Méditation quotidienne – Luc 23.34

Ce matin, nous entrons dans ce que certains appellent « la semaine sainte », celle qui précède la fête de Pâques. Nous faisons donc la pause sur les psaumes pour regarder ce qu’on appelle « les sept paroles du Christ », ce qui va nous rendre à dimanche prochain. Il s’agit des sept paroles prononcées par notre Seigneur Jésus-Christ alors qu’il était sur la croix.

Première parole

Jésus dit : Père pardonne-leur, car ils ne savent pas ce qu’ils font. (Luc 23.34)

Cette parole surprend en ceci : Jésus ne dit pas qu’il pardonne à ses bourreaux, mais prie que son Père leur pardonne. Jésus, qui avait le pouvoir de pardonner les péchés (Matthieu 9.6), semble avoir eu en tête quelque chose de particulier.

Selon le théologien suisse du 19e siècle Frédéric Godet, la requête de Jésus aurait eu comme but que Dieu ne détruise pas Israël immédiatement, mais de laisser aux Juifs un temps pour se repentir. Ce n’est qu’en l’an 70 qu’Israël fut détruit. Israël a donc profité d’une période de grâce d’environ 40 ans entre la croix du Christ et la destruction de Jérusalem. Dans la Bible, 40 symbolise souvent une période suffisante pour que soit démontrée une réalité : dans ce cas-ci, cette réalité est l’endurcissement résolu de la nation juive contre Dieu.

Comment cette prière a-t-elle été exaucée? Dieu a pardonné aux Juifs qu’il avait élus (Romains 10.2-5). La prière de Jésus ne supprimait pas la nécessité de la repentance pour tous les Juifs qui allaient croire. Autrement dit, ce ne sont pas tous les Juifs qui ont bénéficié de cette requête. Celle-ci n’accordait pas une amnistie particulière pour les Juifs.

Lors du discours de Pierre à la Pentecôte, après avoir prêché sur la messianité de Jésus-Christ, l’apôtre désigne la nation juive comme celle qui a crucifié le Seigneur (Actes 2.23, Actes 2.36, cf. Actes 4.10). Immédiatement, les Juifs lui demandent ce qu’ils doivent faire (Actes 2.37). La réponse de Pierre n’a pas été qu’ils sont déjà pardonnés en fonction de la requête de Jésus sur la croix. Elle a plutôt été : « Repentez-vous, et que chacun de vous soit baptisé au nom de Jésus-Christ, pour le pardon de vos péchés ; et vous recevrez le don du Saint-Esprit » (Actes 2.38).

Frères et sœurs, il est important pour nous de savoir que Dieu ne sauve jamais des personnes qui ne se repentent pas, et ce, pour plusieurs raisons.

Celui qui ne se repent pas, c’est qu’il rejette Dieu. Il veut continuer à vivre par lui-même et non selon la Parole de Dieu. Il ne veut pas être sauvé. Au plus, il voudrait éviter l’enfer, tout en continuant sa vie charnelle. De plus, celui qui ne se repent pas ne cherche jamais à honorer Dieu. Dieu n’accordera jamais un salut qui ne l’honore pas.

Par cette requête, Jésus nous montre son cœur. Il a plaidé pour ses ennemis. Il est venu non pour perdre les âmes mais pour sauver (Luc 9.56). Sans cette disposition de Jésus, nous-mêmes n’aurions jamais été sauvés. Un jour, Jésus va revenir pour juger (Actes 17.31), mais ça, c’est lors de sa deuxième venue.

Jésus nous donne un exemple à suivre : nous devons prier pour nos ennemis et non leur souhaiter le mal. Étienne, alors que les premières pierres avaient déjà été dirigées vers lui, a fait cette même prière pour ses bourreaux (Actes 17.59). Soyons prompts à pardonner à tous ceux qui se repentent, ayons ce désir de voir se repentir ceux qui s’opposent à nous en raison de notre foi.

Prière : Seigneur Jésus, merci de ton amour pour tous ceux que le Père t’a donnés. Merci de nous avoir sauvés alors que nous méritions la mort et la condamnation éternelles.

Donne-nous de voir la vie présente comme devant être totalement investie pour la propagation de ton évangile et voir la vie future comme la seule que nous devrions considérer.

  1. Adorons notre Seigneur. Il est doux et humble de cœur, lent à la colère et tellement riche en bonté. Soyons plein de gratitude pour son salut;
  2. Prions pour ceux qui nous persécutent, qui nous rejettent, qui nous méprisent, qui nous ignorent en raison de notre foi, que le Seigneur se fasse connaître à eux.

Prédicateur invité

Partagez cet enseignement :

Share on facebook
Share on twitter
Share on print
Share on email