Le décret de Dieu, partie 8

Share on facebook
Share on twitter
Share on google
Share on email

« Par conséquent, la seule chose que je dois regarder, et ce, sans me soucier de la volonté décrétée de Dieu, c’est sa volonté morale, sa loi. Et je peux avancer ainsi avec la foi que le Seigneur va diriger. »

 

Il y a deux semaines, nous avons regardé quelques versets qui nous permettent de savoir si quelqu’un est chrétien. Les quelques versets que nous avions vu nous disaient que les véritables croyants sont ceux qui…

·        gardent les commandements de Dieu,

·        gardent sa Parole,

·        aiment les frères et sœurs

Il nous restait un verset à voir, 1 Jean 5.18 :

Nous savons que quiconque est né de Dieu ne pèche pas ; mais Celui qui est engendré de Dieu se garde, et le Malin ne le touche pas.

Ici, le verbe pécher est un présent continu et indique un mode de vie, et non des péchés ponctuels. Nous péchons tous ponctuellement et nous nous repentons parce que l’Esprit qui habite en nous est aussi l’Esprit de sainteté. Pour savoir si nous sommes chrétiens, c’est simple. Est-ce que nous vivons la vie nouvelle donnée par le Seigneur? Si je suis centré sur moi, si je me complais dans mon péché, si je n’aime pas vraiment les frères et sœurs, j’ai à me questionner sérieusement. Mais si, à travers mes luttes, mes chutes temporaires, mes doutes, je m’accroche au Seigneur, je peux louer le Seigneur pour son œuvre dans ma vie. Et son Esprit rend témoignage à mon esprit que je suis enfant de Dieu.

 

Les versets que nous avons vus sur les caractéristiques qui nous permettent de savoir si nous sommes dans la foi ou si quelqu’un est dans la foi sont véritables. Ceci dit, nous devons les prendre avec humilité parce qu’il y a un problème. Et le problème n’est pas ce que disent les versets, mais nous qui devons juger. Nous pouvons nous tromper. De plus, c’est en Église que nous devons juger. Et nous devons le faire. 1 Corinthiens 5.12-13 :

12 Qu’ai-je, en effet, à juger ceux du dehors ? N’est-ce pas de ceux du dedans que vous êtes juges ? 13 Ceux du dehors, Dieu les jugera. Expulsez le méchant du milieu de vous.

Nous ne jugeons pas au sens où nous prêtons une intention gratuite aux gens, ni au sens où nous condamnons les individus. Mais nous devons juger au sens de nous prononcer sur les agissements des personnes mais uniquement à la lumière de ce que les Écritures disent.

 

Une autre question sur le décret concerne la volonté de Dieu : 5. Est-ce que nous devons chercher à accomplir la volonté décrétive de Dieu? La volonté décrétive de Dieu est ce que Dieu a déjà décrété. Je cherche un emploi et je me demande ce que Dieu veut, ce qu’il a décrété. La question est de savoir si nous devons chercher à accomplir cette volonté. Il y a des chrétiens qui sont paralysés parce qu’ils ne sont pas certains du plan de Dieu dans leur vie. Ils cherchent un emploi et deux possibilités s’offrent à eux. Ils ne veulent pas aller contre la volonté du Seigneur, alors ils refusent les deux emplois. Ils ne se rendent pas compte que le problème demeure entier. Parce qu’on pourrait poser la question à savoir si c’était la volonté du Seigneur qu’il refuse les deux emplois. Nous devons distinguer entre la volonté morale de Dieu et sa volonté décrétée. La volonté morale est la loi que Dieu nous a donnée, l’ensemble des principes bibliques auxquels nous devons nous soumettre. Alors, si nous revenons à la situation où une personne cherche un emploi et s’en voit offrir deux, la personne n’a pas à se demander ce que le Seigneur a décrété. Le chrétien a à se demander lequel des emplois lui permettra de respecter la volonté morale de Dieu. Si un emploi est immoral, l’amène à être malhonnête face aux clients par exemple, c’est la loi de Dieu qui lui dit de ne pas prendre cet emploi. Même si c’est le seul emploi qui m’est proposé. Il se peut que deux emplois me soient offerts et que ces deux emplois soient éthiques, c’est-à-dire en harmonie avec la loi de Dieu. Alors je dois regarder lequel va me permettre de mieux prendre l’ensemble de mes responsabilisés. Si un emploi m’amène à m’absenter du culte le dimanche et que l’autre est du lundi au vendredi, je devrais faire le choix qui me permettra d’être au culte. Si un emploi est éloigné, ou demande beaucoup d’heures supplémentaires, et que ça m’amène à négliger ma famille, même si cet emploi est mieux payé, je devrais prendre l’autre emploi qui me permettra de prendre du temps avec ma famille et d’assumer mon rôle de père ou de mère. Par conséquent, la seule chose que je dois regarder, et ce, sans me soucier de la volonté décrétée de Dieu, c’est sa volonté morale, sa loi. Et je peux avancer ainsi avec la foi que le Seigneur va diriger. Rappelons-nous Deutéronome 29.29 :

Les choses cachées sont à l’Éternel, notre Dieu ; les choses révélées sont à nous et à nos fils, à perpétuité, afin que nous mettions en pratique toutes les paroles de cette loi.

Notre seul souci devrait être de mettre en pratique la loi de Dieu. Il arrive que la volonté morale de Dieu soit même contraire à sa volonté décrétée. Par exemple, Dieu a dit en Exode 20.13 :

Tu ne commettras pas de meurtre.

C’est sa volonté morale, sa loi. Mais nous lisons en parlant de Jésus, Actes 2.23 :

cet homme [Jésus], livré selon le dessein arrêté et selon la prescience de Dieu, vous l’avez crucifié, vous l’avez fait mourir par la main des impies.

Voyez, la volonté décrétée de Dieu était que Jésus soit mis à mort. C’est un meurtre. Ceci alors que sa volonté morale disait de ne pas tuer. Ceux qui ont mis à mort le Christ ont commis un grave péché, même si c’était la volonté décrétée de Dieu parce qu’ils sont allés contre sa volonté morale.

 

Daniel Durand, pasteur

 

6 janvier 2019

Prédicateur invité

Partagez cet enseignement :

Share on facebook
Share on twitter
Share on print
Share on email