Méditation quotidienne – Actes 20.7

Le premier jour de la semaine, nous étions assemblés […] (Actes 20.7)

Dans tout le Nouveau Testament, l’expression « premier jour de la semaine » est unique au sens où nous ne lisons jamais « le deuxième jour », « le troisième jour », etc. Pourquoi insister sur le fait que les chrétiens se rassemblaient le premier jour de la semaine? La raison est simple : cette expression se retouve également pour indiquer le jour de la résurrection (Matthieu 28.1).

Autrement dit, les premiers chrétiens célébraient le Jour du Seigneur non plus le dernier jour de la semaine, comme le faisaient les Juifs, mais le premier jour de la semaine, pour indiquer que la résurrection du Christ était centrale dans leur vie, dans leur foi.

La résurrection du Christ est l’événement qui assure le tournant dans l’histoire de ce monde. Sans cette résurrection, cette création-ci aurait poursuivi sa course dans le péché et le désordre croissant dans tout l’univers.

La résurrection du Christ est l’événement qui assure le jugement de tous ceux qui s’opposent à Dieu. La raison est que ce jugement doit être prononcé par le Fils, à qui le Père a remis tout pouvoir. Pour que le Fils puisse juger la création, il devait être sur le trône. Pour que le Fils puisse être sur le trône, il devait mourir (Hébreux 1.3) et ressusciter (Actes 17.31).

Sans cette résurrection, la mort serait le dernier mot de Dieu sur nous.

La résurrection est l’événement qui a permis l’envoi du Saint-Esprit dans nos cœurs (Actes 2.33).

Cet événement ne célèbre pas d’abord un fait, mais quelqu’un. C’est Jésus-Christ, le Fils de Dieu. Il vit, il est vivant au siècle des siècles. Alléluia!

Les chrétiens s’assemblaient le premier jour de la semaine, mais voilà que nous ne sommes pas en mesure de nous rassembler. J’ai l’impression que nous vivons un peu comme Paul lorsqu’il était en prison. Il ne pouvait se rassembler avec les frères et sœurs, malgré qu’il aurait tellement voulu le faire.

Alors, Paul utilisait les moyens à sa disposition pour entretenir les relations et pour exercer son ministère apostolique à partir de sa cellule : il écrivait des lettres, il envoyait des messagers lorsqu’il le pouvait, il priait pour toutes les Églises.

Frères et sœurs, pourquoi ne pas célébrer le Jour du Seigneur en prenant des nouvelles les uns des autres? De notre « prison », nous pouvons entretenir la communion. Nous pouvons tous prendre le téléphone, prier au téléphone et s’encourager les uns les autres.

Prière : Seigneur, je te prie pour tous mes frères et sœurs qui sont confinés. Je te prie de les garder précieusement, je te prie de leur donner de garder la communion par les moyens de communication à notre disposition et je te prie que tu nous donnes à chacun de continuer à croire en la puissance de la résurrection de ton Fils.

  1. Prions les uns pour les autres, que nous gardions la communion.
  2. Demandons au Seigneur que notre foi demeure ferme dans sa Parole sans se laisser ébranler.
  3. Prions que le Seigneur nous donne de vivre le jour du Seigneur dans les circonstances dans lesquelles il nous place. Ce jour demeure à part, saint, et Dieu le bénit (Genèse 2.3).

Daniel Durand, pasteur
22 mars 2020

Prédicateur invité

Partagez cet enseignement :

Share on facebook
Share on twitter
Share on print
Share on email