La Responsabilité du péché

Share on facebook
Share on twitter
Share on google
Share on email

« Tous les hommes ont la pensée de l’éternité; tous les hommes voient, par la création, que Dieu existe; tous les hommes savent que ce Dieu manifeste ses bontés par les ressources naturelles; tous les hommes ont l’œuvre de la loi écrite en eux; tous les hommes savent qu’ils commettent le mal; tous les hommes savent qu’ils vont au jugement de Dieu. Frères et sœurs, les véritables athées n’existent pas plus que le père Noël. Ceux qui se disent athées ne font que retenir davantage la vérité captive. »

 

Introduction

La responsabilité

Dans le cadre de notre série sur la croix, nous allons voir maintenant la question de la responsabilité de l’homme. Je vous rappelle que le mot « responsabilité » vient du mot « répondre ». L’homme doit répondre de ses actes. D’un côté, l’homme est totalement responsable de son péché; de l’autre côté, l’homme n’a aucune capacité de se sortir de sa condition de pécheur. Jusqu’où l’homme est-il responsable du péché? L’homme est totalement responsable de son péché. Il y a trois points à regarder sur la responsabilité du péché :

  1. Il y a notre rapport avec Adam. Si Adam a entraîné l’humanité dans le péché, pouvons-nous être tenus responsables de notre péché? Autrement dit, puis-je blâmer Adam pour mon péché?
  2. Le deuxième point pose la question à savoir si un homme qui n’a jamais entendu ce que l’Écriture dit sur le péché peut être puni pour son péché.
  3. Le troisième point concerne la légitimité du Seigneur de condamner des personnes alors qu’elles n’avaient pas été élues au salut.

Adam

Donc, notre rapport avec Adam : la Bible fait un lien entre mon péché et le péché d’Adam.

C’est pourquoi, comme par un seul homme le péché est entré dans le monde, et par le péché la mort, et qu’ainsi la mort s’est étendue sur tous les hommes, parce que tous ont péché […] (Romains 5.12)

Mais il n’en est pas du don gratuit comme de l’offense; car, si par l’offense d’un seul il en est beaucoup qui sont morts, à plus forte raison la grâce de Dieu et le don de la grâce venant d’un seul homme, Jésus-Christ, ont-ils été abondamment répandus sur beaucoup. (Romains 5.15)

Ainsi donc, comme par une seule offense la condamnation a atteint tous les hommes, de même par un seul acte de justice la justification qui donne la vie s’étend à tous les hommes. Car, comme par la désobéissance d’un seul homme beaucoup ont été rendus pécheurs, de même par l’obéissance d’un seul beaucoup seront rendus justes. (Romains 5.18-19)

Tous ces versets établissent un lien entre le péché d’Adam et le nôtre. Si Adam n’avait pas péché, c’est donc qu’il aurait obéi parfaitement à Dieu et il aurait entraîné toute l’humanité dans l’obéissance. Si la désobéissance d’Adam a entraîné toute l’humanité dans le péché, il est logique de conclure que, si Adam avait obéi parfaitement au Seigneur, il aurait entraîné toute l’humanité dans les bénédictions. Autrement dit, Adam n’a pas agi à titre personnel seulement, mais aussi en tant que chef d’alliance pour sa descendance. Cependant, il a désobéi. Adam est responsable du péché de l’humanité. Pouvons-nous cependant conclure que nous ne sommes pas responsables de notre péché? La réponse est non. Si le Seigneur condamne les pécheurs, c’est qu’ils sont responsables de leur péché. Imaginez le juge qui doit entendre la cause d’un jeune homme qui est accusé de vol. Le jeune homme dit au juge que, dans son enfance, son père lui a montré très tôt à voler : voler le jouet de ses amis, voler la calculatrice du collègue de classe, etc. Le jeune homme a grandi avec cette idée de voler. De plus, son père donnait le mauvais exemple : il volait tout ce qu’il convoitait. Le juge pourra bien faire un lien entre le péché du père et le péché du fils, il pourra même dire que le fils n’a pas décidé d’avoir ce père criminel. Le juge pourrait blâmer le père pour avoir entraîné son fils dans cette vie criminelle. Il n’en demeure pas moins que le juge devra condamner le fils. La raison est simple : le fils connaît la loi. Il savait que ce que son père faisait était contre la loi. Il savait que l’incitation de son père à voler était aussi contre la loi. Autrement dit, la force de la loi est telle que le jeune homme aurait dû écouter la loi plutôt que son père. De la même façon, nous n’avons peut-être pas choisi de venir au monde avec une nature pécheresse, mais cette nature a d’autres caractéristiques. Cette nature pécheresse n’a pas supprimé le témoignage de la loi de Dieu dans notre conscience. Notre conscience nous rappelle constamment que nous péchons et que nous devons nous repentir devant Dieu. Par conséquent, nous ne pouvons nous déresponsabiliser de notre péché en raison du péché d’Adam. Nous sommes responsables de notre péché.

L’âme qui pèche, c’est celle qui mourra. Le fils ne portera pas l’iniquité de son père, et le père ne portera pas l’iniquité de son fils. La justice du juste sera sur lui, et la méchanceté du méchant sera sur lui. Si le méchant revient de tous les péchés qu’il a commis, s’il observe toutes mes lois et pratique la droiture et la justice, il vivra, il ne mourra pas. (Ézékiel 18.20-21)

Révélation générale

Le deuxième point, c’est de savoir s’il est juste que le Seigneur tienne responsables les hommes qui n’ont jamais entendu l’évangile.

Dans la création

La réponse est oui. Même celui qui n’a jamais entendu l’évangile est responsable de son péché. La raison est que le Seigneur a placé suffisamment d’éléments dans la création pour rendre l’homme responsable de son péché.

La colère de Dieu se révèle du ciel contre toute impiété et toute injustice des hommes qui retiennent injustement la vérité captive, car ce qu’on peut connaître de Dieu est manifeste pour eux, car Dieu le leur a manifesté. En effet, les perfections invisibles de Dieu, sa puissance éternelle et sa divinité, se voient fort bien depuis la création du monde, quand on les considère dans ses ouvrages. Ils sont donc inexcusables, puisque, ayant connu Dieu, ils ne l’ont pas glorifié comme Dieu et ne lui ont pas rendu grâces; mais ils se sont égarés dans de vains raisonnements, et leur cœur sans intelligence a été plongé dans les ténèbres. (Romains 1.18-21)

Au verset 18 (Romains 1.18), Paul affirme que tous les hommes retiennent injustement la vérité captive. Pour retenir la vérité captive, il faut que les hommes aient cette vérité. Ils n’ont pas toute la vérité, mais ce qu’ils ont est suffisant. Quelle est cette vérité qu’ils retiennent captive?

car ce qu’on peut connaître de Dieu est manifeste pour eux, car Dieu le leur a manifesté. En effet, les perfections invisibles de Dieu, sa puissance éternelle et sa divinité, se voient fort bien depuis la création du monde, quand on les considère dans ses ouvrages. (Romains 1.19-20)

Le verset 20 (Romains 1.20) nous parle de la connaissance de Dieu que l’homme peut tirer de la création. De la même façon que si vous arrivez sur une île que vous croyez déserte et que, finalement, vous apercevez une maison, vous allez savoir que des hommes ont bâti cette maison. Lorsque les hommes voient la création, ils savent qu’il y a un Dieu qui a créé toutes ces choses. Le verset 19 (Romains 1.19) précise : Dieu a rendu ces choses manifestes à eux. Autrement dit, dans la création, la signature du créateur est telle qu’elle ne peut passer inaperçue à l’homme pécheur.

Les hommes voient bien qu’ils ont été créés avec des besoins, que ce soit la nourriture, l’air, l’eau, la lumière, la chaleur, etc. Les hommes voient bien qu’à ces besoins correspondent autant de ressources placées par Dieu.

Dans les générations passées, il a laissé toutes les nations suivre leurs propres voies, quoiqu’il n’ait cessé de rendre témoignage de ce qu’il est par ses bienfaits, en vous donnant du ciel les pluies et les saisons fertiles, en vous comblant de nourriture et de bonheur dans le cœur. (Actes 14.16-17)

Donc, le Seigneur a manifesté ses bontés à tous les hommes : il a pourvu à leurs besoins physiques, matériels.

Les cieux racontent la gloire de Dieu, et l’étendue céleste annonce l’œuvre de ses mains. Le jour en donne instruction au jour, la nuit en donne connaissance à la nuit. Ce n’est pas un langage, ce ne sont pas des paroles, leur voix n’est pas entendue. Leur trace apparaît sur toute la terre, leurs accents vont aux extrémités du monde, où il a placé une tente pour le soleil. Et celui-ci, semblable à un époux qui sort de sa chambre, se réjouit, comme un héros, de parcourir sa route; Il s’élance d’une extrémité du ciel et achève sa course à l’autre extrémité, rien ne se dérobe à sa chaleur. (Psaumes 19.2-7)

Dieu a tout placé dans la création pour que l’homme se tourne vers lui.

Il a fait que toutes les nations humaines, issues d’un seul homme habitent sur toute la face de la terre; il a déterminé les temps fixés pour eux et les bornes de leur demeure, afin qu’ils cherchent Dieu pour le trouver si possible, en tâtonnant. Or il n’est pas loin de chacun de nous, car en lui nous avons la vie, le mouvement et l’être. C’est ce qu’ont dit aussi quelques-uns de vos poètes : Nous sommes aussi de sa race […] (Actes 17.26-28)

En plus de ces éléments extérieurs à l’homme, il y a le fait que Dieu a laissé un témoignage de sa loi dans tous les humains.

Quand les païens, qui n’ont pas la loi, font naturellement ce que prescrit la loi — eux qui n’ont pas la loi — ils sont une loi pour eux-mêmes; ils montrent que l’œuvre de la loi est écrite dans leurs cœurs; leur conscience en rend témoignage, et leurs raisonnements les accusent ou les défendent tour à tour. (Romains 2.14-15)

La conscience est ce mécanisme présent dans tous les hommes qui permet de savoir que le bien et le mal existent. Quand l’homme fait le bien, sa conscience l’approuve; quand l’homme fait le mal, sa conscience l’accuse.

Et bien qu’ils connaissent le décret de Dieu, selon lequel ceux qui pratiquent de telles choses sont dignes de mort, non seulement ils les font, mais encore ils approuvent ceux qui les pratiquent. (Romains 1.32)

Paul ici dit que, non seulement les hommes savent lorsqu’ils font le mal, mais ils connaissent le décret de Dieu, selon lequel ceux qui pratiquent de telles choses sont dignes de mort. Tous les hommes savent qu’ils vont au jugement.

Tout ce que Dieu a fait est beau en son temps, et même il a mis dans leur cœur la pensée de l’éternité, bien que l’homme ne puisse pas saisir l’œuvre que Dieu a faite, du commencement jusqu’à la fin. (Ecclésiaste 3.11)

Les hommes savent que l’éternité existe. Voici donc ce que ça donne si nous rassemblons toutes les données bibliques sur ce sujet :

  1. Tous les hommes ont la pensée de l’éternité;
  2. Tous les hommes voient, par la création, que Dieu existe;
  3. Tous les hommes savent que ce Dieu manifeste ses bontés par les ressources naturelles;
  4. Tous les hommes ont l’œuvre de la loi écrite en eux;
  5. Tous les hommes savent qu’ils commettent le mal;
  6. Tous les hommes savent qu’ils vont au jugement de Dieu.

Frères et sœurs, les véritables athées n’existent pas plus que le père Noël. Ceux qui se disent athées ne font que retenir davantage la vérité captive.

Daniel Durand, pasteur
2 août 2017

Prédicateur invité

Partagez cet enseignement :

Share on facebook
Share on twitter
Share on print
Share on email