Le décret de Dieu, partie 6

Share on facebook
Share on twitter
Share on google
Share on email

« Il n’y a que le contexte qui peut décider, et non pas une théologie préétablie. Parce que ce ne doit jamais être notre théologie qui décide du sens des textes. C’est plutôt le sens des textes qui doit décider de notre théologie. »

 

La semaine passée, nous avons abordé la question suivante : Est-ce que les réprouvés ont été prédestinés à l’enfer? Ce matin, nous allons regarder une autre question.

 

  1. Est-ce que Dieu a créé les hommes dans le but que certains aillent en enfer?

Donc, même si les réprouvés n’ont pas été prédestinés à l’enfer, est-ce que Dieu les a créés dans le but déterminé qu’ils aillent en enfer? Cette question est plus délicate.

Nous allons revoir certains textes. Proverbes 16.4 :

L’Éternel a tout fait pour un but, même le méchant pour le jour du malheur.

Un autre texte, Romains 9.20-21 :

20 Toi plutôt, qui es-tu pour discuter avec Dieu ? Le vase modelé dira-t-il au modeleur : Pourquoi m’as-tu fait ainsi ? 21 Le potier n’est-il pas maître de l’argile, pour faire avec la même pâte un vase destiné à l’honneur et un vase destiné au mépris ?

Paul utilise une image pour parler des hommes. Dieu est le potier, c’est-à-dire que c’est Dieu qui détermine l’usage ultime des vases, c’est-à-dire de chaque homme.

Et avec cette image, Paul dit : Le vase modelé dira-t-il au modeleur : Pourquoi m’as-tu fait ainsi? Autrement dit, un réprouvé peut-il blâmer Dieu parce qu’il a été pré-ordonné à la condamnation? Et le verset 21 répond à notre question. Le potier n’est-il pas maître de l’argile, pour faire avec la même pâte un vase destiné à l’honneur et un vase destiné au mépris? Paul affirme que c’est Dieu qui est la cause première. C’est Dieu qui a déterminé, pré-ordonné ce que seront les vases. Alors, je pense que ces versets nous disent clairement que Dieu a décrété que certains n’allaient pas croire. C’est lui le potier, et il modèle non seulement les élus, mais aussi les réprouvés. Mais encore une fois, il n’y a pas de symétrie, comme nous l’avons vu.

Je vais revenir sur ce point, mais déjà je trouve important de rappeler que ceux qui disent que Dieu n’a pas décrété la chute ont l’impression d’éviter les difficultés, mais ce n’est qu’une impression. Que Dieu ait décrété la chute ou qu’il l’ait simplement permise ne fait pas une grande différence. Pourquoi est-ce qu’un Dieu trois fois saint a permis la chute? N’aurait-il pas pu tout créer pour éviter cette chute? Il n’avait qu’à ne pas placer le serpent dans le jardin d’Éden, et à ne pas placer dans le jardin un arbre interdit. Pourquoi placer un arbre interdit? À la fin de cette série, nous verrons en quoi la proposition voulant que Dieu n’ait pas décrété la chute, mais l’ait simplement permise pose des difficultés.

La semaine passée, nous avons regardé le mot prédestiner. Le mot grec est composé de deux racines. Pro qui signifie avant et ginoskô qui est le verbe connaître. Nous avions vu qu’il y a deux sens possibles. Le premier sens est le simple fait de savoir d’avance, de recevoir l’information avant que l’évènement se produise. Ceux qui adoptent ce sens disent que Dieu n’a pas déterminé que telles personnes allaient croire. Dieu a simplement vu d’avance ceux qui allaient croire. Le deuxième sens est beaucoup plus fort, et signifie déterminer, choisir d’avance. Et je vous avais dit qu’il n’y a que le contexte qui peut décider, et non pas une théologie préétablie. Parce que ce ne doit jamais être notre théologie qui décide du sens des textes. C’est plutôt le sens des textes qui doit décider de notre théologie. Nous avons vu dimanche dernier que le verbe se trouve en Romains 8, et que Romains 9 plaide fortement pour le sens de déterminer d’avance. Dieu a dit à Rébecca, et ce avant que les enfants ne soient nés, que l’aîné serait assujetti au plus jeune, afin que le dessein d’élection dépende de celui qui appelle. Paul revient avec le même mot pour parler d’Israël en 11.2. Et ça a le même sens. Pierre aussi utilise le mot préscience. 1 Pierre 1.2 :

…élus selon la prescience de Dieu le Père…

Est-ce à dire que si Dieu nous a élus, c’est qu’il en a eu la préscience au sens qu’il a su d’avance que nous allions croire? Ce qui nous aide à trancher, c’est que Pierre utilise le même mot au verset 20. 1 Pierre 1.18-20:

18 Vous savez en effet que ce n’est point par des choses périssables, argent ou or, que vous avez été rachetés de la vaine manière de vivre, héritée de vos pères, 19 mais par le sang précieux de Christ, comme d’un agneau sans défaut et sans tache ; 20 il a été désigné d’avance, avant la fondation du monde, et manifesté à la fin des temps, à cause de vous.

Pierre utilise le même mot, enfin, il utilise le verbe de préscience que nous pourrions traduire par pré-connaître, pour parler du fait que le Christ a été établi avant la fondation du monde pour accomplir le salut. Il me semble raisonnable de conclure que Pierre donne le même sens au verset 2 pour dire que notre élection repose sur le fait que Dieu nous a établis avant la fondation du monde. Frères et sœurs. Dans l’éternité passée, le Seigneur nous a choisis unilatéralement pour nous sauver. Et c’est bien ainsi. Parce que si la décision avait reposé sur nous, nous ne nous serions jamais tournés vers le Christ. Nous préférions les ténèbres à la lumière. Nous ne cherchions pas Dieu par nous-mêmes. Nos pensées étaient obscurcies. Mais parce que Dieu nous avait élus, choisis, il nous a transformés de telle sorte que nous avons rencontré les conditions au salut, c’est-à-dire la repentance et la foi.

 

La repentance est donnée par Dieu

Actes 5.31 :

Dieu a élevé Jésus par sa droite comme Prince et Sauveur, pour donner à Israël la repentance et le pardon des péchés.

Ce verset est très intéressant parce que le verbe donner a deux compléments : la repentance et le pardon des péchés. De telle sorte que nous pouvons dire que, autant le pardon des péchés est un don de Dieu, autant la repentance est un don de Dieu. Deux autres textes confirment que la repentance est un don de Dieu. Actes 11.18 :

Dieu a donc donné la repentance aussi aux païens, afin qu’ils aient la vie.

Puis 2 Timothée 2.25.

Le serviteur de Dieu doit redresser avec douceur les adversaires, dans l’espérance que Dieu leur donnera la repentance pour arriver à la connaissance de la vérité.

L’espoir n’est pas dans l’homme pour qu’il se repente. L’espoir est en Dieu qui donne la repentance.

 

La foi aussi est donnée par Dieu

Actes 18.27 :

Arrivé là, il se rendit très utile à ceux qui avaient cru par la grâce…

Philippiens 1.29 :

…car il vous a été fait la grâce, par rapport à Christ, non seulement de croire en lui, mais encore de souffrir pour lui…

Nous découvrons, frères et sœurs, que le tout du salut nous est entièrement donné par Dieu. La régénération, la repentance, la foi, la sanctification, la résurrection, la glorification.

 

Quelques questions liées à la doctrine de l’élection

 

  1. Est-ce que quelqu’un peut être sauvé s’il n’est pas élu?

La réponse est « Non ». Cependant, Dieu n’agit pas activement contre une personne pour l’empêcher d’être sauvé, mais c’est seulement par l’élection qu’une personne peut être prédisposée au salut.  Tous les autres, et même les élus jusqu’à ce que Dieu les appelle, ne cherchent pas Dieu. Romains 3.11 :

Nul n’est intelligent, nul ne cherche Dieu.

La vérité est que tous les hommes, sans exception, sont dans les ténèbres, préfèrent les ténèbres à la lumière, ont les pensées obscurcies, ne cherchent pas Dieu, sont esclaves du péché. C’est la situation universelle de l’homme. La différence vient lorsque Dieu veut sauver celui qu’il a élu depuis toute éternité. Là, il va faire une œuvre en lui, lui donner la repentance, la foi, et le tout du salut. Mais pour les autres, Dieu ne fait que les livrer à ce qu’ils sont par eux-mêmes, c’est-à-dire des pécheurs.

 

  1. La doctrine de l’élection ne risque-t-elle pas de rendre impossible une personne qui voudrait être sauvée mais qui ne le peut pas parce qu’elle n’a pas été élue?

La vérité, c’est qu’une telle personne n’existe pas. Tous ceux qui ne sont pas élus sont captifs de leur péché, préfèrent les ténèbres à la lumière. Il n’y a personne qui cherche Dieu. Alors il est impossible qu’une personne non élue désire le salut.

 

  1. Quelle est la différence entre ceux destinés à la vie et ceux destinés à la mort?

La différence vient du choix de Dieu motivé par sa libre grâce. Il est clair que la différence n’est pas dans les individus eux-mêmes.  Les élus ne peuvent pas s’estimer mieux que les réprouvés. Romains 3.9 :

Quoi donc ! Sommes-nous plus excellents ? Nullement. Car nous avons déjà prouvé que tous, Juifs et Grecs, sont sous l’empire du péché.

Éphésiens 2.1-3 :

1 Pour vous, vous étiez morts par vos fautes et par vos péchés 2 dans lesquels vous marchiez autrefois selon le cours de ce monde, selon le prince de la puissance de l’air, cet esprit qui agit maintenant dans les fils de la rébellion. 3 Nous tous aussi, nous étions de leur nombre et nous nous conduisions autrefois selon nos convoitises charnelles, nous exécutions les volontés de notre chair et de nos pensées, et nous étions par nature des enfants de colère comme les autres.

 

Daniel Durand, pasteur

 

16 décembre 2018

Prédicateur invité

Partagez cet enseignement :

Share on facebook
Share on twitter
Share on print
Share on email