La patience de Dieu, partie 1

Share on facebook
Share on twitter
Share on google
Share on email

« Lorsqu’il est dit que Dieu est patient, ça ne signifie pas que Dieu tolère passivement les situations qui méritent son jugement. Dieu est patient dans le cas des réprouvés, en ce que Dieu persévère dans la réalisation de son plan en dépit des opposants, et ce, pour certains buts que nous verrons. Dans le cas des élus, Dieu persévère patiemment, mais en nous façonnant. Il a aussi un but. Le Seigneur pourrait immédiatement supprimer ceux qui pèchent, mais il ne le fait pas. Il laisse toujours un temps. »

 

Introduction

Nous poursuivons ce soir notre série la foi en action. La foi n’est pas seulement le fait de croire, mais ce qui doit être cru. Notre foi, ce que nous devons croire, ne peut être alimentée et affermie que par ce que Dieu est, dit et ce qui nous est révélé dans sa Parole. C’est pourquoi nous faisons un survol des attributs de Dieu en portant attention sur l’impact de ceux-ci sur notre foi.

De telle sorte que lorsque nous flanchons, lorsque nous péchons, c’est toujours parce que nous oublions ou délaissons qui Dieu est.

Patience

Nous allons regarder la question de la patience de Dieu. La patience de Dieu est le fait que Dieu accorde un temps avant de punir ou de traiter le péché. La patience n’a pas le sens que nous lui prêtons souvent de nos jours. La patience n’est pas le fait de supporter passivement une situation qui mériterait une intervention. Ça arrive que des parents, au nom de la patience, tombent dans le laxisme et la tolérance au point où ils ne jouent pas leur rôle d’éduquer. Cette attitude n’a rien à voir avec la patience selon la Bible. La patience est synonyme de persévérance. Lorsqu’il est dit que Dieu est patient, ça ne signifie pas que Dieu tolère passivement les situations qui méritent son jugement. Dieu est patient dans le cas des réprouvés, en ce que Dieu persévère dans la réalisation de son plan en dépit des opposants, et ce, pour certains buts que nous verrons. Dans le cas des élus, Dieu persévère patiemment, mais en nous façonnant. Il a aussi un but. Le Seigneur pourrait immédiatement supprimer ceux qui pèchent, mais il ne le fait pas. Il laisse toujours un temps.

Sa bonté

La patience de Dieu est en lien avec sa bonté, attribut que nous avons vu la dernière fois.

Ou méprises-tu les richesses de sa bonté, de son support et de sa patience, sans reconnaître que la bonté de Dieu te pousse à la repentance? (Romains 2.4)

Ici, nous voyons un des buts de Dieu à sa patience : c’est pour démontrer aux hommes que Dieu use de bonté. En quoi cette patience démontre-t-elle la bonté de Dieu?

La dernière fois, nous avons vu que Dieu use de bonté envers tous les hommes en faisant lever son soleil sur les bons et sur les méchants et en envoyant la pluie à ces mêmes personnes. La patience de Dieu démontre sa bonté, parce que Dieu pourrait en toute légitimité et justice condamner immédiatement les pécheurs, mais au lieu de cela, il continue de leur déverser ses bienfaits. L’homme pécheur devrait, s’il était cohérent, se tourner vers ce Dieu qui démontre sa bonté par sa patience.

Autrement dit, la patience de Dieu démontre déjà la disposition de Dieu à donner de bonnes choses même à ses ennemis. Si les hommes n’étaient pas endurcis, ils s’approcheraient d’un Dieu qui démontre sa bonté par sa patience. La patience de Dieu devrait pousser les opposants à la repentance. La patience de Dieu est souvent exprimée par une expression bien connue.

L’Éternel passa devant lui en proclamant : L’Éternel, l’Éternel, Dieu compatissant et qui fait grâce, lent à la colère, riche en bienveillance et en fidélité. (Exode 34.6)

Les hommes devraient tous se poser la question, à savoir pourquoi celui qui les a créés ne les supprime pas immédiatement. Les hommes savent qu’ils sont pécheurs.

Romains 1.32 nous dit que les hommes savent qu’ils pèchent et qu’ils savent aussi que leur péché mérite le jugement de Dieu. Alors, si les hommes savent cela et qu’ils constatent que Dieu ne les supprime pas, les hommes devraient être reconnaissants de la patience de Dieu qui les pousse à la repentance.

Avant l’expiation

La patience de Dieu est aussi en lien avec le fait que Dieu a sauvé des personnes avant la venue de Jésus-Christ, c’est-à-dire avant que l’expiation ait été accomplie.

C’est lui que Dieu a destiné comme moyen d’expiation pour ceux qui auraient la foi en son sang, afin de montrer sa justice. Parce qu’il avait laissé impunis les péchés commis auparavant au temps de sa patience. (Romains 3.25)

Paul parle de toute la période de l’Ancien Testament comme étant le temps de la patience de Dieu, parce que Dieu a laissé impunis ceux qui avaient la foi.

Il les a laissés impunis tant que Jésus n’a pas payé pour leurs péchés. Par exemple, la question du pardon des péchés : après avoir péché dans l’affaire de Bath-Shéba, il est dit :

Heureux celui dont la transgression est enlevée, dont le péché est pardonné! Heureux l’homme à qui l’Éternel ne tient plus compte de sa faute, et dans l’esprit duquel il n’y a point de fraude! Tant que je me suis tu, mes os se consumaient, je gémissais toute la journée; Car nuit et jour ta main pesait sur moi, ma vigueur n’était plus que sécheresse, comme celle de l’été. Je t’ai fait connaître mon péché, je n’ai pas couvert ma faute; j’ai dit : Je confesserai mes transgressions à l’Éternel! Et toi, tu as enlevé la faute de mon péché. (Psaumes 32.1-5)

Or, l’expiation des péchés appartient à la Nouvelle Alliance et non à l’Ancienne.

Mais voici l’alliance que je conclurai avec la maison d’Israël, après ces jours-là, oracle de l’Éternel : Je mettrai ma loi au-dedans d’eux, je l’écrirai sur leur cœur; je serai leur Dieu, et ils seront mon peuple. Celui-ci n’enseignera plus son prochain, ni celui-là son frère, en disant : Connaissez l’Éternel! Car tous me connaîtront, Depuis le plus petit d’entre eux jusqu’au plus grand, oracle de l’Éternel; car je pardonnerai leur faute et je ne me souviendrai plus de leur péché. (Jérémie 31.33-34)

Comment David a-t-il pu être pardonné alors qu’il était dans l’Ancienne Alliance? C’est parce que le Seigneur a usé de patience envers ses élus qui ont vécu avant la venue de Jésus-Christ.

Il a même fait bénéficier aux élus de certains privilèges de la Nouvelle Alliance.

Les réprouvés

La patience de Dieu est aussi en lien avec les réprouvés.

Et si Dieu, voulant montrer sa colère et faire connaître sa puissance, a supporté avec une grande patience des vases de colère formés pour la perdition? (Romains 9.22)

Dieu laisse les réprouvés, c’est-à-dire ses ennemis, ceux qui s’endurcissent, il les laisse agir, s’opposer à lui avec une grande patience. Pourquoi? Le verset le dit : « Dieu [veut] montrer sa colère et faire connaître sa puissance ». En laissant les « vases de colère » s’endurcir, il les laisse aggraver leur culpabilité et, ainsi, en toute justice, le Seigneur va manifester sa pleine colère et sa puissance en jugeant et en condamnant ces personnes.

Il est possible que nous nous demandions parfois pourquoi le Seigneur laisse les réprouvés s’adonner au péché et il nous semble que Dieu n’intervient pas assez rapidement à notre goût. Le Seigneur a ses raisons. Il veut que leur endurcissement soit manifeste. Le Seigneur amasse les preuves qui seront déposées lors du jugement dernier, alors que tout sera mis au grand jour.

Daniel Durand, pasteur
9 mai 2018

Prédicateur invité

Partagez cet enseignement :

Share on facebook
Share on twitter
Share on print
Share on email