelles nous devons croire pour le salut. La foi ne consiste pas à croire en un Jésus dont on ne sait rien de ce qu’il a fait ni de ce qu’il va faire. La foi en Jésus-Christ est la foi dans ce qu’il a dit et promis.

Ce malfaiteur, souffrant dans tout son corps, s’en remet au seul qui pouvait le sauver. Quelle foi ! Il n’avait pas à côté de lui un homme habillé de vêtements royaux : au contraire, on lui avait pris ses vêtements. Comment un homme peut-il déclarer de telles choses sur un autre dont l’apparence n’avait aucun attrait?

Seule l’éclairage du Saint-Esprit peut expliquer la foi de ce malfaiteur.

La promesse de Jésus, à savoir le paradis le jour même, détruit certaines croyants. Les catholiques croient au purgatoire, c’est-à-dire une période où celui que Dieu sauve doit passer à purger (de même racine que « purgatoire ») une peine visant à le purifier. Cette doctrine remet en question la purification par le sang de Jésus-Christ seul. Le larron gracié, lui dont la vie était consacrée au crime, est allé au paradis le jour même avec Jésus.

Les tenants de la réincarnation sont aussi confrontés par cette parole de Jésus. Selon cette croyance, les hommes se réincarnent afin de s’améliorer d’une vie à l’autre en s’approchant à chaque fois d’une vie meilleure que la précédente. Or, le larron était loin d’être parvenu à une vie près de la perfection : c’était un criminel. Jésus ne lui a pas dit qu’il lui restait quelques réincarnations avant d’aller au paradis.

Frères et sœurs, la promesse de Jésus au larron gracié est aussi pour nous (Philippiens 1.23). Notre condition actuelle n’est pas le dernier mot de Dieu. Pour l’éternité, tous ceux qui croient en Lui seront avec lui. Quelle encouragement, quelle promesse!

Prière : Seigneur, merci pour cette promesse qui nous donne d’espérer en toi. Merci encore une fois d’avoir tout accompli. Je te prie pour mes frères et sœurs, comme pour moi, que tu nous donnes de mourir à nous-mêmes pour mieux vivre ta vie.

  1. Prions pour les occasions de témoignage en cette semaine de Pâques;
  2. Demandons au Seigneur qu’il nous donne d’être reconnaissants pour son sacrifice.

Prédicateur invité

Partagez cet enseignement :

Share on facebook
Share on twitter
Share on print
Share on email