L’adoption, partie 2

Share on facebook
Share on twitter
Share on google
Share on email

« “Or, si nous sommes enfants, nous sommes aussi héritiers : héritiers de Dieu, et cohéritiers de Christ, si toutefois nous souffrons avec lui, afin d’être aussi glorifiés avec lui. J’estime qu’il n’y a pas de commune mesure entre les souffrances du temps présent et la gloire à venir qui sera révélée pour nous.” (Romains 8.17-18) C’est dans ce contexte que Paul dit que le Saint-Esprit témoigne à notre esprit que nous sommes enfants de Dieu. En fait, le témoignage du Saint-Esprit en nous consiste essentiellement à recevoir, à s’approprier, à faire nôtres les vérités bibliques. Ce ne sont pas que des vérités objectives, mais ce sont des vérités que je vis, qui font partie de ma réalité. Tous ceux qui sont adoptés, faits enfants de Dieu, expérimentent ces choses. »

 

Introduction

La semaine passée, nous avons commencé le sujet de l’adoption dans le cadre d’une série sur la croix. Nous avions vu que ce sont des personnes qui étaient ennemies de Dieu que Dieu adopte. Nous avions vu que cette adoption fait que nous entrons dans une relation Père-fils avec Dieu avec tous les privilèges que cette relation apporte.

Nous devrions être pleins de reconnaissance du fait que nous soyons des enfants adoptés. Les enfants que Dieu adopte ne sont pas des bébés tout mignons qui sentent bon : nous étions ses ennemis, des rebelles, des impies, des arrogants.

mais lorsque les temps furent accomplis, Dieu a envoyé son Fils, né d’une femme, né sous la loi, afin de racheter ceux qui étaient sous la loi, pour que nous recevions l’adoption. Et parce que vous êtes des fils, Dieu a envoyé dans nos cœurs l’Esprit de son Fils, qui crie : Abba! Père! Ainsi tu n’es plus esclave, mais fils; et si tu es fils, tu es aussi héritier, grâce à Dieu. (Galates 4.4-7)

Nous avons déjà vu le fait que Dieu a envoyé son Fils sous la loi, c’est-à-dire que Jésus est venu avec ce mandat d’accomplir parfaitement la loi parfaite de Dieu pour son peuple, c’est-à-dire dans le but d’imputer aux élus cette justice accomplie. Le but de cette imputation est présenté au verset 5 :

[…] afin de racheter ceux qui étaient sous la loi, pour que nous recevions l’adoption. (Galates 4.5)

L’adoption est la plus belle chose qui pouvait nous arriver. Le reste découle de cette relation, ce que nous allons voir.

Découle de la filiation du Fils

Comment est-ce que Dieu nous adopte? Ce n’est pas en signant des papiers légaux.

Et vous n’avez pas reçu un esprit de servitude, pour être encore dans la crainte, mais vous avez reçu un Esprit d’adoption, par lequel nous crions : Abba! Père! L’Esprit lui-même rend témoignage à notre esprit que nous sommes enfants de Dieu. (Romains 8.15-16)

C’est en plaçant son Esprit en nous qu’il nous adopte. Autrement dit, nous sommes faits enfants de Dieu lorsque Dieu place son Esprit en nous. Le Saint-Esprit est appelé l’Esprit d’adoption et c’est ce témoignage de l’Esprit en nous qui nous assure que nous sommes enfants de Dieu. Attention : certains doutent de ce témoignage du Saint-Esprit sous prétexte de ne pas le ressentir ou parce qu’ils sont troublés pour différentes raisons.

Ce témoignage du Saint-Esprit ne se vérifie pas nécessairement au ressenti, bien qu’il puisse être accompagné d’un ressenti. Lorsque je me suis converti, et ça s’est passé dans l’Église catholique, j’ai eu à un moment donné cette persuasion, cette conviction profonde que j’étais enfant de Dieu et que jamais le Seigneur n’allait m’abandonner. Ça s’est passé en 1979 ou 1980, et je me le rappelle encore.

Ce n’est pas nécessairement tout le monde qui a cette expérience. D’autres vont vivre la délivrance instantanée d’un péché. Ils étaient alcooliques et, à la conversion, ils n’ont plus du tout le goût de boire. Le plus grand témoignage de l’Esprit de Dieu en nous se fait par un autre témoignage : celui de la Parole de Dieu. Cela doit être une expérience constante et commune à tous les chrétiens. Si vous avez une profonde conviction de votre péché, c’est le témoignage du Saint-Esprit en vous.

Et quand il sera venu, il convaincra le monde de péché, de justice et de jugement. (Jean 16.8)

Si vous avez ce désir de suivre les commandements de Dieu, c’est le témoignage du Saint-Esprit en vous.

Je leur donnerai un même cœur et je mettrai en vous un esprit nouveau; j’ôterai de leur chair le cœur de pierre et je leur donnerai un cœur de chair, Afin qu’ils suivent mes prescriptions et qu’ils observent et pratiquent mes ordonnances; ils seront mon peuple, et je serai leur Dieu. (Ézéchiel 11.19-20)

Si vous vivez selon la chair, vous allez mourir; mais si par l’Esprit vous faites mourir les actions du corps, vous vivrez, car tous ceux qui sont conduits par l’Esprit de Dieu sont fils de Dieu. Et vous n’avez pas reçu un esprit de servitude, pour être encore dans la crainte, mais vous avez reçu un Esprit d’adoption, par lequel nous crions : Abba! Père! L’Esprit lui-même rend témoignage à notre esprit que nous sommes enfants de Dieu. Or, si nous sommes enfants, nous sommes aussi héritiers : héritiers de Dieu, et cohéritiers de Christ, si toutefois nous souffrons avec lui, afin d’être aussi glorifiés avec lui. (Romains 8.13-17)

Dans ces versets, le premier élément par lequel le Saint-Esprit témoigne de notre adoption par Dieu concerne notre désir de vivre pour Dieu.

Le verset 13 (Romains 8.13) souligne le contraste. Ça signifie qu’une personne qui ne désire pas la sanctification, qui ne cherche pas à plaire au Seigneur, peu importe ce qu’elle peut ressentir, devrait se questionner au plus haut point. Le verset 14 (Romains 8.14) confirme le point.

car tous ceux qui sont conduits par l’Esprit de Dieu sont fils de Dieu. (Romains 8.14)

Le deuxième élément par lequel le Saint-Esprit témoigne à notre esprit que nous sommes enfants de Dieu, c’est la liberté.

Et vous n’avez pas reçu un esprit de servitude, pour être encore dans la crainte […] (Romains 8.15)

Nous ne vivons pas dans la peur d’être rejetés par Dieu ou de devoir faire telle ou telle chose pour nous présenter devant lui. Nous ne sommes plus asservis. Nous avons été libérés.

Le troisième élément, c’est justement que nous sommes poussés à voir Dieu comme un Père, non comme un étranger qui ne se soucie pas de nous, mais comme un Père tendre et secourable.

[…] mais vous avez reçu un Esprit d’adoption, par lequel nous crions : Abba! Père! (Romains 8.15)

Finalement, le quatrième élément par lequel le Saint-Esprit témoigne à notre esprit que nous sommes enfants de Dieu, c’est l’espérance qui est en nous. Autrement dit, nous avons cette certitude que Dieu a un avenir éternel pour nous.

Or, si nous sommes enfants, nous sommes aussi héritiers : héritiers de Dieu, et cohéritiers de Christ, si toutefois nous souffrons avec lui, afin d’être aussi glorifiés avec lui. J’estime qu’il n’y a pas de commune mesure entre les souffrances du temps présent et la gloire à venir qui sera révélée pour nous. (Romains 8.17-18)

C’est dans ce contexte que Paul dit que le Saint-Esprit témoigne à notre esprit que nous sommes enfants de Dieu. En fait, le témoignage du Saint-Esprit en nous consiste essentiellement à recevoir, à s’approprier, à faire nôtres les vérités bibliques.

Ce ne sont pas que des vérités objectives, mais ce sont des vérités que je vis, qui font partie de ma réalité. Tous ceux qui sont adoptés, faits enfants de Dieu, expérimentent ces choses.

Daniel Durand, pasteur
15 novembre 2017

Prédicateur invité

Partagez cet enseignement :

Share on facebook
Share on twitter
Share on print
Share on email