La providence de Dieu, partie 4

« Tout est providentiel. Même les pires situations sont providentielles. La crucifixion est la pire injustice que les hommes pouvaient commettre. Quel exemple glorieux de la providence divine! Tout est providentiel, parce que Dieu fait tout pour un but et même lorsque les choses sont pénibles, le Seigneur a un but qui n’est pas nécessairement le mien, mais ce n’est pas très important. L’important, c’est que le but que Dieu s’est fixé arrive. »

 

Nous poursuivons ce matin sur la question de la providence de Dieu. Nous allons nous arrêter sur la question de l’étendue de cette providence.

En toute chose

Quand nous utilisons le mot « providence », nous faisons référence à une intervention particulière de Dieu dans nos vies.

Par exemple, si j’ai des problèmes financiers et que, soudainement, je reçois un montant qui n’était pas prévu, je vais dire que c’est la providence divine, sauf que j’oublie qu’avant que j’aie ces problèmes, Dieu n’exerçait pas moins sa providence. Rappelons-nous quand le peuple juif a traversé le désert, la manne était devenue l’expression de la providence de Dieu, mais quand le peuple est entré en Canaan, le Seigneur n’exerçait pas moins sa providence. Il l’exerçait par des moyens peut-être plus naturels, mais il donnait l’abondance agricole comme dans les autres domaines. Dieu peut pourvoir autant par des moyens naturels que surnaturels : la manne était surnaturelle, l’abondance de Canaan était naturelle. Les deux s’inscrivaient dans la providence divine. La providence ne concerne pas seulement ce qui est agréable. Si je trouve un bon travail, c’est providentiel. Si je perds mon travail, c’est aussi providentiel. La famine, la maladie, sont aussi providentielles.

Tout est providentiel. Même les pires situations sont providentielles. La crucifixion est la pire injustice que les hommes pouvaient commettre. Quel exemple glorieux de la providence divine! Tout est providentiel, parce que Dieu fait tout pour un but et même lorsque les choses sont pénibles, le Seigneur a un but qui n’est pas nécessairement le mien, mais ce n’est pas très important. L’important, c’est que le but que Dieu s’est fixé arrive. Donc, je ne peux jamais dire que Dieu était absent ou qu’il a négligé d’agir dans telle circonstance parce que je l’ai trouvée difficile. Si un chrétien perd son emploi, c’est aussi providentiel. Dieu pourvoit à des moyens pour que ce chrétien puisse apprendre à dépendre de Dieu. Nous sommes tellement centrés sur notre bien-être immédiat que nous ne concevons comme providentiel que ce que nous trouvons agréable présentement, alors que Dieu pourvoit à notre croissance spirituelle et il utilise les épreuves. Les épreuves font donc partie de la providence divine.

La providence divine concerne tout, absolument tout ce qui arrive dans cette création, c’est-à-dire que toute la création demeure et subsiste, parce que Dieu la soutient. S’il fallait que Dieu cesse de soutenir sa création, ça serait la déflagration totale. Aucune molécule ne subsisterait. Non seulement le créateur soutient, il dirige aussi. Il dirige tout pour que tout arrive aux fins pour lesquelles tout a été créé. Et c’est vrai dans nos vies aussi.

Psalmodiez à la gloire de son nom, rendez-lui gloire par la louange ! Dites à Dieu : Que tes actes sont redoutables ! À cause de la grandeur de ta force, tes ennemis te flattent. Toute la terre se prosterne devant toi et psalmodie en ton honneur ; elle psalmodie en l’honneur de ton nom. Venez et contemplez les œuvres de Dieu ! Il est redoutable quand il agit sur les humains. Il changea la mer en une terre sèche, on traversa le fleuve à pied : c’est là que nous nous sommes réjouis en lui. Il domine éternellement par sa puissance, ses yeux surveillent les nations : que les rebelles ne s’élèvent pas ! (Psaumes 66.2-7)

Quand quelqu’un prépare un gâteau, il consulte un livre de recettes, il achète les ingrédients, il commence ensuite à mesurer chaque ingrédient, à mélanger ceux qui doivent l’être, à brasser, ensuite il verse dans un moule, le place au four et attend. Ceci dit, imaginez tout ce qui a dû arriver pour que le livre de recettes existe. Imaginez simplement le processus qui permet que l’arbre devienne papier. Imaginez tout le processus pour que l’arbre existe.

Ensuite, il y a l’encre, la machinerie pour imprimer… tout ce que ça a pris pour que ça existe. Il a fallu aussi que l’auteur du livre de recettes prenne des cours, etc. Imaginez toutes les causes pour qu’il y ait le moule à gâteau, le fourneau, les ustensiles. Imaginez toutes les causes pour que chaque ingrédient existe.

Les causes qui ont précédé sont à l’infinie et non seulement elles sont à l’infinie, mais les causes se sont croisées pour donner le gâteau et nous le mangeons sans y penser. Quand on rend grâce à Dieu pour la nourriture et pour sa providence, on devrait s’arrêter sur la souveraineté parfaite de Dieu dans les événements.

Pour toute créature

Dieu exerce sa providence sur toutes les créatures, non seulement envers ses enfants, mais envers toutes ses créatures. Matthieu 6.26 :

Regardez les oiseaux du ciel : Ils ne sèment ni ne moissonnent, ils n’amassent rien dans des greniers, et votre Père céleste les nourrit. Ne valez-vous pas beaucoup plus qu’eux ? (Matthieu 6.26)

Qu’est-ce que ce verset nous apprend sur la providence divine ? D’abord, que la providence divine s’exerce sur toutes les créatures. Ensuite, que si Dieu exerce sa providence envers des créatures avec lesquelles il n’a pas de relation filiale, combien plus l’exercera-t-il envers ses enfants ? Si Dieu exerce sa providence envers toutes les créatures, ça ne signifie pas que Dieu donne les mêmes bénédictions envers toutes. Ses enfants reçoivent des privilèges auxquels les autres n’ont pas droit. Les enfants de Dieu sont ceux qui cherchent le royaume et la justice et Dieu promet que tout le reste de ce dont nous avons besoin nous sera donné.

En fonction des décrets

La providence arrive en fonction des décrets de Dieu, la cause première. Toutes choses arrivent immuablement, c’est-à-dire qu’il est impossible que ces choses n’arrivent pas.

Il y a un lien d’abord entre les décrets et la providence. Puisque Dieu a tout décrété, il doit y avoir providence de sa part.

Daniel Durand, pasteur
28 juillet 2019

Prédicateur invité

Partagez cet enseignement :

Share on facebook
Share on twitter
Share on print
Share on email