La doctrine de Dieu, partie 4

La semaine passée, dans le cadre de notre étude sur la doctrine de Dieu, nous avons vu la folie que constituent les idoles. En Occident, les idoles modernes sont rarement sculptées ou coulées. Ce sont surtout des idoles comme l’argent, les loisirs, etc. Paul dit en Colossiens 3.15 :

Faites donc mourir votre nature terrestre : l’inconduite, l’impureté, les passions, les mauvais désirs et la cupidité qui est une idolâtrie.

La cupidité est l’amour de l’argent. C’est le désir de toujours posséder. La cupidité n’est pas sculptée dans un tronc d’arbre, ni coulée dans un moule. Ce n’est pas une statue. C’est une disposition du cœur. Et Paul la nomme tout de même comme une idole. Une idole est tout ce qui remplace Dieu. Et c’est pourquoi nous ne pouvons pas mettre Dieu sur le même niveau que quoi que ce soit d’autre. Regardez le parallèle entre les deux textes suivants.

Psaume 135.15-18 :

15 Les idoles des nations sont de l’argent et de l’or, œuvre de la main des hommes. 16 Elles ont une bouche et ne parlent pas, elles ont des yeux et ne voient pas, 17 Elles ont des oreilles et n’écoutent pas, elles n’ont pas de souffle dans leur bouche. 18 Ils leur ressemblent, ceux qui les fabriquent, tous ceux qui se confient en elles.

Le 2e texte est Romains 11.8 :

… selon qu’il est écrit : Dieu leur a donné un esprit d’assoupissement, des yeux pour ne pas voir, et des oreilles pour ne pas entendre, jusqu’à ce jour.

Le Seigneur compare les hommes rebelles aux idoles en bois. De la même manière que les idoles en bois sont mortes, incapables d’aucun bien, ainsi sont les hommes pécheurs. Je vous relis le dernier verset du passage précédent. Psaume 135.18 :

Ils leur ressemblent, ceux qui les fabriquent, tous ceux qui se confient en elles.

Tout ce qui n’est pas Dieu est mort. Étudier la doctrine de Dieu, c’est d’abord savoir que Dieu est unique, que lui seul est la vie. Donc, si je ne peux abaisser Dieu au même niveau que quoi que ce soit, je ne peux pas non plus abaisser ce qu’il dit au même niveau que quoi que ce soit ou ce que qui que ce soit d’autre dit. Dieu est unique et du fait qu’il soit unique je dois me tourner uniquement vers lui.

 

Dieu est indépendant

Dieu se présente comme un Dieu indépendant. Il existe en lui-même et de lui-même, infini en son être et sa perfection. Son essence ne peut être comprise par nul autre que lui-même. Nous entendons par indépendant le fait que Dieu ne dépend ni de personne d’autre ni que quelque chose d’autre. Dieu ne tire pas son existence de quiconque ni de quoi que ce soit autre que lui-même. C’est difficile à concevoir pour nous. Quand j’ai l’occasion de témoigner de ma foi, ce point revient souvent : « c’est impossible que Dieu ait toujours existé. Il faut qu’il ait eu un commencement ». Cette pensée vient des hommes qui ont eu un commencement. Mais pourquoi est-ce que Dieu devrait-il être comme nous? Dieu est Dieu et puisqu’il est unique, il est foncièrement différent de nous. Et c’est pourquoi il est décrit comme le premier et le dernier. Le premier au sens d’origine. Il est à l’origine de tout ce qui existe. Il est aussi le dernier au sens où il ne sera pas délogé et au sens où tout est pour lui, pour sa gloire. Nul ne peut l’ébranler. Qu’il soit le dernier implique aussi que sa volonté se réalisera parfaitement. Il a un plan qui ne peut être menacé. Dieu est indépendant parce qu’il se suffit à lui-même. Autrement dit, Dieu n’a pas besoin de rien. Ne pensons pas que Dieu s’est créé un peuple parce qu’il s’ennuyait. Ne pensons pas que Dieu s’est créé un peuple parce qu’il en avait besoin. Dieu est auto-suffisant, il est indépendant et autonome.

 

Le fait que Dieu soit indépendant implique que son plan ne dépend pas de l’homme. Quand certains disent que Dieu voudrait bien sauver des hommes, mais qu’il ne le peut pas en raison de l’endurcissement de l’homme, c’est mal comprendre comment Dieu travaille.

J’aimerais vous dire que jamais le Seigneur n’a fait dépendre son œuvre de la volonté humaine. Si j’ai cru, ce n’est pas du tout en raison de moi. Je dois tout à celui qui m’a sauvé, même ma foi.

 

Daniel Durand, pasteur

 

29 juillet 2018

Prédicateur invité

Partagez cet enseignement :

Share on facebook
Share on twitter
Share on print
Share on email