La chute de l’homme, partie 9

« Autrement dit, de la même façon que ceux qui sont en Adam meurent, ceux qui sont en Jésus-Christ vivront. Si c’est par voie d’alliance que Jésus sauve les siens, c’est par voie d’alliance que les humains se retrouvent tous en Adam et y meurent. Si Jésus-Christ a été placé en période de probation, c’est-à-dire qu’il a eu à démontrer son obéissance mais pas indéfiniment, sur une période limitée, la porte est grande ouverte pour penser qu’Adam aussi a été placé dans une période de probation. »

 

La semaine, nous avons vu le rôle du serpent, ainsi que la séduction dont Ève s’est rendue coupable.

La responsabilité d’Adam

Nous allons maintenant nous arrêter sur Adam.

Période pré-chute

Le texte ne le précise pas, mais il me semble que l’homme n’a pas gardé longtemps son état de sainteté. Quels sont les indices que nous avons dans la Bible? Genèse 2. : d’abord, les versets 16 et 17 :

L’Éternel Dieu donna ce commandement à l’homme : Tu pourras manger de tous les arbres du jardin ; mais tu ne mangeras pas de l’arbre de la connaissance du bien et du mal, car le jour où tu en mangeras, tu mourras. (Genèse 2.16-17)

Il a quand même fallu que le Seigneur prenne le temps de montrer à Adam les arbres en question. Ensuite, les versets 18 à 22 :

L’Éternel Dieu dit : Il n’est pas bon que l’homme soit seul ; je lui ferai une aide qui sera son vis-à-vis. L’Éternel Dieu forma du sol tous les animaux des champs et tous les oiseaux du ciel. Il les fit venir vers l’homme pour voir comment il les appellerait, afin que tout être vivant porte le nom que l’homme lui aurait donné. L’homme donna des noms à tout le bétail, aux oiseaux du ciel et à tous les animaux des champs ; mais, pour l’homme, il ne trouva pas d’aide qui fût son vis-à-vis. Alors l’Éternel Dieu fit tomber un profond sommeil sur l’homme qui s’endormit ; il prit une de ses côtes et referma la chair à sa place. L’Éternel Dieu forma une femme de la côte qu’il avait prise à l’homme et il l’amena vers l’homme. (Genèse 2.18-22)

L’homme a eu le temps d’accueillir un couple de chaque espèce animale pour leur donner un nom. Ça, c’est avant la chute. Donc, les quelques secondes sont improbables. Nous ne connaissons pas la période que ça a pris. Je ne pense pas que les choses se sont éternisées, mais ça a pris un certain temps. Ensuite, Adam prend conscience de son besoin d’avoir une aide qui soit son vis-à-vis et Dieu crée Ève. Là, je pense que la chute est venue assez rapidement. Pourquoi? Verset 20 du chapitre 3 :

L’homme donna à sa femme le nom d’Ève : car elle a été la mère de tous les vivants. (Genèse 3.20)

Adam a donné un nom à sa femme. Je ne pense pas qu’Adam ait attendu longtemps pour donner un nom à sa femme. Comme c’est arrivé après la chute, c’est ce qui me fait dire que la chute est arrivée presqu’immédiatement après que la femme ait été créée. La deuxième raison se trouve au verset 1 du chapitre 4 :

L’homme connut Ève sa femme ; elle devint enceinte et accoucha de Caïn. Elle dit : J’ai mis au monde un homme avec l’aide de l’Éternel. (Genèse 4.1)

Encore là, je ne pense pas qu’Adam et Ève aient attendu longtemps pour se multiplier.

Période de probation

Lorsque nous avions étudié la question des alliances, je vous avais parlé d’une interprétation que je trouve très intéressante : c’est celle de la période de probation. Autrement dit, est-ce qu’Adam et Ève, s’ils avaient obéi au Seigneur, seraient demeurés dans la même condition, avec un serpent diabolique dans leur environnement? La question est hypothétique, mais il y a des sous-questions que plusieurs se posent. Je le sais parce que je les entends depuis ma conversion. Que se serait-il passé si Ève avait désobéi alors qu’Adam serait demeuré fidèle à Dieu? Que se serait-il passé si Adam et Ève avaient obéi au Seigneur mais que leurs enfants aient désobéi? Est-ce que l’humanité aurait vécu éternellement divisée entre les humains qui n’ont pas la nature pécheresse et ceux qui l’ont? Nous lisons dans Genèse 2.17 :

[…] mais tu ne mangeras pas de l’arbre de la connaissance du bien et du mal, car le jour où tu en mangeras, tu mourras. (Genèse 2.17)

D’un côté, l’homme se fait dire que s’il mange du fruit défendu, il mourra. On a l’impression que l’homme a été créé avec une immortalité et que celle-ci allait être compromise uniquement si l’homme désobéissait. Maintenant, chapitre 3, verset 22 :

L’Éternel Dieu dit : Maintenant que l’homme est devenu comme l’un de nous pour la connaissance du bien et du mal, évitons qu’il tende la main pour prendre aussi de l’arbre de vie, en manger et vivre éternellement. (Genèse 3.22)

Ce verset nous dit que si l’homme avait mangé du fruit de l’arbre de la vie, c’est là qu’il aurait été immortel et pas avant. Ont-ils été créés mortels? Sûrement pas, parce que la mort est le salaire du péché. Ont-il été créés immortels? Si ça avait été le cas, ils n’auraient pas eu besoin de manger de l’arbre de vie pour vivre éternellement. En fait, Adam et Ève ont été placés dans une situation où ils devaient choisir : choisir l’arbre de vie, c’est-à-dire la vie avec Dieu; ou choisir l’arbre de la connaissance du bien et du mal, c’est-à-dire la prétention de décider soi-même ce qui est bien ou mal et c’est la vie sans Dieu. À ma connaissance, il y a réellement eu une période de probation. La Bible ne dit pas ce qui ce serait passé s’ils avaient mangé d’abord le fruit de l’arbre de la vie. Nous pouvons penser que, si Adam et Ève avaient mangé de l’arbre de vie, ils auraient indiqué leur choix de vivre pour Dieu et probablement que Dieu aurait retiré l’arbre de la connaissance du bien et du mal du jardin d’Éden et possiblement qu’il aurait expulsé Satan. Je pense cela pour la raison suivante : lorsqu’Adam et Ève eurent mangé de l’arbre de la connaissance du bien et du mal, le Seigneur n’a pas permis qu’ils mangent aussi de l’arbre de vie. Autrement dit, le Seigneur n’a pas permis qu’ils mangent des deux arbres. La raison est donnée au chapitre 3, verset 22 que nous avons lu. S’ils avaient mangé des deux arbres, ils auraient vécu éternellement dans le péché. Ils auraient porté la nature pécheresse pour toute l’éternité. Alors, s’ils avaient mangé d’abord de l’arbre de vie, je pense que, pour la même raison, le Seigneur aurait retiré l’arbre de la connaissance du bien et du mal. Imaginez qu’Adam et Ève eurent obéi et qu’ils eurent à demeurer éternellement sur cette terre avec leurs descendants sans changement de conditions, c’est-à-dire que l’humanité aurait vécu avec les deux arbres encore et le serpent au milieu du jardin. Là, un descendant décide de pécher : il serait devenu mortel. Ça pose le problème suivant : si Adam n’avait pas péché et qu’un de ses descendants avait péché, Adam ne serait plus la tête d’alliance de ce descendant, parce qu’être la tête d’alliance, c’est agir non seulement pour son propre compte, mais aussi à titre de représentant de tous les descendants. Il y a une autre raison qui m’amène à penser qu’Adam et Ève ont été placés dans une période de probation : c’est le parallèle entre Adam et Jésus.

Quand on y pense, le Christ, le deuxième Adam, a aussi eu une période de probation limitée dans le temps, une période où il a démontré son attachement à son Père par l’obéissance. Paul fait le parallèle en 1 Corinthiens 15.22 :

Et comme tous meurent en Adam, de même aussi tous revivront en Christ, (1 Corinthiens 15.22)

Autrement dit, de la même façon que ceux qui sont en Adam meurent, ceux qui sont en Jésus-Christ vivront. Si c’est par voie d’alliance que Jésus sauve les siens, c’est par voie d’alliance que les humains se retrouvent tous en Adam et y meurent. Si Jésus-Christ a été placé en période de probation, c’est-à-dire qu’il a eu à démontrer son obéissance mais pas indéfiniment, sur une période limitée, la porte est grande ouverte pour penser qu’Adam aussi a été placé dans une période de probation.

En Jésus-Christ, les effets de la manducation de l’arbre de la connaissance du bien et du mal, c’est-à-dire le péché, ont été traités par son œuvre à la croix. Nous aurons donc droit à l’arbre de vie comme en Éden. Satan n’y sera pas parce qu’il aura été jeté dans l’étang de feu pour l’éternité. Dans la nouvelle Jérusalem, il y aura l’arbre de vie, mais pas l’arbre de la connaissance du bien et du mal :

Que celui qui a des oreilles écoute ce que l’Esprit dit aux Églises : Au vainqueur je donnerai à manger de l’arbre de vie qui est dans le paradis de Dieu. (Apocalypse 2.7)

Au milieu de la place de la ville et sur les deux bords du fleuve, se trouve l’arbre de vie, qui produit douze récoltes et donne son fruit chaque mois. Les feuilles de l’arbre servent à la guérison des nations. (Apocalypse 22.2)

Heureux ceux qui lavent leurs robes, afin d’avoir droit à l’arbre de vie, et d’entrer par les portes dans la ville ! (Apocalypse 22.14)

Daniel Durand, pasteur
12 février 2020

Prédicateur invité

Partagez cet enseignement :

Share on facebook
Share on twitter
Share on print
Share on email