La chute de l’homme, partie 6

« C’est un exemple parmi plusieurs qui nous montre que les promesses de l’ancienne alliance étaient des préfigurations. Le Seigneur a utilisé des choses de ce monde-ci, terrestres, temporaires, mais le but n’était pas que nous conservions ces choses-là. Le but était de préparer le peuple juif à l’accomplissement, à la réalité qui est en Jésus-Christ. Ainsi, le temple de pierres pointait vers Jésus-Christ et son Église, vers le temple du Saint-Esprit. Les sacrifices d’animaux pointaient vers le sacrifice de Jésus-Christ. Le sacerdoce lévitique pointait vers le sacerdoce de tous les croyants. Le souverain sacrificateur du sacerdoce lévitique pointait vers la fonction de souverain sacrificateur de Jésus-Christ. Le pays d’Israël pointait vers les nouveaux cieux et la nouvelle terre. »

 

La semaine passée, je vous ai montré le graphique suivant :

J’avais mentionné que les promesses de l’ancienne alliance ont connu un accomplissement préfiguratif, terrestre et temporaire dans l’ancienne alliance-même.

Le temple

Dieu a promis un temple. Il y a eu un temple de pierres, mais le vrai temple est Jésus-Christ. On doit se rappeler que le temple que Dieu avait annoncé avait deux buts :

  1. Ce lieu devait être consacré à l’usage exclusif d’honorer Dieu;
  2. Ce lieu était celui où Dieu manifestait sa présence au sein de son peuple.

Il y a bien eu un temple à Jérusalem, mais ce n’était qu’une préfiguration. Jésus dit à la Samaritaine :

Femme, crois-moi, l’heure vient où ce ne sera ni sur cette montagne, ni à Jérusalem que vous adorerez le Père. Vous adorez ce que vous ne connaissez pas ; nous, nous adorons ce que nous connaissons, car le salut vient des Juifs. Mais l’heure vient — et c’est maintenant — où les vrais adorateurs adoreront le Père en esprit et en vérité ; car ce sont de tels adorateurs que le Père recherche. Dieu est esprit, et il faut que ceux qui l’adorent, l’adorent en esprit et en vérité. (Jean 4.21-24)

Jésus oppose le vrai culte, en esprit et en vérité, aux cultes qui exigeaient un lieu précis. Sous l’ancienne alliance, le culte devait se faire à Jérusalem et les Juifs qui vivaient loin de cette ville devaient s’y rendre trois fois par année pour célébrer certaines fêtes. Jésus annonce que c’est terminé, ce genre de culte, parce que la nouvelle alliance établit des réalités, alors que l’ancienne alliance se passait dans des préfigurations, des types, etc. Le temple, c’est Jésus :

En Christ-Jésus habite corporellement toute la plénitude de la divinité. (Colossiens 2.9)

Jean 1.14 dit :

La Parole a été faite chair, et elle a habité parmi nous, pleine de grâce et de vérité ; et nous avons contemplé sa gloire, une gloire comme celle du Fils unique venu du Père. (Jean 1.14)

L’apôtre Jean a choisi un mot particulier. Il y a un mot courant pour « habiter », mais Jean en a choisi un autre qui comporte la nuance suivante : Jésus a habité parmi nous en tant que tabernacle, en tant que temple de Dieu. Ce verbe grec n’est utilisé que par Jean dans la Bible. En plus de Jean 1.14, il y a quatre occurrences dans l’Apocalypse. Nous retrouvons le même verbe grec en Apocalypse 7.15 :

C’est pourquoi ils sont devant le trône de Dieu et lui rendent un culte jour et nuit dans son temple. Celui qui est assis sur le trône dressera sa tentesur eux ; (Apocalypse 7.15)

En disant que Jésus a habité parmi nous, plus littéralement « a planté son tabernacle », parce que le tabernacle était une tente, Jean nous dit que maintenant, c’est par Jésus que Dieu se rend présent à l’humanité : Jésus est le temple de Dieu. Certains diront peut-être que c’est l’Église qui est le temple de Dieu et c’est vrai, mais c’est l’Église en tant que corps de Jésus-Christ. C’est parce que nous sommes unis à Jésus-Christ que nous sommes le temple de Dieu. C’est parce que nous sommes unis à Jésus-Christ que Dieu habite en nous. Un autre texte qui nous montre que la promesse du tabernacle, puis du temple, se réalise dans Jésus-Christ et dans son Église :

Quel contrat d’alliance entre le temple de Dieu et les idoles ? Car nous sommes le temple du Dieu vivant,comme Dieu l’a dit : J’habiterai et je marcherai au milieu d’eux ; Je serai leur Dieu, et ils seront mon peuple. (2 Corinthiens 6.16)

Ce texte est très intéressant pour la compréhension du développement doctrinal de la notion de temple. Je vous rappelle que le tabernacle et le temple de Jérusalem avaient la même fonction. En fait, le temple de Jérusalem était fixe, alors que le tabernacle était conçu pour être transporté dans le désert, mais les deux avaient exactement la même fonction. Alors, Paul, dans le texte que nous venons de voir, affirme que nous, les chrétiens, sommes le temple de Dieu et il ajoute que c’est ça que Dieu avait dit :

[…] Car nous sommes le temple du Dieu vivant, comme Dieu l’a dit : J’habiterai et je marcherai au milieu d’eux ; Je serai leur Dieu, et ils seront mon peuple. (2 Corinthiens 6.16)

« J’habiterai et je marcherai au milieu d’eux ; je serai leur Dieu, et ils seront mon peuple. », comme Dieu l’a dit, mais à quel moment est-ce que Dieu avait dit cela? C’est dans le contexte du tabernacle :

Je sanctifierai la tente de la Rencontre et l’autel ; je sanctifierai Aaron et ses fils, afin qu’ils exercent le sacerdoce pour moi. Je demeurerai au milieu des Israélites et je serai leur Dieu. (Exode 29.24-25)

J’établirai ma demeure au milieu de vous, et mon âme n’aura pas d’aversion pour vous. Je marcherai au milieu de vous, pour être votre Dieu, et pour que vous soyez mon peuple. (Lévitique 26.11-12)

À la lumière de ces textes, nous allons relire celui de Paul :

Car nous sommes le temple du Dieu vivant, comme Dieu l’a dit : J’habiterai et je marcherai au milieu d’eux ; je serai leur Dieu, et ils seront mon peuple. (2 Corinthiens 6.16)

C’est un exemple parmi plusieurs qui nous montre que les promesses de l’ancienne alliance étaient des préfigurations. Le Seigneur a utilisé des choses de ce monde-ci, terrestres, temporaires, mais le but n’était pas que nous conservions ces choses-là. Le but était de préparer le peuple juif à l’accomplissement, à la réalité qui est en Jésus-Christ. Ainsi, le temple de pierres pointait vers Jésus-Christ et son Église, vers le temple du Saint-Esprit. Les sacrifices d’animaux pointaient vers le sacrifice de Jésus-Christ. Le sacerdoce lévitique pointait vers le sacerdoce de tous les croyants. Le souverain sacrificateur du sacerdoce lévitique pointait vers la fonction de souverain sacrificateur de Jésus-Christ. Le pays d’Israël pointait vers les nouveaux cieux et la nouvelle terre. Nous lisons en Romains 4.13 :

En effet, ce n’est point par la loi que l’héritage du monde a été promis à Abraham ou à sa descendance, c’est par la justice de la foi. (Romains 4.13)

Paul comprend très bien que la promesse faite à Abraham n’était pas un pays avec des frontières, mais le monde, le cosmos, l’univers.

Daniel Durand, pasteur
5 janvier 2020

Prédicateur invité

Partagez cet enseignement :

Share on facebook
Share on twitter
Share on print
Share on email