L’amour et la justice, partie 2

Share on facebook
Share on twitter
Share on google
Share on email

« Toutes les créatures devront tôt ou tard être conformes à la justice et au droit de Dieu. Les malheureux sont d’abord concernés par ces caractéristiques du royaume, c’est-à-dire la justice et le droit. […] Dans cette optique, c’est en vertu de sa justice et du droit que le Seigneur sauve les malheureux qui crient à lui, qui invoquent son nom. La patience de Dieu intervient aussi dans cette idée d’exercer le droit au faible, de rendre justice au malheureux. Le Seigneur se présente très souvent comme celui qui est riche en bonté et lent à la colère, c’est-à-dire que le Seigneur tarde ses jugements : il remet à plus tard ses jugements pourtant mérités, pour laisser un temps de grâce. »

 

Introduction

La semaine passée, nous avions vu que le Seigneur a un amour particulier pour ses enfants, amour manifesté à la croix. Nous avions aussi vu que le Seigneur a un amour général pour tous les hommes. Dieu a compassion de tous les hommes et il la leur démontre.

Alors vous serez fils de votre Père qui est dans les cieux, car il fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons, et il fait pleuvoir sur les justes et sur les injustes. (Matthieu 5.45)

Dans les générations passées, il a laissé toutes les nations suivre leurs propres voies, quoiqu’il n’ait cessé de rendre témoignage de ce qu’il est par ses bienfaits, en vous donnant du ciel les pluies et les saisons fertiles, en vous comblant de nourriture et de bonheur dans le cœur. (Actes 14.16-17)

Ces versets nous montrent que le Seigneur a compassion de tous les hommes, qu’il leur démontre sa bonté. Encore une fois, nous ne devons pas confondre cette manifestation de sa bonté avec l’amour infini que Dieu a pour son peuple.

Et c’est à tes pères seulement que l’Éternel s’est attaché pour les aimer; et, après eux, c’est leur descendance, c’est vous qu’il a choisis d’entre tous les peuples, comme vous le voyez aujourd’hui. (Deutéronome 10.15)

Ici, le Seigneur dit que c’est à son peuple qu’il s’est attaché pour les aimer, son peuple qu’il a choisi d’entre tous les peuples. Autrement dit, les autres peuples ne sont pas l’objet du même amour que le peuple de Dieu. Dieu manifeste une compassion envers tous les hommes afin que les hommes sachent que Dieu est disposé à les accueillir s’ils se repentent. La question de la conciliation de l’amour de Dieu et de sa justice demeure. Comment un Dieu trois fois saint, parfaitement juste, peut-il sauver le pécheur, l’aimer au point de lui faire éviter ce qu’il mérite, sans affecter sa justice? La Bible nous présente un Dieu impartial. Son règne en est un de justice et de droit, au sens de droiture.

L’Éternel règne : que la terre soit dans l’allégresse, que les îles nombreuses se réjouissent! La nuée et l’obscurité l’environnent, la justice et le droit sont la base de son trône. (Psaumes 97.1-2)

Personne n’échappe à cette réalité. Toutes les créatures devront tôt ou tard être conformes à la justice et au droit de Dieu. Les malheureux sont d’abord concernés par ces caractéristiques du royaume, c’est-à-dire la justice et le droit.

Faites droit au faible et à l’orphelin, rendez justice au malheureux et à l’indigent, Libérez le faible et le pauvre, arrachez-les à la main des méchants. (Psaumes 82.3-4)

Dans cette optique, c’est en vertu de sa justice et du droit que le Seigneur sauve les malheureux qui crient à lui, qui invoquent son nom. La patience de Dieu intervient aussi dans cette idée d’exercer le droit au faible, de rendre justice au malheureux. Le Seigneur se présente très souvent comme celui qui est riche en bonté et lent à la colère, c’est-à-dire que le Seigneur tarde ses jugements : il remet à plus tard ses jugements pourtant mérités, pour laisser un temps de grâce.

Ou méprises-tu les richesses de sa bonté, de son support et de sa patience, sans reconnaître que la bonté de Dieu te pousse à la repentance? Mais, par ton endurcissement et par ton cœur impénitent, tu t’amasses un trésor de colère pour le jour de la colère et de la révélation du juste jugement de Dieu, (Romains 2.4-5)

Je lui ai donné du temps pour se repentir, mais elle ne veut pas se repentir de son inconduite. (Apocalypse 2.21)

Dans ces versets, pour quelle raison le Seigneur use-t-il de patience? Afin que soit manifeste l’endurcissement des réprouvés.

Et si Dieu, voulant montrer sa colère et faire connaître sa puissance, a supporté avec une grande patience des vases de colère formés pour la perdition? (Romains 9.22)

Dans ce verset, pour quelle raison le Seigneur use-t-il de patience? Afin que sa colère et sa puissance soient manifestées.

Par cet Esprit, il est aussi allé prêcher aux esprits en prison, qui avaient été rebelles autrefois, lorsque la patience de Dieu se prolongeait, aux jours où Noé construisait l’arche dans laquelle un petit nombre de personnes, c’est-à-dire huit, furent sauvées à travers l’eau. C’était une figure du baptême qui vous sauve, à présent, et par lequel on ne se débarrasse pas de la souillure de la chair, mais qui est la demande adressée à Dieu d’une bonne conscience, par la résurrection de Jésus-Christ (1 Pierre 3.19-21)

Le Seigneur ne retarde pas l’accomplissement de sa promesse, comme quelques-uns le pensent. Il use de patience envers vous, il veut qu’aucun ne périsse, mais il veut que tous arrivent à la repentance. (2 Pierre 3.9)

Dans ces versets, pour quelle raison le Seigneur use-t-il de patience? Pour accomplir son plan de salut, c’est-à-dire sauver les élus à travers le temps.

Daniel Durand, pasteur
26 avril 2017

Prédicateur invité

Partagez cet enseignement :

Share on facebook
Share on twitter
Share on print
Share on email