Marcher par l’Esprit, Éphésiens 4.20-25

Share on facebook
Share on twitter
Share on google
Share on email

Le texte suivra sous peu

Introduction

Nous poursuivons ce matin dans l’épître de Paul aux Éphésiens, au chapitre 4. Nous allons tout d’abord demander au Seigneur sa bénédiction sur nous. Prions.

 

Exposé

Dans les dernières semaines, nous avions vu dans l’épître aux Éphésiens comment marchent les païens. Puis nous avions vu que les chrétiens doivent marcher différemment, c’est-à-dire selon Dieu. Et que cette marche selon Dieu n’est possible que parce que Dieu nous a fait vivre une expérience commune à tous les chrétiens.  Une expérience unique que Paul présente par 3 expressions aux versets 20 et 21 que nous avions vus. Il dit que les chrétiens ont…

…appris le Christ

…ont entendu le Christ, c’est-à-dire qu’ils ont reconnu la voix de leur Berger,

…et ont été instruits en lui.

Et cette transformation intérieure conduit inévitablement sur une marche, une mise en pratique.

 

Marche extérieure

Ensuite, Paul nous parle du cœur de la marche chrétienne avec les versets 21 à 24. Éphésiens 4.21-24 :

 

21 … vous dépouiller, 22 à cause de votre conduite passée, de la vieille nature qui se corrompt par les convoitises trompeuses, 23 être renouvelés par l’Esprit dans votre intelligence, 24 et revêtir la nature nouvelle, créée selon Dieu dans une justice et une sainteté que produit la vérité.

 

On se demande parfois comment on fait pour se dépouiller de la vieille nature. Y a-t-il un truc? Est-ce quelque chose de mystique? La réponse est dans le texte. Au verset 24, Paul nous exhorte à « revêtir la nature nouvelle créée selon Dieu dans une justice et une sainteté que produit la vérité ».

Autrement dit, nous sommes appelés à vivre la vie nouvelle, selon la nouvelle nature créée par Dieu. Ce n’est pas nous qui créons cette nouvelle nature, mais Dieu. Seulement, nous devons vivre selon cette nouvelle nature. Ce qui caractérise la marche selon cette nouvelle nature, c’est la justice et la sainteté que produit la vérité. On est très près de la prière de Jésus qui dit « Sanctifie-les par la vérité, ta Parole est la vérité ». Frères et sœurs. Se dépouiller de la vieille nature et revêtir la nouvelle nature, c’est simple. Ce n’est pas simple à vivre, c’est un combat, mais c’est simple à définir. C’est une question d’obéissance au Seigneur. Non pas une obéissance légaliste, mais une obéissance de cœur. La différence est majeure. Une obéissance légaliste, c’est lorsqu’une personne ne s’intéresse qu’aux règles extérieures. Elle focalise sur les actions. À l’inverse, l’obéissance de cœur découle de la foi. Hébreux 11.8 :

 

C’est par la foi qu’Abraham obéit à l’appel de Dieu…

 

Dans le texte d’Éphésiens, Paul parle de l’obéissance, mais pas une obéissance superficielle. Une obéissance à Dieu qui vient d’une transformation intérieure comme nous l’avons vu. Et c’est sur cette base-là, c’est-à-dire :

…avoir appris le Christ,

…avoir entendu la voix du Berger,

…et être instruits en Lui,

c’est sur cette base-là que nous pouvons nous dépouiller de notre vieille nature et revêtir la nature nouvelle que produisent la justice et la sainteté.

Mais juste avant de parler de revêtir la nature nouvelle, Paul mentionne un détail au verset 23. Éphésiens 4.23 :

 

…être renouvelés par l’Esprit dans votre intelligence,

 

À mon avis, ce renouvellement de l’intelligence résume ce qui a été dit précédemment, c’est-à-dire avoir appris le Christ, avoir entendu la voix du Berger et continuer de l’entendre par sa Parole, et être instruits en lui. Je pense qu’il y a une grande confusion de nos jours sur l’œuvre du St-Esprit. Je partageais avec un frère cette semaine sur le fait que notre société valorise beaucoup la spontanéité et ce qu’on a sur le cœur. Et dans les Églises, cette pensée est parfois confondue avec l’œuvre du St-Esprit.

 

Lorsque j’étais à la Faculté, j’ai eu un cours d’homilétique. C’est-à-dire un cours sur la prédication. Et nous devions à tour de rôle faire une prédication de 20 minutes chacun après quoi, chacun recevait les commentaires des autres étudiants. Et certains étudiants croyaient qu’un prédicateur ne devait rien préparer parce qu’il fallait laisser parler le St-Esprit. Se préparer signifiait pour eux prendre la place du St-Esprit. Dans ces étudiants, il y en a qui ont fait dire le contraire de ce que le texte voulait dire. Je vous donne un exemple. Un étudiant a prêché sur un texte où Dieu dit quelque chose comme : « Parce que tu as versé le sang, je verserai ton sang, je viendrai vers toi dans ma fureur et me vengerai ». Et là, l’étudiant, pensant toujours être dirigé par le St-Esprit, prend le reste de son 20 minutes pour nous dire des choses comme : « Vous voyez? Dieu juge son peuple. Ne pensez pas que vous serez épargnés du jugement de Dieu parce que vous êtes son peuple ». Le problème, c’est que dans le texte, le Seigneur ne s’adressait pas à son peuple, mais à une nation ennemie du peuple de Dieu. Je vous raconte cela pour vous donner un exemple de la confusion qui règne sur l’œuvre du St-Esprit. Dans le texte d’Éphésiens, Paul mentionne le renouvellement par le St-Esprit dans notre intelligence. Ça signifie que nous avons reçu une nouvelle manière de penser, une nouvelle perspective, celle de Dieu. Le St-Esprit nous rend aptes à recevoir les choses de l’Esprit. La vie par le St-Esprit n’est pas une vie où l’on doit tout faire avec spontanéité, où l’on doit prendre tout ce qui nous passe par la tête et attribuer ça au St-Esprit. L’œuvre du St-Esprit est une transformation progressive pour nous rendre conformes à l’image du Fils. Et j’ajouterais même ceci. Nous rendre conformes à l’image du Fils, c’est nous rendre obéissants aux commandements de Dieu.

 

Les 10 commandements

Il semble que dans la suite de son épître, Paul exhorte les chrétiens à suivre les dix commandements. Et nous allons glaner les versets qui font allusion aux commandements que l’on retrouve en Exode 20 et Deutéronome 5. Paul ne cite pas les commandements, à part le 5e qu’il cite en Éphésiens 6. Pour les autres, ce sont des allusions parfois très évidentes. Pour d’autres, moins évidentes, mais l’ensemble nous donne à penser que Paul s’en est fortement inspiré, d’autant plus qu’il en cite un textuellement. De plus, vous remarquerez que dans les 10 commandements, il y en a 9 qui sont présentés sous forme d’interdits. C’est-à-dire qu’ils ont la forme de « Tu ne feras pas, tu ne commettras pas ». Lorsque Jésus a enseigné sur la loi dans le Sermon sur la montagne, il n’a pas relégué la loi aux oubliettes. Il ne l’a pas abolie. Lorsqu’il dit : « Vous avez entendu que… mais moi je vous dis », il ne renverse pas la loi, il ne la corrige pas, il ne la contredit pas. En fait, il corrige non pas la loi, mais l’interprétation que les Pharisiens en faisaient. Jésus expose en fait le vrai sens de la loi, dans toute son étendue et aussi dans toute sa profondeur. Il nous dit ne de pas nous contenter d’un conformisme extérieur et superficiel, mais de s’y soumettre entièrement. Ne pensons pas que nous ne sommes pas adultères parce que nous ne sommes jamais allés vers une autre femme que notre épouse. Si nous avons simplement et secrètement convoité une autre femme, nous avons déjà enfreint le commandement. Ne pensons pas que nous ne sommes pas meurtrier parce que nous n’avons jamais mis fin aux jours de quelqu’un. Si nous nous mettons en colère contre notre frère, ou si nous disons à notre frère raca, nous sommes passibles de la géhenne. Jésus n’a pas aboli la loi. Il l’a confirmée. D’ailleurs, juste avant de donner la vraie portée aux commandements, il avait dit en Matthieu 5.19 :

 

Celui donc qui violera l’un de ces plus petits commandements, et qui enseignera aux hommes à faire de même, sera appelé le plus petit dans le royaume des cieux, mais celui qui les mettra en pratique et les enseignera, celui-là sera appelé grand dans le royaume des cieux.

 

La nouvelle alliance ne se prive pas de la loi de Dieu. Au contraire. Jérémie 31.31-32 :

 

31 Voici que les jours viennent, oracle de l’Éternel, où je conclurai avec la maison d’Israël et la maison de Juda une alliance nouvelle, 32 Non comme l’alliance que j’ai conclue avec leurs pères, le jour où je les ai saisis par la main pour les faire sortir du pays d’Égypte, alliance qu’ils ont rompue, quoique je sois leur maître, oracle de l’Éternel.

 

Ici, le Seigneur rappelle le don de la loi au mont Sinaï, appelé aussi le mont Horeb. Le texte précise que cette loi a été donnée à la sortie d’Égypte. C’est après 3 mois de marche au désert que le Seigneur a donné sa loi, c’est-à-dire les dix commandements. Nous voyons cela en Exode 19.1, et c’est au chapitre suivant que nous avons les commandements. Donc, lorsque le Seigneur parle à Jérémie de l’alliance que le peuple a transgressée, il fait référence au fait que le peuple a rejeté la loi donnée au mont Sinaï. Nous poursuivons dans Jérémie 31. Jérémie 31.33 :

 

Mais voici l’alliance que je conclurai avec la maison d’Israël, après ces jours-là, oracle de l’Éternel : Je mettrai ma loi au-dedans d’eux, je l’écrirai sur leur cœur ; je serai leur Dieu, et ils seront mon peuple.

 

Frères et sœurs. La nouvelle alliance ne nous éloigne pas de la loi de Dieu. Elle nous en rapproche. Lorsque Paul dit que nous ne sommes plus sous la loi, il ne dit pas que la loi a disparu pour le chrétien. D’ailleurs, la version Semeur dit que nous ne sommes plus sous le régime de la loi. Le mot clé est sous. Nous ne sommes plus en dessous de la loi. Elle ne nous écrase plus. Nous sommes libérés de la condamnation de la loi. Mais ça n’ôte pas le rôle de la loi de nous faire connaître ce que Dieu attend de nous.  Et Paul le confirme dans son épître aux Éphésiens.

 

1er commandement

Le premier commandement dit, Exode 20.3 :

 

Tu n’auras pas d’autres dieux devant ma face.

 

Paul dit en Éphésiens 4.5-6 :

 

5 il y a un seul Seigneur, une seule foi, un seul baptême, 6 un seul Dieu et Père de tous, qui est au-dessus de tous, parmi tous et en tous.

 

Paul ne cite pas le commandement, mais il y a l’idée du commandement derrière qu’il n’y a qu’un seul Dieu.

 

2e commandement

Le 2e commandement dit, Exode 20.4-6 :

 

4 Tu ne te feras pas de statue, ni de représentation quelconque de ce qui est en haut dans le ciel, de ce qui est en bas sur la terre, et de ce qui est dans les eaux plus bas que la terre. 5 Tu ne te prosterneras pas devant elles, et tu ne leur rendras pas de culte ; car moi, l’Éternel, ton Dieu, je suis un Dieu jaloux, qui punis la faute des pères sur les fils jusqu’à la troisième et à la quatrième génération de ceux qui me haïssent, 6 et qui use de bienveillance jusqu’à mille générations envers ceux qui m’aiment et qui gardent mes commandements.

 

En Éphésiens 5.5, Paul dit :

 

Car, sachez-le bien, aucun débauché, impur ou cupide, c’est-à-dire idolâtre, n’a d’héritage dans le royaume du Christ et de Dieu.

 

Encore là, ce n’est pas une citation du commandement, mais on voit que le commandement est derrière. Une personne ne peut pas dire qu’elle n’est pas idolâtre sous prétexte qu’elle ne s’incline pas devant une statue. Le fait que Paul compare la cupidité à l’idolâtrie est significatif.

 

3e commandement

Le 3e commandement dit, Exode 20.7 :

 

Tu ne prendras pas le nom de l’Éternel, ton Dieu, en vain ; car l’Éternel ne tiendra pas pour innocent celui qui prendra son nom en vain.

 

Paul dit en Éphésiens 4.29 :

 

Qu’il ne sorte de votre bouche aucune parole malsaine, mais s’il y a lieu, quelque bonne parole qui serve à l’édification nécessaire et communique une grâce à ceux qui l’entendent.

 

Si nous devons parler avec droiture aux autres, ça doit inclure les paroles concernant Dieu. Je ne peux penser être conforme au commandement de ne pas prendre le nom de Dieu en vain s’il sort de ma bouche des paroles malsaines concernant Dieu.

 

4e commandement

4e commandement, toujours dans Exode 20, cette fois, versets 8 à 11.

 

8 Souviens-toi du jour du sabbat, pour le sanctifier. 9 Tu travailleras six jours, et tu feras tout ton ouvrage. 10 Mais le septième jour est le sabbat de l’Éternel, ton Dieu : tu ne feras aucun ouvrage, ni toi, ni ton fils, ni ta fille, ni ton serviteur, ni ta servante, ni ton bétail, ni l’étranger qui réside chez toi. 11 Car en six jours l’Éternel a fait le ciel, la terre, la mer et tout ce qui s’y trouve, et il s’est reposé le septième jour : c’est pourquoi l’Éternel a béni le jour du sabbat et l’a sanctifié.

 

On réduit trop souvent ce commandement à l’obligation du jour de repos. Mais ce n’est là que la moitié du commandement. La première partie nous commande de travailler. Tu travailleras 6 jours, et le 7e jour, tu te reposeras. Paul va s’appuyer sur ce commandement en Éphésiens 4.28 :

 

Que celui qui dérobait ne dérobe plus, mais qu’il prenne plutôt de la peine, en travaillant honnêtement de ses mains, pour avoir de quoi donner à celui qui est dans le besoin.

 

5e commandement

Le 5e commandement dit, Exode 20.12 :

 

Honore ton père et ta mère, afin que tes jours se prolongent sur la terre que l’Éternel, ton Dieu, te donne.

 

Paul va citer ce commandement textuellement, en Éphésiens 6.1-3 :

 

1 Enfants, obéissez à vos parents selon le Seigneur, car cela est juste. 2 « Honore ton père et ta mère — c’est le premier commandement  accompagné d’une promesse — 3 afin que tu sois heureux et que tu vives longtemps sur la terre. »

 

Je trouve que ces versets suffisent à dire que les commandements de Dieu sont encore en force. S’ils ne le sont plus, comment Paul peut-il exhorter sur la base du 5e commandement?

 

6e commandement

Le 6e commandement dit, Exode 20.13 :

 

Tu ne commettras pas de meurtre.

 

Paul dit en Éphésiens 5.2 :

 

…marchez dans l’amour, à l’exemple de Christ, qui nous a aimés, et qui s’est livré lui-même à Dieu pour nous comme une offrande et un sacrifice de bonne odeur.

 

L’amour rend impossible le meurtre en raison de ce que Jean dit dans sa première épître, 1 Jean 3.15 :

 

Quiconque hait son frère est un meurtrier.

 

Jean rappelle en fait ce que Jésus avait dit dans le Sermon sur la montagne, ce que nous avons déjà vu.

 

7e commandement

Maintenant, le 7e commandement, Exode 20.14 :

 

Tu ne commettras pas d’adultère.

 

Alors là, Paul va développer davantage sur ce commandement. Éphésiens 5.3 et 5 :

 

3 Que l’inconduite, toute forme d’impureté, ou la cupidité ne soient pas même mentionnées parmi vous, comme il convient à des saints ; 5 Car, sachez-le bien, aucun débauché, impur ou cupide, c’est-à-dire idolâtre, n’a d’héritage dans le royaume du Christ et de Dieu.

 

Mais c’est surtout à partir du verset 22 que Paul va développer sur l’importance de maintenir les modalités du mariage. Éphésiens 5.22-33 :

 

22 Femmes, soyez soumises chacune à votre mari, comme au Seigneur ; 23 car le mari est le chef de la femme, comme Christ est le chef de l’Église, qui est son corps et dont il est le Sauveur ; 24 comme l’Église se soumet au Christ, que les femmes se soumettent en tout chacune à son mari. 25 Maris, aimez chacun votre femme, comme le Christ a aimé l’Église et s’est livré lui-même pour elle, 26 afin de la sanctifier après l’avoir purifiée par l’eau et la parole, 27 pour faire paraître devant lui cette Église glorieuse, sans tache, ni ride, ni rien de semblable, mais sainte et sans défaut. 28 De même, les maris doivent aimer leur femme comme leur propre corps. Celui qui aime sa femme s’aime lui-même. 29 Jamais personne, en effet, n’a haï sa propre chair ; mais il la nourrit et en prend soin, comme le Christ le fait pour l’Église, 30 parce que nous sommes membres de son corps. 31 C’est pourquoi l’homme quittera son père et sa mère pour s’attacher à sa femme, et les deux deviendront une seule chair. 32 Ce mystère est grand ; je dis cela par rapport à Christ et à l’Église. 33 Du reste, que chacun de vous aime sa femme comme lui-même, et que la femme respecte son mari.

 

Paul expose des choses très importantes sur le mariage. Et au verset 31, il cite Genèse 2.24. Si les deux deviennent une seule chair, ça exclut l’adultère. Le mariage est une relation exclusive entre un homme et une femme.

 

8e commandement

Exode 20.15 :

 

Tu ne commettras pas de vol.

 

Ici, c’est presqu’une citation que Paul fait en Éphésiens 4.28 :

 

Que celui qui dérobait ne dérobe plus…

 

9e commandement

Exode 20.16 :

 

Tu ne porteras pas de faux témoignage contre ton prochain.

 

Éphésiens 4.15 :

…mais en professant la vérité dans l’amour, nous croîtrons à tous égards en celui qui est le chef, Christ. C’est pourquoi, renoncez au mensonge, et que chacun de vous parle selon la vérité à son prochain ; car nous sommes membres les uns des autres.

 

Il est impossible de faire un faux témoignage contre quelqu’un et parler selon la vérité.

 

10e commandement

Exode 20.17 :

 

Tu ne convoiteras pas la maison de ton prochain ; tu ne convoiteras pas la femme de ton prochain, ni son serviteur, ni sa servante, ni son bœuf, ni son âne, ni rien qui soit à ton prochain.

 

Éphésiens 5.3 :

 

Que l’inconduite, toute forme d’impureté, ou la cupidité ne soient pas même mentionnées parmi vous, comme il convient à des saints ;

 

La cupidité est de convoiter ce que l’on n’a pas. Au lieu de se contenter de ce que l’on a. Éphésiens 5.28 :

 

De même, les maris doivent aimer leur femme comme leur propre corps. Celui qui aime sa femme s’aime lui-même.

 

Si le mari doit aimer sa femme, c’est qu’il ne doit pas convoiter la femme de son prochain. De plus, c’est qu’il doit encourager son prochain à ce qu’il aime sa femme comme le Christ a aimé l’Église. Il ne peut faire cela s’il convoite la femme de son prochain. Je concède que les allusions aux commandements ne sont pas toutes aussi claires. Mais même si l’on retient celles qui sont évidentes, comme le commandement de ne pas voler, que Paul reprend en disant de ne pas dérober, ou le commandement d’honorer son père et sa mère que Paul cite textuellement… il me semble que juste ces deux commandements devraient nous garder de dire que nous n’avons plus rien à faire avec la loi de Dieu.

 

Mais comment Paul peut-il ramener les commandements alors qu’il vient de parler du renouvellement de notre intelligence par le St-Esprit? Dans plusieurs milieux évangéliques, on oppose la direction par le St-Esprit à la loi de Dieu. Alors que l’épître aux Éphésiens nous amène la pensée contraire. Nous avons vu les allusions aux 10 commandements, et même une citation textuelle en ce qui concerne le 5e commandement. Et ces allusions et citations se trouvent dans les chapitres 4 à 6 d’Éphésiens. Et au beau milieu de ce rappel des commandements, Paul dit ceci en Éphésiens 5.17-18 :

 

17 C’est pourquoi ne soyez pas sans intelligence, mais comprenez quelle est la volonté du Seigneur. 18 Ne vous enivrez pas de vin : c’est de la débauche. Mais soyez remplis de l’Esprit 

 

Paul nous demande de comprendre quelle est la volonté du Seigneur. Il nous dit cela au beau milieu de ses exhortations basées sur les commandements de Dieu. Et il ajoute que nous devons être remplis du St-Esprit. Je développerai davantage lorsque nous serons rendus à ce verset dans notre série sur Éphésiens. Mais pour l’instant, je veux juste vous montrer que l’œuvre du St-Esprit est de renouveler notre intelligence pour que nous soyons remplis de sa personne. Et cette intelligence renouvelée se concrétise dans la soumission aux commandements de Dieu. Non pas à des actions extérieures et hypocrites comme ce que Jésus a reproché aux Pharisiens, mais à des actions qui sont l’expression de la transformation du croyant par le St-Esprit. Paul va dire la même chose aux Romains. Romains 12.2 :

 

Ne vous conformez pas au monde présent, mais soyez transformés par le renouvellement de l’intelligence, afin que vous discerniez quelle est la volonté de Dieu : ce qui est bon, agréable et parfait.

 

Et au chapitre suivant, il dit à partir du verset 8 :

 

8 Ne devez rien à personne, si ce n’est de vous aimer les uns les autres ; car celui qui aime les autres a accompli la loi. 9 En effet les commandements: Tu ne commettras pas d’adultère, tu ne commettras pas de meurtre, tu ne commettras pas de vol, tu ne rendras pas de faux témoignage, tu ne convoiteras pas, et tout autre commandement se résument dans cette parole : Tu aimeras ton prochain comme toi-même.

 

L’amour ne fait pas de mal au prochain : l’amour est donc l’accomplissement de la loi. L’amour ne remplace pas la loi. L’amour accomplit la loi. Si j’aime mon prochain, je ne le volerai pas, je ne prendrai pas sa femme, je vais aimer ma femme d’un amour exclusif, je ne commettrai pas de faux témoignage contre mon prochain, etc. Si j’aime, je me trouve forcément à ne pas transgresser la loi de Dieu. Et c’est un élément essentiel à l’unité dans l’Église. Paul dit en Éphésiens 4 de conserver l’unité de l’Esprit. Et quelques versets plus loin, il nous parle de l’intelligence renouvelée par le St-Esprit. Et il nous amène dans les commandements.

 

Frères et sœurs. Nous avons dans la loi de Dieu un repère sûr pour modeler nos vies. Cette loi qui est bonne, sainte et juste est exactement ce dont nous avons besoin pour nos vies, pour notre vie d’Église. La loi de Dieu n’est pas contre nous. Elle n’est pas pour nous rendre moins libres. Au contraire. Jacques la désigne comme la loi de la liberté. Soyons dirigés par le St-Esprit et vivons selon cette bonne loi, dans une disposition d’obéissance, l’obéissance qui découle de la foi.

 

Que le Seigneur vous bénisse.

Daniel Durand, pasteur

 

2019-03-03

Prédicateur invité

Partagez cet enseignement :

Share on facebook
Share on twitter
Share on print
Share on email