Le décret de dieu, partie 7

Share on facebook
Share on twitter
Share on google
Share on email

Note

Ce texte est très court et ne comporte que les 5 premières minutes de la prédication audio. La raison est que Monsieur Durand n’a pas suivi son texte d’origine.

 

« Si l’on pèche et que l’on est confortable avec notre péché, nous devrions nous interroger. Si l’on se refroidit, si l’on s’éloigne et que notre conscience ne nous interpelle pas, nous devrions nous inquiéter. »

 

Nous poursuivons ce matin dans le décret de Dieu, et nous regardons présentement ce qu’on appelle le décret particulier, c’est-à-dire le décret de Dieu de sauver certaines personnes. Il s’agit donc de la doctrine de l’élection. Et nous regardons certaines questions que nous nous posons parfois.

 

  1. Comment peut-on savoir si nous sommes élus ?

Nous ne pouvons le savoir qu’en observant les fruits de notre élection : si nous avons la foi en Christ, si nous marchons dans la sanctification, si nous persévérons, si l’amour est grandissant dans notre vie, etc. Si l’on pèche et que l’on est confortable avec notre péché, nous devrions nous interroger. Si l’on se refroidit, si l’on s’éloigne et que notre conscience ne nous interpelle pas, nous devrions nous inquiéter. Mais si l’on se repent quand on pèche, si on va vers notre frère, notre sœur envers qui nous avons péché, ce sont des fruits de la repentance. Jean-Baptiste disait de produire les fruits dignes de la repentance. Seuls les élus possèdent ces fruits. Dans sa première épître, Jean veut donner de l’assurance aux vrais chrétiens en utilisant la formule « nous savons que nous sommes enfants de Dieu… ». Il l’utilise à plusieurs reprise pour affirmer que ceux qui voient dans leur vie les fruits qu’il énumère sont des enfants de Dieu .1 Jean 2.3 :

À ceci nous reconnaissons que nous l’avons connu : si nous gardons ses commandements.

1 Jean 2.5 :

Mais celui qui garde sa parole, l’amour de Dieu est vraiment parfait en lui. C’est ainsi que nous reconnaissons que nous sommes en lui.

1 Jean 3.14 :

Nous savons que nous sommes passés de la mort à la vie, parce que nous aimons les frères. Celui qui n’aime pas demeure dans la mort.

1 Jean 3.24 :

Celui qui garde ses commandements demeure en Dieu, et Dieu en lui ; et nous reconnaissons à ceci qu’il demeure en nous, par l’Esprit qu’il nous a donné.

1 Jean 5.2 :

À ceci nous reconnaissons que nous aimons les enfants de Dieu : quand nous aimons Dieu et que nous pratiquons ses commandements.

 

Daniel Durand, pasteur

 

23 décembre 2018

Prédicateur invité

Partagez cet enseignement :

Share on facebook
Share on twitter
Share on print
Share on email